A la uneActualitésSociété

NÎMES Vœux du CHU : l’hôpital au régime forcé

Confronté à une baisse des financements et des tarifs, le CHU devra trouver des solutions pour relever les challenges de 2018. Et les suivants...

Le personnel a assisté en nombre à la présentation des vœux de l'établissement (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

En dépit d'une activité en hausse constante, le Centre hospitalier universitaire doit faire face à une baisse drastique de ses subsides. Il va falloir s'adapter...

Si l'on osait la comparaison on dirait que cette année et les années à venir, plus encore qu'en 2017, le navire CHU va devoir économiser le carburant s'il veut atteindre toutes ses escales avant d'arriver à bon port. En effet, si l'activité et les sollicitations vont grandissant (augmentation des séjours de 4,5 %, de l’ambulatoire de 8 % et de la chirurgie ambulatoire de 10 %) dans le même temps l'établissement doit faire face à une baisse des dotations qui ne manqueront pas d'affecter son fonctionnement. "Il y a urgence à revoir le financement des établissements de santé", a lâché la directrice générale, Martine Ladoucette, promise à de sérieuse migraines comptables.

Après avoir dressé le bilan de l'année écoulée, plutôt que de s'apitoyer cette dernière a préféré regarder le verre à moitié plein en se tournant vers l'avenir. Un avenir déjà tracé jusqu'à l'horizon 2021, date de l'échéance du projet d'établissement qui verra de nombreuses projets et réformes se mettre en place au sein du CHU. Les quatre grands axes du projet médical porteront sur la fluidification du parcours du patient, l'accompagnement de la recherche clinique, l'organisation des cliniques thématiques par spécialité et l'affirmation du caractère référent du CHU -désormais labellisé comme centre de référence pour ce qui concerne la Brucella et les infections ostéo-articulaires complexes- sur le territoire.

Martine Ladoucette, directrice générale du CHU Caremeau (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Placée sous le triple signe de "la volonté, la confiance et la réussite", comme évoqué par la directrice, 2018 sera aussi l'année de la certification. "Nous aurons celle que nous mériterons. C'est l'affaire de tous", a scandé Patrick Messner, le vice-doyen de la faculté de médecine de Montpellier-Nîmes. Réalisée par sept experts, une visite ayant pour objet la prorogation de la certification de l'établissement est programmée entre le 6 et le 14 mars prochain.

Versant salariés, les parents verront d'un bon oeil l'ouverture de la nouvelle crèche en septembre prochain. La conciergerie Happytal est déjà opérationnelle et le personnel ont déjà bénéficié de 251 prestations et les patients de plus de 1 000. Par ailleurs, comme il faut bien vivre avec son temps, 23 collaborateurs bénéficient d'ores et déjà du télétravail et l'on pourra dans un proche avenir prendre rendez-vous pour une consultation par Internet. Pas de doute, au CHU, l'avenir est en marche même si Martine Ladoucette a prévenu : "2018 sera une année de transition mais 2019 sera beaucoup plus compliquée." Si c'est elle qui le dit...

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard.com 

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société...

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité