A la uneActualités

BAGNOLS Trois ans après, la mobilisation se poursuit pour Lucas

Voilà trois ans que le jeune Lucas Tronche a disparu, un après-midi de mars à Bagnols.

La mosaïque géante formée ce matin sur la place Mallet à l'occasion du rassemblement pour les trois ans de la disparition de Lucas, à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Depuis, la mobilisation des enquêteurs de la Section de recherches de la police judiciaire de Montpellier, de la famille, des proches de l’adolescent et de l’association Retrouvons Lucas ne se dément pas.

Une nouvelle année d’actions

Alors, comme chaque année depuis maintenant trois longues années, l’anniversaire de la disparition de Lucas est commémoré par un grand rassemblement, aboutissement d’une nouvelle année d’actions menées sans relâche. Cette année, l’association a décidé de former une grande mosaïque, réalisée par le photographe Eddy Termini avec des photos des selfies de la série « Je cherche Lucas », sur la place Mallet de Bagnols.

En amont du rassemblement, l’association Retrouvons Lucas, qui compte un peu plus de 1 300 adhérents, a tenu son assemblée générale annuelle, l’occasion de faire le bilan d’une année encore riche en actions principalement axées autour de la communication. Il faut dire que la diffusion de l’avis de recherche et de l’appel à témoins « sont primordiales pour espérer avoir un témoignage, ce n’est pas possible que Lucas ait disparu sans que personne n’ait rien vu », rappellera la mère de Lucas, Nathalie Tronche, lors de l’assemblée générale. Ainsi, depuis la vidéo Challenge pour Lucas l’année dernière, un semi-remorque de l’entreprise Blanchet affiche en très grand l’avis de recherche sur les routes du pays, et des campagnes d’affichages en 4x3, sur les écrans publicitaires et les pompes à essence ont été menées dans plusieurs villes, notamment grâce au soutien des entreprises de publicité. D’ailleurs, l’avis de recherche de Lucas sera très bientôt à nouveau diffusé sur 800 pompes à essence et sur 206 abribus dans la France entière, et de nombreux équipages du rallye Aicha des Gazelles, qui part ce week-end de Nice, ont apposé l’autocollant sur la carrosserie de leur 4x4.

Par ailleurs, 10 000 autocollants de l’avis de recherche ont été distribués pour être collés sur les véhicules, et 10 000 nouveaux ont été commandés. La mairie de Bagnols n’a pas été en reste, en diffusant 30 000 avis de recherche sur les enveloppes de ses courriers. La mobilisation se poursuit également sur Facebook, où la page Je cherche Lucas compte aujourd’hui 62 500 membres, soit 10 500 de plus sur un an. Elle constitue un utile relais des actions, mais aussi des informations sur la disparition de Lucas. Les médias ont également continué à suivre l’affaire, avec encore une vingtaine d’interviews en presse locale et nationale en 2017, et de nombreuses émissions, comme Dans les Yeux d’Olivier et 19 heures le Dimanche sur France 2, 7 à 8 sur TF1 ou encore C dans l’air sur France 5.

Autant d’actions qui « aident la justice à maintenir les moyens et à autoriser encore la Police judiciaire de Montpellier et l’OCRVP (Office central pour la répression des violences aux personnes, ndlr) à maintenir les moyens plus longtemps que prévu », souligne le père, Eric Tronche.

Les parents et les frères de Lucas, entourés du maire Jean-Yves Chapelet du député Anthony Cellier, ce matin lors du discours (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

« Est-tu encore vivant ? »

Quelques minutes plus tard, en ouverture du grand rassemblement, le maire de Bagnols Jean-Yves Chapelet, ex-collègue de travail mais aussi ami des parents de Lucas, se dira « fier » de sa ville : « à chaque fois qu’on a besoin d’un élan de solidarité, vous êtes là. » « Notre responsabilité est de garder l’espoir, de le maintenir, lancera pour sa part le député Anthony Cellier. J’ai écrit aux maires de la circonscription, à l’ensemble de mes collègues parlementaires et aux ministres pour qu’eux aussi propagent l’espoir. »

La vidéo de la mosaïque (suite de l'article plus bas) :

Les yeux embués et la voix parfois entrecoupée de sanglots, Nathalie Tronche évoquera ces « trois ans que nous cherchons sans relâche à comprendre ce qu’il s’est passé », avant de s’adresser à son fils disparu : « est-tu encore vivant ? Est-ce que tu vas bien ? Est-ce que quelqu’un te retient, t’a fait du mal ? Nous vivons chaque jour avec ces angoisses. » Après ces trois longues années, « la durée atténue l’espoir, mais heureusement il est toujours là », lancera Nathalie Tronche, avant de saluer la mobilisation des enquêteurs montpelliérains : « en un an, le corbeau a été retrouvé et jugé, et la piste Lelandais écartée, ça nous rassure. »

Eric Tronche martèlera ensuite l’importance « primordiale » de la diffusion de l’avis de recherche pour déclencher un témoignage susceptible de relancer l’enquête. Une enquête dans laquelle « toutes les hypothèses restent ouvertes » et où « quelqu’un sait, quelque part », affirme le père, avant de s’adresser à la foule présente ce matin : « nous avons besoin de vous pour qu’on n’oublie pas Lucas. »

Et aussi : 

Une cagnotte pour Lucas a été lancée sur le site Leetchi. Elle n'émane pas de l'association, ni de la famille et a été signalée au siège de Leetchi.

L'avis de recherche :

L'avis de recherche de Lucas

L'appel à témoins :

(DR)

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité