A la uneActualités

FAIT DU JOUR La sécurité : l’enjeu primordial de la Feria de Nîmes

Si un hélicoptère survole la fête, près de 1 000 policiers, gendarmes, militaires, CRS veillent sur la Feria de Nîmes durant 5 jours.

 

Photo des forces de l'ordre ensemble hier au centre de commandement de la Police Nationale. Photo B.DlC/Objectif Gard

C'est le plus gros évènement populaire de l'année dans le département. Des centaines de milliers, les derniers chiffres évoquent près de 800 000 personnes en 5 jours dans les rues de Nîmes. C'est à partir de ce samedi soir et jusqu'au petit matin de lundi que le gros de la foule va se presser autour des boulevards et des bodégas. Si l'on peut imaginer l'imposant dispositif des forces de l'ordre et des secours, personne ne sait vraiment avec quelle minutie les autorités veillent au grain. " Ce soir nous sommes 150 de la police nationale sur le terrain, si l'on compte les effectifs du commissariat de Nîmes et des CRS ", affirmait hier soir, durant la tournée du Préfet, le commissaire Jean-Pierre Sola, patron des policiers gardois. Il y avait autant de gendarmes, et une quarantaine de militaires, sans oublier 70 policiers municipaux.

Le centre de commandement de la Police Nationale. Policiers, pompiers, Croix Rouge, SAMU, tous ensemble

C'est dans une discrète salle du deuxième étage de l'hôtel de police de Nîmes, que se trouve le centre névralgique. Un regroupement sur l'Esplanade Charles de Gaulle, un mouvement de foule suspect sur le Victor Hugo, une bagarre près des Arènes, ou une personne ivre qui met sa vie en péril sur le Gambetta. Tout est filmé par les caméras de vidéosurveillance de la ville, puis dérouté vers le CIC... C'est le Centre d’Information et de Commandement (CIC) de la police nationale qui coordonne le dispositif de sécurité des biens et des personnes durant la Féria. C'est eux qui orientent les patrouilles des différents services sur le terrain, qui autorisent les interventions. D'ici on peut zoomer sur un évènement ou un problème avec une précision millimétrée. Pour la Feria de Pentecôte, il y a des moyens exceptionnels et une cohésion de tous les services de sécurité. SAMU, pompiers, policiers municipaux ou nationaux coordonnent de cette salle les moyens à engager lors d'un évènement, un indicent ou un problème médical. Le centre-ville est quadrillé, personne ne peut y accéder en voiture. Il y a des barrières efficaces de protection qui empêchent les véhicules de circuler dans le centre-ville et empêcher un éventuel attentat par exemple.

Nouveauté : les images de l'hélico arrivent en direct au commissariat

Cette année, il n'y a pas de drone, mais il y a une nouveauté qui permet de travailler encore mieux et de façon plus rapide. L'hélicoptère de la gendarmerie qui survole le centre historique de Nîmes envoie directement les images au centre de commandement. Souriez vous êtes filmé et les images sont remarquables... On parvient à distinguer si vous buvez du pastis ou de la sangria. Plus sérieusement, cet outil permet de suivre un éventuel suspect ou des mouvements de foule.

Côté secouristes, c'est une armée de petites mains, au chevet des fêtards et des habitants du centre

" Début du plus gros dispositif prévisionnel de secours de l’année pour les bénévoles jusqu’à 100 bénévoles engagés en même temps au plus fort de l’événement. Plus de 250 bénévoles sur la totalité de la Feria," estime la Croix Rouge qui vient au secours de ceux qui ont des coups de pompes ou plus grave des incidents médicaux importants. Ils interviennent aussi au domicile des particuliers qui ont des ennuis de santé, chez eux, dans le centre-ville. Côté pompiers, un dispositif préventif de secours est installé près des Arènes et de la banque de France. " On est plutôt en place pour des risques liés aux incendies ou en renfort lors de problèmes médicaux", souligne les pompiers du Gard. Les pompiers ont un poste de secours avec 14 pompiers prêts à intervenir tous les soirs pour des incendies en centre-ville, mais aussi 2 ambulances médicalisées. Sans oublier l'officier de liaison qui se trouve au centre de commandement de la police.

 

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité