A la uneEconomie

FAIT DU JOUR Les macarons d’Anthony au cœur de Nîmes

Après Uzès, les Halles : histoire gourmande d'une success story locale.

Anthony et Emerita : une complicité ancienne (Photo Véronique Palomar)

Anthony Marandon, 41 ans, chef et chef d'entreprise, a ouvert un étal aux Halles le 16 mars dernier. Un rêve qui se réalise et derrière du travail et encore du travail, qui ne serait rien sans une bonne quantité de talent enrichie une grosse louche d'imagination…

Résultat :  après les Uzétiens, ce sont donc les Nîmois qui auront la chance de déguster les gourmandises créées et réalisées par Anthony lui-même. Une palette changeante de saveurs nées de l'enthousiasme et de la créativité d'un chef dans l'air du temps.

Vie de palaces…

Fils de boulanger pâtissier, Anthony Marandon décide très tôt de se lancer dans la cuisine. À 16 ans, il débute son apprentissage en travaillant dans des palaces en Suisse (chez Roland Pierroz, célèbre chef 4 toques et deux étoiles au Gault-Millau, décédé en 2015, ndlr), au Canada… Son apprentissage achevé, il tient un restaurant pendant 7 ans dans le sud de la France puis en 2010, décide de devenir chef à domicile. Dans le même temps, il se forme à la pâtisserie chez Le Nôtre, découvre les macarons et décide de les décliner en version salée.

Distinctions

Crée par un "papa gâteau", la pâtisserie s'est distinguée et a gagné sa place parmi les classiques … (Photo D.R)

Deux ans plus tard, il ouvre une boutique atelier à Uzès. Il y fabrique des macarons et autres gourmandises, y confectionne les mets de son service traiteur et donne des cours de cuisine. C'est le coup d'envoi à la notoriété. En 2013, il reçoit le prix Stars et métiers de l'entreprise innovante et collectionne les médailles d'or et d'argent des concours successifs de l'appellation Gard Gourmand auquel son entreprise adhère. Dernière distinction en date : une médaille d'or qui récompense le macaron à partager Janelle à base de crème de vanille légère en forme de flamand rose, créé pour les 1 an de sa fille.

Les macarons ont le vent en poupe et la créativité d'Anthony ne semble pas connaître de limites. C'est donc tout naturellement qu'il se pose la question d'un éventuel développement autour du macaron. Son emplacement uzétien manque de visibilité, c'est alors que son rêve de faire partie de la grande familles des Halles de Nîmes prend forme. "Je ne voulais pas m'installer en zone commerciale, ce n'est pas l'esprit dans lequel je travaille", affirme Anthony.

Dans le ventre de Nîmes

Un étal sobre et minimaliste qui fait la part belle à la gourmandise …

Il se rend chez Emerita et son mari, qui tenaient un étal de produits ibériques et pour lesquels Anthony fabriquait des macarons spéciaux aux saveurs du soleil, avec dans l'idée de leur demander des conseils pour s'installer dans "le ventre" de la capitale du Gard. Il devient vite évident que c'est Emérita qui prendra les rênes de l'étal nîmois ouvert officiellement depuis le 16 mars dernier. Un design volontairement épuré qui laisse la vedette aux produits.

C'est-à-dire plus de 50 variétés de macarons sucrés et salés, des grosse pièces, des gourmandises diverses. Bien sûr, il y a toute une collections de saveurs devenues des classiques auxquels viennent s'ajouter des "macarons éphémères", comme la collection de macaron "canards de pâques" ou des saveurs de saison. Une démarche logique quand on sait que les ingrédients de fabrication sont principalement issus de la production locale.

Aujourd'hui, l'atelier tourne à plein et Anthony continue à donner des cours de cuisine, à assurer des repas traiteur et à fabriquer macarons et tartes. "Je suis débordé, confie le jeune entrepreneur. Il va certainement falloir que je forme quelqu'un…" Les journées sont trop courtes pour Anthony qui veille à son implantation nîmoise, tout en assurant la fabrication de toute la production sans oublier d'innover sans cesse et de créer des macarons pour certains professionnels comme ceux parfumés au Thé d'Aubrac ; une exclusivité réservée à la boutique des producteurs… Une hyperactivité qui ne l"empêche pas de se réjouir. " J'adore l'ambiance des Halles et j'ai reçu une super accueil quand je me suis installé." L'étal est ouvert du mercredi au dimanche et les jours fériés aux heures d'ouverture des Halles et a déjà ses aficionados. On a goûté, on les comprend …

Véronique Palomar

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité