ActualitésCulture

EN IMAGES Un fameux trois-mats russe à la Grande-Motte

Gros succès populaire pour le Shtandart au port de la Grande Motte. La réplique du trois-mats du tsar a attiré des centaines de visiteurs ce week-end.

Succès populaire phénoménal pour La Grande Motte ce week-end. Pour la première fois, la station voisine de l'Hérault accueillait la réplique d'un bateau historique, le Shtandart, posé à quai depuis jeudi 15 mars.

Un pari pour cette station symbole moderne, kitsch et écolo des années 60. Comme quoi les contrastes sont gagnants. Trente-cinq mètres de long, 30 mètres de haut, 28 canons, 200 tonnes et trois mats majestueux. Dimanche soir, on annonce plus de 3 500 visiteurs montés sur le pont, à raison de 100 personnes maximum par demi-heure de visite en trois jours d'escale. Belle réussite d'un partenariat avec Escale à Sète et, jusqu'au dimanche, le téléphone a sonné à l'Office de Tourisme pour savoir si les visites du bâtiment, effectuées sur réservation, étaient encore possibles. Dès le vendredi matin tout était complet. Arrivé de Gênes (Italie) jeudi, le Shtandart repart ce dimanche soir du port héraultais, direction Sète.

Le Shtandart (l'Étendard) est une réplique en bois exacte du premier bâtiment russe de la flotte de la Baltique. Pierre le Grand, le Tsar lui-même en aurait supervisé les travaux en 1703. Faute d'entretien, le vrai Shtandart est tombé en pièces vers 1727. En 1994, des jeunes de Saint-Petersbourg lancent le chantier de construction de la réplique. À l'identique, excepté pour la cale qui abrite les deux moteurs diesel, une génératrice et les cabines de l'équipage. Sur le pont, tout est à l'identique, comme conçu et sculpté au XVIIIe siècle. Un joli voyage dans le temps, qui fait rêver malgré la rudesse des escaliers de bois.

Le lion impérial en proue (photo F. G.)
Une demi-heure de visite pour cent personnes (photo F. G.)
Trente mètres de haut... (photo F. G.)
Symphonie de cordes et de poulies (photo F. G.)
Vertigineux, non ? (photo F. G.)
Sur le pont.
Bricolage au sommet... (photo F. G.)

Etiquette

Florence Genestier

Arrivée à Objectif Gard depuis juillet 2017, ma première carte de presse date de 1991 (si, si !). Née en Bourgogne, des études lyonnaises, quinze ans de PHR dans une région de montagnes, puis un détour par une mairie, la vie web d'associations et de projets sur Paris, Dijon, le sud Bourgogne, quelques chroniques judiciaires. Me voilà chargée de l'actu de la Petite Camargue :) de l'Espiguette jusqu'à Vauvert et au-delà. C'est sportif mais passionnant !

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité