ActualitésSociété

GARD Les députés visitent le 503ème Régiment du Train

Françoise Dumas et Olivier Gaillard, députés gardois LREM, étaient en visite à Garons-Saint-Gilles pour se faire une idée des forces du régiment de Camargue.

Françoise Dumas, le lieutenant-colonel Laurent Grebil et Olivier Gaillard (photo Anthony Maurin/Objectif Gard).

Les députés gardois Françoise Dumas et Olivier Gaillard ont visité le quartier d'El Parras, base du 503ème Régiment du Train.

"C'est toujours un honneur de recevoir ici les élus de la nation", déclare en préambule le lieutenant-colonel Laurent Grebil, grand patron des lieux, chef de corps qui commande un millier d'hommes et de femmes. Le 503ème RT est le régiment de Camargue. Sa mission est d'assurer le soutien logistique des forces en opération extérieure (Opex) ainsi que sur le territoire national.

Composé de plusieurs escadrons comme le commandement et la logistique (ECL), le transport (ET), le ravitaillement (ER), la circulation et l'escorte (ECE), le porte-engins blindés (ETB), le transport de réserve (ETR) ou encore la circulation et l'escorte de réserve (ECER), le 503ème a de l'avenir devant lui.

Après une brève entrevue privée, le lieutenant-colonel Grebil a présenté au deux élus sa base et son régiment. "Le Régiment du Train n'a rien à voir avec la SNCF", rassure le patron. Donc, ici, pas de grève. "Une gazelle noire fait partie de notre emblème pour marquer nos origines marocaines mais nous avons aussi le minaret de Fès où je pourrais d'ailleurs aller depuis l'aéroport de Nîmes", poursuit Laurent Grebil.

Visite de la base et des installations pour les deux élus gardois (photo A.M./OG).

Moins connu que le 2ème REI des légionnaires ou le 4ème RMat qui sont dans les parages depuis des lustres, le 503ème a pris ses quartiers dans l'ancienne base aéronavale de Garons en 2011 seulement. "Ce régiment est attaché aux traditions et nous jouons la carte de la Camargue. Nous sommes proches de Nîmes mais étendons notre rayonnement vers le sud du Gard pour une bonne répartition de l'Armée sur le territoire", ajoute le lieutenant-colonel.

Le rayonnement et les actions du quotidien pour créer le lien Armée-Nation entretiennent la belle cote de l'armée dans la région. Pour les réservistes, le régiment en compte 350, presque un record. "De Perpignan à après Marseille, nous sommes seuls donc tous ceux qui veulent intégrer la Réserve viennent nous voir. Notre régiment a beaucoup voyagé, il a été créé au Maroc, puis est parti en Italie, en Allemagne, en Indochine, en Algérie, à La Rochelle puis à Nîmes, je milite pour une stabilité", confie Laurent Grebil.

Basé sur une vaste enceinte de trois kilomètres de long pour près d'un de large, le 503ème RT est plus qu'une simple base. Mais pour le lieutenant-colonel, "c'est une base à l'américaine, le cadre est exceptionnel mais les infrastructures ne le sont pas toutes. Il n'y a pas de quoi se plaindre car à notre arrivée beaucoup de choses ont été faites mais il reste quelques soucis pour le logement, le gymnase, la piste d'athlétisme ou encore la piscine".

Le 503ème Régiment du Train a pris ses quartiers dans l'ancienne base aéronavale de Garons en 2011 (photo A.M./OG).

Actuellement en pleine opération Sentinelle, le 503ème va préparer prochainement le défilé du 14 juillet qu'il organise, avant d'être projeté en 2019 vers des théâtres d'opérations extérieures. "C'est en partant en Opex que je me suis rendue compte du rôle que joue les régiments de ravitaillement car sans eux, les combattants du front ne peuvent pas combattre", rappelle la députée Françoise Dumas. Sur une excellente dynamique, le 503ème RT voit loin. Même s'il ne compte de 10% de femmes dans ses troupes, son ouverture au monde moderne et réel est factuelle. D'ailleurs, la moitié des effectifs vivent à l'extérieur de la caserne avec femmes et enfants. "Je ne vous ai jamais vus dans les Cévennes", rigole Olivier Gaillard, député dont une large partie de la circonscription est ancrée dans le massif gardois.

Une garnison attractive, des savoir-faire spécifiques tels que l'amphibie, le détachement à Miramas, la fanfare (en concert le 7 juin à Garons) ou encore le groupe cynophile. Fin septembre, c'est l'anniversaire des 75 ans de la création du 503ème RT qui sera célébrée.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 33 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité