A la uneActualitésSociété

COSTIÈRES DE NÎMES La nuit, les Vignes sont Toquées

Vignes Toquées est l'alliance parfaite entre la nature, le vin et la gastronomie. Un trésor made in Costières de Nîmes.

(Photo Anthony Maurin).

Vignes Toquées, c’est le rendez-vous des amateurs d’AOC Costières de Nîmes et de gastronomie bien pensée. Cette année on partait en vadrouille du côté du Château Saint-Louis-la-Perdrix, entre Redessan et Bellegarde. « C’est l’origine des Costières ! », avertit Bernard Angelras qui se souvient que dans ce mas qui appartenait à Philippe Lamour, s’est jouée la conception de l’appellation dont il a été le précurseur.

Petit contrôle des billets avant départ imminent (Photo Anthony Maurin).

Le territoire viticole est un élément majeur du milieu naturel de la région des Costières. Savoir préserver un équilibre entre production viticole et environnement doit servir à améliorer la qualité de l’un, et de l’autre. Le domaine, en 2006, s’est engagé pour favoriser la biodiversité sur ses terres. Il faut dire qu’on y trouve 114 espèces de plantes herbacées, une microfaune riche de 20 familles et espèces d’arthropodes auxiliaires de vi(e)gne et 28 espèces d’oiseaux dont les fameuses outardes canepetières et trois espèces de mammifères.

C'est parti pour quelques heures en dehors des sentiers battus (Photo Anthony Maurin).

La richesse botanique est la base des chaines alimentaires et commande l’abondance et la diversité des espèces animales. Donc, passons à la dégustation pour vérifier tout cela… En nocturne pour cette première !

C'est par là... Pas question de se perdre dans les vignes, la signalétique est bien positionnée (Photo Anthony Maurin).

Cette balade gastronomique dans les vignes démarre au crépuscule et se finit sous les étoiles.

Premières dégustations (Photo Anthony Maurin).

Prélude au cœur du vignoble, deux mises en bouche. Un velouté printanier d’herbes et brousse fraîche de brebis réalisé par Armand Arnal de La Chassagnette (1 étoile). Dans la foulée, le bonbon de brandade croustillant, mini madeleines aux olives confites, olives aromatisées de Michel Kayser (Alexandre 2 étoiles) a su ravir les gourmands.

Les mises en bouche (Photo Anthony Maurin).

Ces deux mets étaient accompagnés de Confidence du Château Beaubois, de Tradition du Mas des Bressades, de 1753 de Campuget et des Capitelles du Château des Mourgues du Grès.

En bas, le velouté d'herbes printanières (Photo Anthony Maurin).

Changement de décor.

Après le Château Saint-Louis-la-Perdrix, départ pour le banquet au mas Carlot. Le repas sur chaise et table était prévu à l’extérieur, dans la belle cour du domaine mais la pluie et les nuages se faisant menaçants… Le repli à l’étage dans la salle de réception était le bienvenu, juste au cas où. Ce changement de dernière minute ne s’est pas vu. Extra.

Au menu, une entrée, un plat, un fromage. Le filet de rouget barbet mariné au citron, gel de cassis et Costières de Nîmes rouge, tomates oubliées version Christian Têtedoie (1 étoile) était accompagné par une Clairette forcément de Bellegarde de chez Manzone et le Chamboultou du Clos des Boutes.

(Photo Anthony Maurin).

Le plat de Cyril Attrazic (1 étoile), poitrine de veau confite à l’ail doux, royale de blanquette et jus au macis, ragoût de pois blond de la planèze, était quant à lui accompagné de trois quilles : Paulinette du Château Guiot, Mas Carlot du Château Paul Blanc et Lou Cocardié de Michel Gassier. Côté fromage, le Pélardon des Cévennes, miel d’acacia et Xérès, Granny Smith de Bruno d’Angélis (1 étoile) se mangeait avec Trassegum du Château d’Or et de Gueule.

Le Mas Carlot (Photo Anthony Maurin).

Enfin, car il faut aussi parler d’eux, les desserts et bouteilles qui allaient avec. Au moins, vous saurez ! Allons-y. Délice aux fraises de Nîmes, mascarpone à la brousse, purée d’olives confites au sirop d’amaretto et spéculos de Michel Kayser (2 étoiles) ; oeuf à la neige, crème anglaise et pralines roses de Christian Têtedoie (1 étoile) ; Macaron fraise, Gariguettes et crémeux citron vert, crème glacée fraise Tagada de Jérôme Nutile (1étoile) ; Douceur de fraises Gariguettes de Nîmes, crémeux basilic, mousse légère au Costières de Nîmes rosé de Fabien Fage (1 étoile) et le Feuille à feuille au chocolat noir intense, myrtilles et persil plat de Cyril Attrazic (1 étoile). Le tout accompagné de Sainte-Cécile du Château l’Ermitage et de l’Envol du Château Saint-Louis-La-Perdrix.

Entrée (Photo Anthony Maurin).
Plat (Photo Anthony Maurin).
Dessert (Photo Anthony Maurin).
À table (Photo Anthony Maurin).

Une balade inoubliable et fantastique, à travers les vignes, de jour et de nuit, dans la fraîcheur de la Costière et la douceur de l’humanisme viticole.

La nuit dans les Costières... (Photo Anthony Maurin).
Concert et dessert pour finir (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité