A la uneCulture

PAYS D’UZÈS Le street-art, lien entre les communes

C’est presque devenu une habitude : depuis quelques temps, les résidences d’artistes se multiplient à Uzès, sous la houlette de la Communauté de communes du Pays d’Uzès (CCPU).

Élus et artistes ont présenté le dispositif mardi après-midi (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Des résidences couronnées de succès, notamment lorsqu’elles ont concerné des street-artistes, comme les Gardois Supo Caos et Grumo. De quoi donner envie à la CCPU, soutenue par la Direction régionale des affaires culturelles et le Département, de remettre ça, en mieux.

« Aller à la rencontre des habitants »

En mieux, comprenez en plusieurs endroits : « la résidence artistique devient résidence de territoire à Baron, Fons-sur-Lussan et Fontarèches », annonce le président de la CCPU Jean-Luc Chapon. Concrètement, le street-artiste Mathieu Taupenas, aka Swed Oner -enfant du pays dont les œuvres, de monumentaux portraits, ornent d’ores et déjà le gymnase Pautex ou le transformateur des Amandiers- sera en résidence artistique du 5 au 31 mars dans ces trois communes, plus Uzès à la fin.

Le tout en préfiguration de l’Ombrière, le futur centre culturel de la CCPU, qui sera construit à Uzès. « C’est un fil conducteur », se félicite le maire de Baron Christian Petit. Le maire de Fons, Fabrice Verdier, retient quant à lui « la vraie dynamique culturelle sur tout le territoire, avec déjà le Temps des Cerises et maintenant ces résidences artistiques. »

Les murs qui accueilleront les œuvres du street-artiste uzétien ont été choisis en concertation avec les communes. Quant à celui d’Uzès, il s’agit d’un immeuble d’Habitat du Gard dans le quartier des Mûriers. L’artiste y exprimera son oeuvre, « qui s’articule toujours autour de l’humain, explique-t-il. Je vais aller à la rencontre des habitants, des personnages des villages. Plutôt des anciens car je trouve qu’ils dégagent une certaine sagesse. Il s’agit avant tout de rencontres. »

Swed Oner en plein travail sur le transformateur des Amandiers, à Uzès, en novembre dernier (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le défi dans un premier temps sera donc de convaincre un(e) habitant(e) du village de se laisser photographier, puis reproduire en grand sur un des murs de la commune. « Ça fera partie de la performance », estime en plaisantant à moitié Fabrice Verdier. Les progrès de Swed Oner seront à suivre à travers un film composé de photos projeté dans la chapelle de la médiathèque d’Uzès, qui sera réalisé au fur et à mesure de la résidence.

D’ici là, Swed Oner s’attaquera aux murs de la salle Gide de la médiathèque : dès ce mercredi, l’artiste peindra « deux portraits qui vont communiquer d’un côté et de l’autre de l’ouverture, une personne âgée et une personne plus jeune, pour symboliser la transmission des savoirs », explique-t-il.

La dynamique enclenchée avec Swed Oner et les autres ne s’arrêtera pas à la résidence : le Cicada Festival, en mai prochain, leur fera la part belle, les murs des quartiers des Amandiers et des Mûriers seront investis et une oeuvre collective avec les habitants en lien avec le café citoyen Chez Amande & Co est également au programme. De quoi faire d’Uzès une nouvelle place forte départementale du street-art. Qui l’eût cru ?

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité