ActualitésSociété

GARD De ferme en ferme® , un parcours bucolique, instructif et réjouissant

Les 28 et 29 avril prochains, 50 paysans gardois vous attendent pour des visites, des animations et des dégustations !

Le Mas de Pierre Ficade, une vaste exploitation… la vraie campagne en bordure de la ville (photo Véronique Palomar).

De ferme en ferme® revient pour la 6e fois dans le Gard. Cette année, 50 fermes ouvriront leurs portes au public dans le département pour plus de 600 dans la France entière. De ferme en ferme® est un événement porté par le réseau Civam (Centre d'Initiatives pour Valoriser l'Agriculture et le Milieu rural) et le Département.

Les fermes participantes, engagées dans une démarche d’agriculture durable, ouvrent leurs portes au grand public. Les agriculteurs font découvrir leurs bâtiments, leurs activités et déguster leurs produits. En  2017, les fermiers ont reçus 18 000 visiteurs !

Comment préparer votre week-end ?

Christophe Piquet entouré de Cathy Chaulet, vice-présidente du Département, déléguée à la qualité alimentaire et aux circuits courts (à sa droite), et Cathy Giraudet, chargée de projet à la fédération départementale des Civam du Gard (à sa gauche) et une de ses collaboratrices (photo Véronique Palomar).

Suivez les flèches jaunes qui vous conduisent sans encombre jusqu’aux fermes ouvertes et accueillantes. Pour se balader "de ferme en ferme", il suffit de se procurer le dépliant. Vous y trouverez également des chambres d'hôtes, des gîtes et des points de restauration. Sachez que les agriculteurs ont reçu une formation pour mieux accueillir le public et pouvoir échanger avec lui sur leurs passions, leur vie, leurs modes de production… Les circuits De ferme en ferme® reflètent le travail collectif mené par les agriculteurs sur leurs territoires pour le maintien de campagnes vivantes.

À noter
Certaines fermes sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Consultez les dépliants et renseignez-vous auprès des fermes en amont de vos visites. Équipez-vous de bonnes chaussures, de vêtements adaptés pour les activités d'extérieur et de sacs isothermes pour transporter vos potentiels achats. Choisissez le samedi.
Le dimanche après-midi est souvent un moment de grosse affluence autant sur la route que dans les fermes. Soyez prudents, les fermes que vous allez visiter sont d'abord des lieux de travail. Afin d'éviter les accidents, respectez les consignes de sécurité, ne vous aventurez pas au-delà des clôtures ou barrières et surveillez vos enfants. Si vous avez un chien, il doit être tenu en laisse et ne sera pas accepté dans toutes les fermes. Pour tout savoir sur les 50 fermes participantes : cliquez ICI

Bel avant-goût au Mas de Pierre Ficade à Bezouce

À peine sevrées, ces jeunes bêtes attendent avec impatience le moment de rejoindre le pré (photo Véronique Palomar).

Pour mieux comprendre le concept, la presse était conviée au Mas de Pierre Ficade chez Christophe Piquet. Une vaste exploitation qui s'étend sur 60 hectares avec des pâturages, de la vigne, des oliviers et surtout un élevage de vaches limousines. Réception dans le grand hangar où, avec le printemps, le foin cède la place à une vaste table sur laquelle on trouve les produits du mas ainsi que quelques autres en provenance d'exploitations voisines. Christophe Piquet nous explique qu'il veille sur un cheptel d'une petite quarantaine de bêtes de race Limousine réputées pour leur viande savoureuse, cheptel qu'il a constitué voilà trois ans. Des bêtes fragiles mais qui se sont bien acclimatées. Il faut dire qu'elles sont chouchoutées : de l'herbe fraîche, qu'elles broutent toute l'année dans les prés, du foin et des "bouchons bio" avec des graines de lin qui donnent une viande persillée sans gras inutile.

Les vaches sont de bonnes tantes

Le veaux naissent au pré et ce sont leurs mères qui les nourrissent. Quand elles manquent de lait, elles s'entraident ou, à défaut, une mère de race  "abondance", une bonne laitière, prend le relais. "Ce sont de bonnes tantes, elles nourrissent volontiers des petits qui ne sont pas les leurs", s'attendrit Christophe. Un petit coup de tracteur et nous rendons visite au troupeau. Paisible mais pas vraiment apprivoisé, il pâture tranquillement, chaque classe d'âge et de maturation ayant sont territoire.

Des colis presque sur mesure

À la fin du cycle, Christophe Piquet commercialise sa viande en circuit court auprès des particuliers sous forme de colis de contenances et de poids divers ainsi que des produits transformés, daube, roubaix saucisse, pâté, saucisson (délicieux), saucisses…  Les clients viennent récupérer leurs commandes à la ferme. L'homme est un intarissable passionné et connaît bien chacune de ses bêtes. Le week-end des 28 et 29 avril prochains, il attend avec impatience des visiteurs en nombre et espère pouvoir partager avec eux sa passion de l'élevage et de la nourriture saine et de qualité.

Pour le suivre ou le contacter : sur FB, Christophe Piquet. Tél. 06 85 33 05 03

Véronique Palomar

 

 

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité