Faits Divers

NÎMES Embuscade sur des pompiers et policiers : mis en examen, il demande sa libération

. Photo archive quartier de Pissevin: C.M/O.G.

Un jeune, âgé de 20 ans, mis en examen pour un guet-apens sur les pompiers et les policiers au quartier de Pissevin, en octobre dernier, a demandé ce mercredi matin sa libération devant la chambre de l'instruction de Nîmes. Détenu depuis son arrestation par la police, fin mars, il affirme être totalement étranger aux faits.

Dans la nuit du 7 au 8 octobre dernier, une dizaine de cocktails Molotov a été lancée sur les forces de l'ordre. Deux autres engins incendiaires ont visé les pompiers.... L'enquête de la Sûreté Départementale a permis d'identifier et d'interpeller une dizaine de jeunes du quartier Pissevin après plusieurs mois d'investigations. Fin mars, cinq d'entre-eux ont été mis en examen pour " dégradations, destructions par moyens dangereux pour les personnes " et pour le délit "d'embuscade ou guet-apens aggravé " sur des policiers ou pompiers. Une infraction susceptible d'être sanctionnée par une peine pouvant aller jusqu'à 7 ans de prison. L'embuscade ne ferait aucun doute et les jeunes qui auraient participé aux événements avaient l'intention d'en découdre avec les forces de l'ordre, avant que les soldats du feu ne soient les victimes collatérales de cette montée de violence.

" Un mis en cause a reconnu sa participation et vous incrimine ", explique la juge de la chambre de l'instruction. " Madame, j'ai déjà fait des conneries et j'ai toujours assumé. Mais dans cette affaire, je n'y suis pour rien. Je connais le quartier, un mineur m'accuse car il a la pression d'autres personnes : c'est comme ça que fonctionne le quartier", estime le mis en examen en pleurs qui réclame d'être libéré. " Vous avez déjà 6 condamnations, notamment pour des vols", poursuit la juge. " Mais le soir des cocktails Molotov, au moment des jets, je téléphonais à ma copine, j'étais au téléphone à mon domicile" , poursuit le jeune homme. " Vous étiez sous une mesure de sursis avec mise à l'épreuve concernant une précédente condamnation, au moment des jets d'engins incendiaire", estime l'avocate générale qui se prononce pour le maintien en détention du jeune homme. "J'ai fait un stage d'une semaine chez les pompiers, c'était super, jamais je n'aurai visé des pompiers", poursuit cet habitant de Pissevin pour essayer de convaincre les magistrats. La Cour d'Appel rendra sa décision dans quelques jours. .

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité