A la uneEconomiePubli Reportage

MARDI APPRENTIS L’IFAG : l’entrepreneuriat version 3.0

Parmi les écoles de la Chambre de commerce et d'industrie du Gard, l'IFAG propose trois cursus innovants qui s'appuient sur une pédagogie basée sur des outils informatiques de pointe.

Publi Reportage

(Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Présente dans le Gard depuis 2005, mais dès 1968 sur le territoire national, l'IFAG (Institut de formations aux affaires et à la gestion) est une école de management et d’entrepreneuriat installée dans 16 campus (15 villes de Métropole et 1 ville d’Outre-Mer). Elle forme les créateurs et repreneurs d’entreprises ainsi que tous ceux qui souhaitent occuper une fonction de direction.

Niché dans le poumon créatif de la pépinière d'entreprises du parc George Besse de Nîmes, l'IFAG accueille chaque année 70 étudiants inscrits dans trois filières : une section Bac +3, un module de Responsable opérationnel d'activité (ROA), titre diplômant répertorié au Registre national de certification professionnelle de niveau 2, et une formation de manager d'entreprise ou de centre de profit (MECP), titre certifié niveau 1, réservée aux Bac +4 et Bac +5.

(Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

"Beaucoup d'élèves sont issus du bassin de vie", raconte la directrice générale, Nathalie Pouyaud. "À la sortie de l'école, bon nombre d'entre-eux -au moins 70%- y trouvent du travail et restent vivre sur place. 90% de nos étudiants décrochent un contrat en CDI moins de trois mois après leur sortie."

(Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Véritable ADN de l'IFAG, l'entrepreneuriat a su s'adapter aux desiderata des entreprises et l'école fourmille de projet. "Nous en faisons déjà un peu mais nous devons développer la VAE (validation des acquis de l'expérience) en nous ouvrant vers les salariés. Par ailleurs, nous glissons de l'entrepreneuriat pur et dur vers une école de management, dans l'esprit  entreprendre et innover."

Nathalie Pouyaud, la directrice de l'IFAG Nîmes (Photo : DR)

 

De plus en plus prégnante, née dans les années 70, la notion d'intrapreneuriat, qui permet aux salariés d'une entreprise de mener un projet innovant de bout en bout, prend tout son sens à l'institut. Ainsi, qu'ils soient en section Bac +3, en ROA ou en MECP, tous les étudiants de l'IFAG sont amenés au cours de leur cursus à créer et gérer des projets innovants à l'intérieur d'une entreprise, à l'instar du modèle économique et du fonctionnement d'une star-up. "Les Bac +3 travaillent en groupe sur un modèle d'entreprise, une création qu'il mènent de A à Z. Les Bac +4 proposent un diagnostic stratégique à des entreprises du bassin d'emploi. Quant aux Bac +, ils doivent trouver une entreprise en situation de cession, en faire une évaluation et une radiographie complète en vue de la cession", détaille la responsable.

(Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

À l'IFAG, pour répondre aux attentes des entreprises, on privilégie de plus en plus tôt la spécialisation des étudiants plutôt qu'une formation généraliste. Ces derniers se voient préconiser l'usage au quotidien d'outils d'e-learning pour l'apprentissage des langues étrangères, de la comptabilité-gestion et de l'orthographe. Par le même biais, ils ont accès à une bibliothèque en ligne de 30 000 ouvrages et utilisent les mêmes outils informatiques que ceux qu'utilisent les entreprises.

À l'IFAG, le coût d'une année scolaire est d'environ 8 000 euros. Raison de plus pour que les entreprises de la région choisissent de lui verser la taxe d'apprentissage. Une manne qui a déjà permis à l'IFAG de financer la création de laboratoires d'apprentissages sur les campus, de déployer une plateforme de perfectionnement en orthographe projet Voltaire et de nouveaux incubateurs d'entreprise.

l'Ifag est habilité à percevoir la taxe d'apprentissage en catégorie B (taxe hors quota catégorie B, formation au(delà de Bac +2). Numéro UAI : 0301755V. IFAG Nîmes. 417, rue Georges Besse. 30035 Nîmes cedex. Tél : 04 66 87 96 61.

Publireportage 

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société...

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité