Culture

UZÈS Le Cicada festival et ses street-artistes investissent les quartiers

La grande soirée de la deuxième édition du Cicada festival d’Uzès se tiendra samedi au jardin de l’évêché, mais le festival a d’ores et déjà commencé dans les quartiers de la cité ducale.

Élus, organisateurs et street-artistes réunis pour le Cicada festival d'Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ainsi, les quartiers des Mûriers et des Amandiers accueillent depuis le début de la semaine des street-artistes et les photographes des Azimutés dans le cadre de l’action « des murs hauts en couleurs », en partenariat avec la Communauté de commune du Pays d’Uzès, chargée de la mise en place de la politique de la ville, la Région, le Département et les bailleurs sociaux.

Parmi eux, on retrouve Hopare, un des street-artistes français les plus côtés, tête d’affiche de cette édition, qui vient peindre une façade aux Mûriers. Tout à côté, c’est un jeune street-artiste uzétien, Claks, tout juste 17 ans, qui a été choisi pour mettre en beauté le transformateur Enedis du quartier. Il a donc repeint trois faces de l’équipement, avant que Swed Oner, street-artiste uzétien reconnu, ne s’occupe de la quatrième avec des jeunes du quartier. Le tout conventionné avec Enedis, représenté par son délégué territorial, David Tran.

Le transformateur des Mûriers a été décoré dans le cadre du festival Cicada (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Les street-artistes Okus et Swick s’occupent quant à eux d’une façade des Amandiers, tout comme Astro et KogaOne. Nose s’est quant à lui chargé d’une façade aux Mûriers, à côté de celle d’Hopare. De quoi faire d’Uzès, déjà terrain de jeu des street-artistes Swed Oner, Supo Caos et Grumo dans le cadre d’autres actions liés à la politique de la ville, une vraie place forte du street-art dans le département voire la région. Les Azimutés afficheront quant à eux plus de 40 portraits photos des habitants des Amandiers sur les façades des immeubles.

« On avait eu l’expérience du transformateur transformé (l’été dernier aux Amandiers, ndlr), maintenant nous avons les murs transformés », s’est félicité le maire d’Uzès et président de la CCPU, Jean-Luc Chapon, avant de saluer « l’équipe de passionnés » qui organise le Cicada festival. Un festival qui allie culture et mixité, « ce qui nous va très bien, la mixité il y a ceux qui en parlent et ceux qui la font, ici il y a une belle dynamique que la Région continuera à accompagner », a pour sa part affirmé le conseiller régional Fabrice Verdier.

Le street-artiste Hopare (qui a réalisé la façade de droite) est la tête d'affiche de ce festival (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Quant au festival du samedi, les organisateurs le voient comme « un événement qui peut satisfaire tout le monde, l’après-midi en famille, et le soir pour faire la fête », souligne le street-artiste Mathieu Taupenas, alias Swed Oner, membre de l’organisation. Le pont entre le street-art et la musique sera jeté le samedi, avec la présence de Moon, Wobe Johnson, Supo Caos et Grumo pour une performance live, avant les concerts de la tête d’affiche Sweely, de Bellaire, Mellokolektiv, NoTime Crew, Piñata, Discoh et Vincent Privat B2B DJ Aïoli, le tout agrémenté d’une projection en mapping signée Tecuni.

Les réservations pour samedi sont ouvertes à 5 euros (hors frais de location) ici, avec une consommation. 8 euros sur place le jour même. Gratuit pour les moins de 14 ans. Plus d’informations ici.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité