Politique

LAUDUN-L’ARDOISE Municipale : Yves Cazorla candidat pour « être utile »

Après dix ans dans l’opposition municipale de Laudun-l’Ardoise, Yves Cazorla est de nouveau candidat aux élections des 11 et 18 mars prochains. Il sera opposé, à cette heure*, au maire sortant Philippe Pecout et à Jean-Christophe Dauzon.

Yves Cazorla, candidat à l'élection municipale de Laudun-l'Ardoise des 11 et 18 mars (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

À 57 ans, cet ingénieur du CEA Marcoule joue la carte de l’expérience et ne se revendique d’aucun parti.

« Dans l’opposition les années comptent double »

Evacuons tout de suite la question partisane : oui, Yves Cazorla a été encarté à l’UMP, mais c’est du passé. « Je me suis aperçu que ce n’était pas utile et que la population ne le souhaitait pas. Et pour s’occuper des affaires de la commune, je ne vois pas en quoi un parti politique influerait. » Lui revendique avoir toujours eu sur ses listes « des personnes de toutes les tendances », et martèle que sa nouvelle liste, « renouvelée à 80 % » et d’ores et déjà déposée en préfecture, ne comptera « aucun encarté » et aucun ancien élu d’une autre liste. « Je veux de la cohérence », affirme-t-il, avant d’arguer d’« une base très solide, très expérimentée, avec Patrick Pannetier et Jean-Claude Magès. » Elle sera présentée ce jeudi soir.

Côté expérience, Yves Cazorla affirme que « dans l’opposition les années comptent double. On doit bosser plus car on a peu d’informations pour connaître les dossiers à fond. » Sur ce point, le Laudunois a une image d’élu bosseur, poil à gratter régulier de la majorité sortante dont il accuse la tête de liste, le maire sortant Philippe Pecout, d’avoir « abandonné le navire en plein naufrage » en démissionnant.

Il cite plusieurs dossiers sur lesquels son action a pesé, comme sur le Plan local d’urbanisme, sur lequel « on a eu gain de cause car on avait mieux bossé le dossier que la majorité ! On était pour l’agrandissement du Super U mais pas dans ces conditions, qui menaçaient le commerce du centre-ville. » Autre dossier qui figue en bonne place, l’affaire Dauzon, du nom de l’administrateur d’un groupe Facebook poursuivi par le maire, Philippe Pecout, pour diffamation. « J’ai défendu sa cause comme pour n’importe quel autre habitant », rembobine Yves Cazorla.

Un an après, ce même Jean-Christophe Dauzon présente aujourd’hui sa propre liste pour l’élection. « On lui a proposé de venir avec nous bien en amont. C’est quelqu’un que j’apprécie, mais je ne comprends pas sa démarche », regrette aujourd’hui Yves Cazorla, avant de citer la défense des riverains de la Ramière au rang de ses faits d’armes. « On s’est beaucoup occupés d’eux. On les a conseillé et on a trouvé des failles dans le permis de construire qui leur ont permis de faire un recours et Philippe Pecout a annulé le permis », rappelle-t-il.

« On ne cachera rien »

Alors aujourd’hui, il affirme se présenter pour « être utile et pas faire carrière. Je veux être maire et à l’Agglo et c’est tout. La politique j’ai tiré un trait dessus. » Ce n’est pas forcément ce que pensent ses désormais concurrents puisque l’élu d’opposition occupe le terrain depuis un moment déjà, en se présentant par exemple sur le marché de la commune tous les dimanches. Une attitude qu’il revendique : « les gens qui ont besoin de me voir savent où je suis, je m’investis. » Un investissement qu’il pourra amplifier à court terme puisqu’il sera à la retraite à la fin de l’année et qu’il a « pas mal de congés à venir », précise-t-il. Une disponibilité et une transparence qu’il ne compte pas changer s’il arrive aux affaires le mois prochain : « on communiquera beaucoup, on ne cachera rien et tout le monde pourra venir poser des questions. »

Plus largement, même si le programme sera présenté ultérieurement, Yves Cazorla avance quelques grandes lignes. « Dès notre prise de fonction, on fera un état des lieux global avec un audit des finances et on communiquera largement », lance-t-il, avant d’affirmer qu’aujourd’hui, « la commune est dans un état lamentable. » Il affirme que dès son élection, « on lancera tout de suite des travaux, à la Madonne et à la station d’épuration. » Et le candidat de jouer la carte de la démocratie participative : « les habitants seront amenés à participer sur plusieurs sujets avec des réunions et des consultations, notamment par internet. »

Programme toujours, le projet de Plan local d’urbanisme, quasiment finalisé et qui devait être voté au printemps, « on va le revoir », affirme Yves Cazorla. Quitte à impacter le projet l’Ardoise éco fret (LEF) ? « Non, à l’Agglo j’ai voté pour le LEF, on ira dans son sens. » Une Agglo à laquelle il briguera une vice-présidence s’il est élu, « pour défendre l’intérêt général, et la commune. » Reste maintenant à voir si pour Yves Cazorla, la troisième fois sera la bonne. En 2014, il n’avait perdu que de 204 voix.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

* Une rumeur tenace affirme qu’une quatrième liste pourrait être déposée. Quoi qu’il arrive elle devra l’être d’ici ce soir, date butoir, en préfecture.

Etiquette

Thierry Allard

30 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité