A la uneActualités

LE 7H50 de Mary Bourgade : « Je suis confiante pour l’inscription à l’UNESCO »

Après avoir répondu point par point aux remarques d’ICOMOS international (*), la mairie de Nîmes attend l’avis final des experts sur sa candidature au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Mary Bourgade, adjointe au tourisme de la ville de Nîmes (Photo : droits réservés)

Objectif Gard : Le classement de Nîmes au patrimoine mondial de l’UNESCO est-il menacé ?

Mary Bourgade : Très franchement, je ne pense pas. Notre dossier est très bien mené. Ce qui s’est produit en janvier pour Nîmes, c’est-à-dire les remarques des experts indépendants de l’ONG ICOMOS international, s’est produit pour d’autres candidatures. Certains ont l’air de tomber de l’armoire… Mais c’est tout à fait normal ! Nous avons un bon dossier. Il ne faut pas oublier que derrière Nîmes, c’est la France et son ministère de la Culture qui s’engage. Il n’y a pas de hasard.

Quelles remarques ont été soulevées par les experts d'ICOMOS ?

Nous avons dû reformuler plusieurs choses. Concernant le nom, on reste sur « Nîmes, l’Antiquité au présent » concernant la liste indicative et communicative. Le nom technique, lui, a été modifié. La candidature est basée sur l’influence architecturale et stylistique des monuments antiques sur la ville (le Temple de Diane, l’amphithéâtre, la Maison Carrée…). Les services de la mairie et notre cabinet ont bien répondu. Après, on est toujours un peu stressé… C’est normal. Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

Quel est l’agenda de la candidature nîmoise ?

D’ici la fin mai, on va recevoir l’avis final des experts d’ICOMOS international. Ensuite, la 42ème session se déroule au Bahreïn, à Manama. La présentation du dossier auprès du Comité mondial de l’UNESCO se fera entre le 24 juin et 4 juillet.

Le Comité mondial suit-il toujours l'avis des experts d'ICOMOS ? 

Pas toujours. Mais leur travail est précieux et sérieux.

Nîmes peut-elle être recalée ? 

On a répondu point par point et avec minutie aux remarques des experts. Le cabinet qui travaille avec nous a fait classer Bordeaux et Albi au patrimoine mondial de l’UNESCO. Si nous sommes retoqués, nous représenterons notre candidature. Les Causses Cévennes ont été retoquées deux fois avant d’être classées. Mais encore une fois, nous avons un bon dossier… Je suis confiante. 

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com 

(*) L'ICOMOS est une organisation internationale non-gouvernementale qui œuvre pour la conservation des monuments et des sites dans le monde.

Bon à savoir :

Le patrimoine mondial est une appellation attribuée à des lieux ou des biens, situés à travers le monde, possédant une valeur universelle exceptionnelle. A ce titre, ils sont inscrits sur la Liste du patrimoine mondial afin d’être protégés pour que les générations futures puissent encore les apprécier à leur tour.

Ces lieux et ces biens, aussi divers et uniques que les pyramides d’Egypte, la Grande Barrière de corail australienne, les Iles Galápagos en Equateur, le Taj Mahal en Inde, le Grand Canyon aux États-Unis ou l’Acropole en Grèce, sont quelques exemples des 1007 biens culturels et naturels inscrits à ce jour sur la Liste du patrimoine mondial. 

Lorsqu’un pays signe la Convention du patrimoine mondial et voit certains de ses biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, il en résulte un prestige supplémentaire qui aide souvent les citoyens et les gouvernements à prendre conscience de l’importance de la préservation de ce patrimoine. Une meilleure prise de conscience conduit généralement à une augmentation du niveau de protection et de conservation des biens en question. Le pays peut également recevoir une assistance financière et technique de la part du Comité du patrimoine mondial afin de soutenir les activités de préservation.

Un site doit suivre un processus d’inscription avant d’être pris en considération. 

Concernant, le dossier « Nîmes, l'Antiquité au présent », il sera examiné lors de la prochaine session du Comité du patrimoine mondial (Manama, Bahreïn, du 24 juin au 4 juillet 2018) pour inscription.

Ce Comité, représentés par 21 États parties à la Convention du patrimoine mondial, décide, suivant les recommandations des Organisations consultatives (ICOMOS et UICN), si l’inscription remplit au moins un des critères nécessaires, pour que le bien proposé par l’État partie soit inscrit sur la Liste du patrimoine mondial.

Il existe 10 critères pour l'inscription d'un bien à retrouver ICI

 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “LE 7H50 de Mary Bourgade : « Je suis confiante pour l’inscription à l’UNESCO »”

  1. La ville de Nîmes concentre de nombreux sites d’exception .
    Les arènes de Nîmes sont dans un état de conservation bien meilleur que celles d’Arles déjà classées au Patrimoine Mondial de l’Humanité . une majestueuse voûte ombragée de micocouliers relie les arènes à la maison carrée : cet arbre emblématique de Nîmes agrémente les boulevards circulaires entourant le vieux Nîmes ( en son centre la cathédrale présente à son fronton de remarquables sculptures du 11 ème siècle ).
    A proximité de la maison carrée , le canal de la fontaine est ceint de hautes frondaisons beaucoup plus impressionnantes que celles des platanes moribonds du Canal du Midi eux aussi au Patrimoine Mondial de l’Humanité . Les bassins de ce canal imposant sont agrémentés de jets d’eaux puissants et rafraichissants alimentés par la source Nemausus au pied de la Tour Magne près des vestiges romains du temple de Diane .
    Cette source est une résurgence de style « Fontaine de Vaucluse » , elle sillonne un dédale de canaux souterrains à pilastres supportant des jardins à la Française , avec balustres , vases , sculptures allégoriques en marbre blanc – plusieurs provenant du jardin Bonnier de La Mosson à Montpellier .
    En période d’intense sécheresse la source Nemausus à sec a permis aux spéléologues d’explorer le réseau souterrain de cavités sur 2 km .
    Le jardin de La Fontaine à Nîmes s’étend sur 15 hectares à proximité immédiate de la vieille ville . Au sommet du jardin la Tour Magne le plus vieux monument français et romain , remonte à 2000 ans avant JC ! Ses pentes abruptes sont recouvertes d’essences méditerranéennes exubérantes : Pins d’Alep , cyprès , cèdres , arbousiers , lentisques ,genévriers , cades micocouliers , arbre de Judée , etc …
    Nîmes allie dans un contraste saisissant la Modernité et l’ère Romaine : Le nouveau « musée de la Romanité « ouvvrira le 2 juin 2018 face à l’amphithéatre côté Ouest . Et le complexe du « Carré d’Art » de Norman Foster reflète dans ses parois vitrées l’image de la Maison Carrée, qui fut sauvée des inondations catastrophiques de 1988 par la rétention de 3 000 m3 d’eau dans les fondations du futur Carré d’Art .
    Les fluctuations de population montrent la fragilité des choses : de 20 000 habitants à l’époque Romaine , elle est descendue à 1700 » feux « ( soit environ 10 000 habitants ) au début du 13 ème siècle , elle est aujourd’hui de 159 000 habitants .
    Les armoiries de la ville , stylisées par Philippe Stark sur les pavés cloutés en bronze jalonnent la ville en faisant référence à l’As de Nîmes , monnaie romaine frappée à Nîmes : sur une face figure le crocodile attaché au palmier avec la mention COL –NEM ( Colonia Nemausensis ), symbole de la soumission de l’Egypte à Rome , ou de l’établissement à Nîmes de vétérans de Légions Romaines dans ces contrées. Sur l’autre face figure l’Empereur Octave Auguste victorieux à la bataille navale d’Actium en Grèce ( 31 avant JC ) sur les armées de Marc Antoine et Cléopâtre .
    L’assèchement de la Fontaine de Nîmes en période de très longue aridité explique une des plus colossales réalisations du Monde Romain : l’eau de l’Eure ( jamais à sec elle ) à Uzès , alimentait la ville de Nîmes en franchissant la rivière Gardon au dernier étage du « Pont du Gard « , avant d’être répartie sur la ville de Nîmes au « castellum divisorium « .
    On ne peut passer sous silence la création Nîmoise connue dans le monde entier : la toile de Nîmes servait initialement de voile aux bateaux de l’Atlantique ; elle fut utilisée par Levis Strauss pour créer les célèbres Jeans »DENIM » ( contraction américanisée de « de Nîmes « ). En échange de ces tissus , les Nîmois troquaient de la morue salée , à l’origine du très local plat gastronomique « la Brandade de Nîmes « .
    Les arènes font partie de l’ADN des Nîmois : cet amphithéâtre exceptionnel par ses dimensions ( 133 m.*101 m.*21 mètres de haut ) et son état de conservation lui confèrent une capacité de 25 000 spectateurs . Elles accueillent les plus grands artistes de variétés ( Johnny Halliday , Tina Turner , Mïckaël Jackson ,. Elles sont le siège de traditions taurines très fortement ancrées à Nîmes .
    D’abord les courses à la cocarde avec les taureaux noirs de Camargue aux cornes très effilées en forme de lyre : les « raseteurs « cherchent à couper les « ficelles et glands « attachées entre les cornes .Parmi ces raseteurs beaucoup de champions . Désormais certains sont d’origine Maghrebine : immigrés , victimes du racisme au quotidien , boxeurs du Bronx , footballeurs des favellas , même combat , devenir des héros pour se faire accepter. A l’origine des grandes carrières il y a toujours des blessures qui ont du mal à cicatriser .La puissance et la gloire sont d’excellentes thérapies pour la douleur des âmes .
    Ensuite la corrida espagnole présente des toros de combat ayant grandi en liberté 4 ou 5 ans dans les pâturages de Salamanque . cette corrida est très controversée : la moitié des gens n’y voit qu’une cruauté inacceptable car l’animal est tué à la fin . L’autre moitié est fascinée par l’esthétisme et la bravoure inconsciente du matador qui affronte le toro à cornes nues.
    Les paragraphes qui suivent sont extraits du livre de Simon Casas « Taches d’encres et de sang « d’une remarquable qualité d’écriture et d’une expérience de la corrida irremplaçable , c’est un des premiers torero nîmois , il quitta le lycée à 14 ans pour vivre sa passion de torero : il est aujourd’hui co-directeur des arènes de Madrid , directeur des arènes de Nîmes et d’Arles !
    La mort existe , elle nous guette : chiens , toros , et humains .La toromachie n’occulte pas la mort , elle l’affiche .C’est cela qui la rend transgressive ..
    Pour les toreros la blessure est toujours annoncée , ils apprennent à vivre avec cette incontournable réalité . Ceux qui ont une ambition ne la craigne pas , la pire des blessures c’est l’échec .
    Manolete avait trouvé la clef de la corrida moderne en découvrant qu’un toro dans un champ où séchait un drap étendu entre deux piquets attaquait le drap quand le vent l’agitait , mais ne s’attaquait jamais aux piquets d’étendage fixes .
    Alors une petite porte s’ouvrit . Un autre toro bondit dans l’arène avec une vivacité explosive .il alla frapper directement les planches de la barrière, les fit voler en éclat et s’acharna comme s’il avait prémédité longtemps pareille vengeance . Un matador , vêtu d’un costume de couleur tabac , s’avança jusqu’à une des deux lignes blanches qui cernaient la piste .. D’un cri sec , nettement perceptible , il attira l’attention du toro qui , délaissant son œuvre de démolition , fonça sur lui le museau fièrement pointé en avant . Sur son échine , de petits rubans colorés flottaient au vent .le torero le reçut dans les plis d’une cape d’un rose scintillant et au revers jaune . il bougeait à peine , déviant les charges de la bête alternativement à gauche , puis à droite , faisant légèrement glisser ses ballerines sur le sable .il utilisait sa cape comme une porte de soie .
    Quelle folle inconscience pour certains que de recevoir le toro furieux à la sortie du toril , déployant sa cape en éventail au dessus de ses épaules pour un « farol » , à genou .
    Le 17 mai Manuel Benitez El Cordobes et Paco Ojeda ont torées ensemble pour la première fois de leurs fabuleuses carrières . Que d’émotions , que de beauté ! Paco Ojeda s’est pleinement retrouvé pendant quelques ¼ d’heures : hypnotiseurs de toros , tel est son vrai métier .Dans de tels cas les prestations d’Ojeda devraient être classées X ; il sait trouver l’espace unique où l’édifice du plaisir va pouvoir être construit .
    Une fois , deux fois , trois fois …la bête passait violemment à quelques millimètrs des dorures de son costume et de sa peau, le torero se plante comme un piquet sur une plage et abaisse ses bras pour faire trainer sa cape .Il semble alors que le toro vient s’écraser contre un nuage !
    Les toreros font des passes comme d’autres se piquent avec des produits hallucinogènes .
    Le bras droit tenant l’épée à hauteur de sa hanche , la gauche portant la muleta tenue par le milieu du bâtonnet , totalement et naturellement déroulée , faisant glisser d’arrière vers l’avant l’étoffe rouge , par le jeu discret mais extrêmement dominateur du poignet , le bas de la muleta vient se poser comme une sauterelle sous le mufle du toro . Le toro veut alors manger la sauterelle . Et la sauterelle saute pour se dégager et se déposer un peu plus loin à quelques centimètres .
    Les toreros ont des gestes d’une gravité religieuse , ils semblent s’imposer des autodafés dont ils sont les seuls suppliciés .Sans doute porteraient ils aussi bien la soutane que le costume de lumière .Ils se mettent en danger comme d’autres se livrent à la prière .Telle est leur perversion : risquer la mort pour vivre un peu .
    Le vendredi 24 mai , Curro Vasquez a volé 6 passes magnifiques comme d’autres volent des baisers .Trincheras et firmas enchaînées avec une volupté qui a fait rugir de plaisir les 24 000 gorges d’un public qui sait jouir des caresses profondes .L’afficion de Madrid est vaginale .
    Le combat du torero c’est cinq cent cinquante kilos de vérité contre 5500 spectateurs de mensonges.
    La tauromachie est un théâtre sans double .La mort est réelle dans les arènes .On ne la cache pas , elle est exposée , réalisée , donnée ou offerte peut être .S’agit il d’un don ? oui je le crois , la mort nous est offerte . C’est cela qu’un afficionado pouvait observer mieux que nul autre au dessus de ses lunettes sans verres : l’inacceptable beauté de la mort . L’indiscible plaisir que cela nous inspire .Il faut des lunettes sans verres pour regarder au-delà de la mort et des toreros « majeurs » pour déclarer leur amour à la mort par les éclairs de leurs corps .
    Est-ce la corrida que j’aime ou ce que je pense d’elle ? Mais n’est il point précisément là le mouvement de l’amour .
    *****************
    Autre institution nîmoise : les mazets sur les hauteurs des 7 collines surplombant la ville : ces petits arpents de terrain où l’on allait le Dimanche pour profiter d’un peu d’air rafraichissant et échapper à la torpeur caniculaire de la ville .
    C’était de modeste maison d’une seule pièce , avec leur tonnelle de rosiers pompon ombrageant une terrasse de ciment éclatée avec leur citerne pour recueillir l’eau de pluie . J’en connaissais une qui a bercé mes rêves d’enfant, perchée en haut du » chemin des combes de la lune » , le bien nommé , serpentant entre les amas massifs de pierres plates que des générations entières ont rassemblées , s’en servant aussi pour bâtir des Capitelles sans ciment , abris de chevriers .
    René Fregny , de MANOSQUE dans les Basses Alpes , a écrit de belles pages sur les mazets , dans le livre « les chemins noirs « . Le rêve de toute une vie : « 100 ans de Dimanche….Seul depuis cent ans de Dimanche « , « faire le mort au paradis « , « les pins respiraient là haut comme la soie qu’on froisse « !
    De nos jours ces modestes « mazets » se sont transformés en autant de villas hollywoodiennes , signe des temps qui changent .

    Tous ces marqueurs de l’histoire laissent bien augurer du classement de la ville de Nîmes au Patrimoine Mondial de l’Humanité .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité