A la uneActualitésHandballSports GardUSAM

USAM Rêver plus grand

En lice pour remporter la coupe de France de handball face au PSG, l'USAM peut couronner d'un titre une saison déjà riche en émotions.

Tous les joueurs rêvent d'un clapping géant avec la centaine de supporters nîmois qui seront présents à l'AccorHotels Arena (DR USAM)

Vingt-quatre ans après son dernier titre, l'USAM peut renouer ce soir (20h45) avec un succès en coupe de France. Un trophée qui viendrait récompenser une saison marquée par des victoires retentissantes. Mais en face se dresse le PSG. Certainement la meilleure équipe européenne du moment. 

"Plein d'envie, d'enthousiasme. J'ai la patate", tels étaient les mots ce vendredi de Franck Maurice, coach de l'USAM, à quelques minutes d'embarquer dans le train pour Paris. Il est décidément passionnant d'être nîmois en cette fin de saison sportive et chaque club se soutient mutuellement. "Avec Bernard Blaquart (coach du Nîmes Olympique, NDRL) on s'est adressé des messages d'encouragement avant nos matches. Pourvu que chacun puisse accomplir son rêve ! " Le Nîmes Olympique tente de retrouver l'élite du foot français et l'USAM veut soulever un trophée. Et pas des moindres. Un titre national que le club a déjà remporté à trois reprises en 1985, 1986 et 1994. Signe du destin ou pas, à chaque fois la victoire en finale s'est dessinée face à des clubs issus de la région parisienne, l'USM Gagny (93), l'US Ivry (94) et Livry-Gargan Handball (93). Opposé au PSG Handball en 2018, quasiment sur son terrain à l'AccorHotels Arena, ex-Bercy, l'Île-de- France va t-elle de nouveau réussir à la Green Team ?

Sur le papier, cette finale est bien entendue déséquilibrée. Le PSG, un rouleau compresseur, composé de Omeyer, Abalo, Karabatic, Narcisse, qui font partie des meilleurs joueurs de l'histoire du hand français et qui ont contribué à tant de titres européens, internationaux et olympiques de l'équipe de France. Une tripotée de stars auxquelles il faut rajouter les icônes étrangères comme Hansen, Sagosen et Gensheimer. En face, les Verts évoluent dans une autre galaxie. "Individuellement on n'est pas dans la même catégorie", rappelle le coach Franck Maurice. Un club assoiffé de titres, qui a déjà raflé la coupe de la Ligue et reste en attente d'un faux-pas de Montpellier en LidlStar Ligue pour s'emparer de la première place et qui fait figure de favori à l'entame du Final Four de la Ligue des champions.

Une victoire et une défaite d'un point

Face à un adversaire aux objectifs incomparables et à un budget six fois supérieur, l'USAM est loin de se présenter déjà vaincu. Et les joueurs l'ont montré cette saison sur le terrain, là où heureusement tout se règle encore ! Une victoire historique 26-24 au Parnasse contre les Parisiens en début de saison et un match retour fabuleux où les visiteurs échouent d'un point, 30-29. Mais là tout se joue sur un match. "On a 60 minutes pour être dans l'excès d'intensité", reprend l'entraîneur. Car, oui pour s'imposer il va falloir une débauche d'énergie extraordinaire mais pas seulement. "Cette équipe à de fortes qualités morales. Il y a de l'amour, de l'amitié entre les joueurs, mais ça ne suffit pas. Notre ADN c'est aussi notre jeu qu'il va falloir reproduire." 

Une recette que le chef nîmois...parisien connaît pour avoir remporté cette même coupe de France en 1996 avec l'US Ivry en tant que joueur. Desbonnet et Nyateu, respectivement vainqueurs en 2013 avec Montpellier et en 2017 avec Nantes, pourront aussi apporter leur expérience aux plus jeunes. Au moment de pénétrer dans la salle mythique de l'AccorHotels Arena devant 15 000 spectateurs, il ne faudra pas flancher, "il ne faut pas cacher ses émotions, mais trouver le juste milieu et ne pas se laisser submerger. La frontière n'est pas épaisse."

 Malgré une préparation mentale optimale, "on ne peut pas placer le vécu. On aura forcément une boule dans le ventre, peut-être plus grosse pour certains." Cette aventure humaine fantastique a tout de la saveur d'une épopée de coupe de France, unique à cette compétition que la Green team avait démarrée en décembre 2017 à Vénissieux (21-46). Sélestat, Montpellier et Nantes, par forfait, sont passés à la trappe devant l'envie nîmoise. Il ne reste plus qu'une seule marche à gravir, la plus belle, pour passer une soirée MONUMENTALE !

Corentin Corger

Etiquette

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “USAM Rêver plus grand”

  1. Période faste pour le sport d’ici. Après les Crocos, la Green Team de David TEBIB a les moyens de se transcender pour atteindre les sommets.
    Allez les verts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité