Faits Divers

NÎMES Sans permis et à contresens sur le périphérique : 1 an ferme

Photo illustration

Lorsqu'on écoute les faits résumés par la présidente du tribunal correctionnel de Nîmes, Catherine Lelong, on frisonne. Et on se demande comment le rodéo en voiture ne s'est pas terminé en tragédie. " Nous sommes le samedi 20 janvier dernier, à 13h, dans le centre-ville de Nîmes. Les policiers aperçoivent une voiture à l'arrêt avec le moteur qui tourne. Lorsqu'ils s'approchent du véhicule, le conducteur va démarrer pour une course-poursuite infernale. Les policiers seront obligés de lever le pied pour ne pas créer d'accident ", souligne la magistrate.

Pendant précisément un quart d'heure, de 13h à 13h15 où le bolide s'encastrera dans un fourgon, le conducteur va prendre tous les risques pour éviter le contrôle des forces de l'ordre. Sens interdit, slalom à contresens sur le périphérique à hauteur du Boulevard Salvador Allende, allure effrayante... Des voitures circulant dans le bon sens de circulation vont faire des écarts dangereux pour laisser passer le fuyard.

Le fou du volant va créer 2 accidents, avant de percuter un fourgon et d'alerter ses amis du quartier pour essayer d'échapper aux policiers revenus à ses trousses. Cet homme de 21 ans n'était pas titulaire du permis de conduire. Il a déjà été condamné à plusieurs reprises pour des violences et des outrages, notamment sur les forces de l'ordre. Il était poursuivi ce mardi matin, en audience de comparution immédiate. Il était en état de récidive légale. Il a écopé de 18 mois de prison, dont 1 an ferme, le reste de la sanction est avec sursis et mise à l'épreuve de 2 ans. Il est reparti directement en détention après l'audience .

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “NÎMES Sans permis et à contresens sur le périphérique : 1 an ferme”

  1. Des raclures que l’on côtoie régulièrement dans les rues de Nîmes : dépassement dangereux, queue de poisson, feux grillés, etc…. Il est difficile de garder son calme pour ne pas détruire instantanément ces abrutis. Une question d’éducation certainement qui nous différencie et nous empêchent de passer à l’acte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité