Société

BAGNOLS Les EHPAD en grève contre la maltraitance institutionnelle

La journée nationale de grève dans les Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de ce mardi est aussi passée par Bagnols.

Ce matin, devant l'EHPAD des 7 sources de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Et ici aussi, le personnel en grève à l’appel de la CGT, de la CFDT et de FO, crie son mal-être.

Des résidents de plus en plus dépendants

« Nous sommes en sous-effectif chronique, le travail en mode dégradé est devenu la normalité. La hausse de la dépendance des personnes n’est pas prise en compte », énumère Laure Sanchez, syndiquée CGT et aide-soignante à l’EHPAD des 7 Sources, qui dépend du centre hospitalier de Bagnols. Elle évoque un « épuisement professionnel et un absentéisme en hausse », dus aux cadences de travail jugées infernales.

Concrètement, l’EHPAD des 7 Sources compte 122 résidents, répartis à 40 par services. « On attaque chaque service à 3 aides-soignantes, avec une quatrième qui vient sur une partie du temps. Or, il faudrait attaquer à 4 a minima, voire 5 », explique Laure Sanchez. Et ce pour prendre en compte l’état des résidents « qui arrivent de plus en plus dans un état de dépendance », explique la cégétiste. Résultat : « le personnel n’a plus le temps d’être à sa tâche, et ça va en se dégradant », résume Anne Saucé, secrétaire de FO pour le centre hospitalier de Bagnols, « on n’est pas dans l’écoute, mais dans la productivité », souffle Laure Sanchez.

Résultat : la qualité du service se dégrade, et la secrétaire de la CGT du centre hospitalier Jocelyne Lazare n’hésite pas à parler de « maltraitance institutionnelle. » A titre d’exemple, un résident sera certes toiletté tous les jours, mais ne pourra bénéficier que d’une douche tous les quinze jours, d’après les dires des syndicalistes. « Et ici, on n’est pas les pires », tempère lJocelyne Lazare, qui avance un taux proche de 0,75 soignant par résident, quand la moyenne est plus vers 0,6. Qu’importe, puisque ce chiffre est largement en deçà de celui du Plan solidarité grand âge, qui prévoit un taux d’un personnel par résident. Un plan annoncé en… 2006, mais jamais appliqué.

Les 50 millions annoncés ? « Une goutte d’eau »

Alors aujourd’hui les grévistes ne s’en prennent pas aux centres hospitaliers ou à l’Agence régionale de santé, mais en appellent à l’Etat. L’annonce de la ministre de la Santé Agnès Buzyn de débloquer 50 millions d’euros pour les EHPAD est considérée comme « une goutte d’eau, presque de la provocation », tranche Jocelyne Lazare. « Ça correspond à 2 500 postes d’aides-soignantes à 1 400 euros par mois, calcule Anne Saucé. Il faudrait 200 000 postes supplémentaires pour les 7 000 EHPAD publics et privés du pays. » On est donc loin — très loin — du compte.

« Il faut que l’Etat s’engage à mettre les moyens pour financer dignement les EHPAD, et cesse le chantage à l’augmentation du prix pour les familles », poursuit Boris Vigne, trésorier de la CGT du centre hospitalier. Un prix qui varie de 1 600 à 2 500 euros mensuels à l’EHPAD des 7 Sources, qui dépend d’un établissement qui n’échappe pas aux contraintes budgétaires imposées aux hôpitaux du pays. Au delà de ces considérations, Boris Vigne prévient : « on n’a rien anticipé pour faire face au vieillissement de la population, et les choses ne vont qu’empirer. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité