A la uneFaits Divers

NÎMES Violences urbaines : un jeune condamné, un autre en garde à vue

Un homme, âgé de 20 ans a été condamné, ce jeudi matin, à 18 mois de prison dont 9 mois fermes et maintien en détention. Le parquet de Nîmes avait réclamé 2 ans fermes. Un autre individu a été interpellé, mercredi, au Mas de Mingue, pour une émeute et des caillages sur les forces de l'ordre.

Vendredi dernier l'interpellation d'un jeune qui conduisait sans casque a été houleuse quartier du Mas de Mingue à Nîmes. Interpellé par deux policiers municipaux, un jeune de 20 ans aurait refusé d'être arrêté et aurait ameuté ses copains. " En un éclair de seconde, j'ai vu la mort, souligne un policier municipal qui comptabilise 26 années de présence sur le terrain. Blessé à la cheville, il marche péniblement avec des béquilles suite à l'agression. "Nous étions encerclés. Pour nous dégager, j'ai été obligé de sortir mon arme de service et de tirer en l'air. C'est de plus en plus difficile d'être sur le terrain. Les agressions se multiplient ", poursuit le fonctionnaire qui se demande comment va se dérouler la prochaine patrouille dans le quartier.

"Notre police qui oeuvre pour la tranquillité et le bien-être de toute la population n'est plus respectée. Certains délinquants s'opposent systématiquement aux forces de l'ordre. Il n'y a pas une semaine sans qu'il y ait des problèmes, des violences urbaines ", complète Maître Jean-François Corral, l'avocat des deux policiers municipaux pris pour cible vendredi dans le quartier populaire. "Il y a une montée en puissance des violences urbaines depuis quelques mois, souligne le procureur Éric Maurel, qui réclame 2 ans ferme, un maintien en détention et de trois années d'interdiction de séjour dans la ville de Nîmes. " Il y a une forme de conquête de l'espace territorial de la part de certains voyous. Il y a un contexte de dégradation à Nîmes, mais aussi à Saint-Gilles, à Bagnols. Je demande qu'une peine de neutralisation soit prononcée contre ce jeune homme pour que les policiers puissent revenir demain dans ce quartier ", poursuit le procureur de Nîmes.

Au même moment, un autre habitant du quartier, qui aurait participé au caillassage des fonctionnaires de police ce vendredi au Mas de Mingue, a été interpellé par la Sûreté départementale de Nîmes. Il est en garde à vue. "La politique pénale du parquet de Nîmes est de poursuivre sans aucune exception, les outrages, rébellions, menaces, violences commises sur les forces de l'ordre ", termine le Procureur Maurel.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité