Faits Divers

SAINT-CHRISTOL Ivre et drogué, il poursuit son ex en voiture jusqu’à provoquer un accident

Salle d'audience du tribunal correctionnel d'Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard

La relation entre Dorian et Betty aura duré moins d'un an, mais ces deux jeunes d'une vingtaine d'années sont passés par beaucoup d'étapes dont celle, peu convoitée, du tribunal correctionnel d'Alès.

Dès le début de cette histoire d'amour sur fond de drogue et d'alcool, Dorian, très jaloux, frappe sa petite amie. Le temps n'arrange rien et, sagement, le couple décide de se séparer courant mai. Mais, début juin, le destin s'en mêle et réunit les deux protagonistes à une même soirée. Ce soir-là, Dorian estime que Betty a un short trop court, comme "une pute". Cette dernière, accompagnée d'une amie, préfère quitter la soirée. Mais Dorian, sous l'emprise de cannabis, cocaïne et avec 1,6g d'alcool dans le sang, suit les deux femmes et s'engage dans une course poursuite. En pleins phares et à grande vitesse, le jeune homme colle son véhicule à celui des victimes effrayées. Après d'interminables minutes, il double les jeunes femmes dans un virage. Ces dernières perdent le contrôle et l'accident survient. Fort heureusement, elles en sortent indemnes, mais choquées.

Ce jeudi 7 juin, soit trois jours après les faits, les deux femmes sont encore sous le coup de l'émotion devant la juridiction alésienne. Betty s'avance à la barre et affronte le regard de Dorian, dans le box, encadré par deux gendarmes :

- Son but, c'était de me faire mal, de m'arrêter à tout prix avant que j'arrive chez mes parents. Il est ingérable.

Dorian a reconnu l'intégralité des faits et raconte avoir entrepris depuis plusieurs mois un travail avec un psychologue. Des éléments qui ne semblent pas suffire au procureur d'Alès, François Schneider, qui note chez l'accusé "une désinvolture profondément déplaisante", avant de requérir une peine de 18 mois dont la moitié avec sursis ainsi que la révocation d'un précédent sursis de 3 mois. Soit une peine totale d'un an de prison ferme.

Pour la défense du prévenu, Maître Euria Thomasian ne mâche pas ses mots. Elle regrette que les contrôles d'alcoolémie et de drogue n'aient pas été réalisés sur les trois protagonistes. Elle s'indigne du visage souriant de Betty lorsqu'elle a été prise en photo par les enquêteurs alors qu'elle venait de subir des violences : "Elle fait insulte aux femmes qui sont vraiment violentées", accuse-t-elle. Et de finir en demandant au tribunal de "la clémence car ce jeune n'est pas perdu, il a des valeurs et un avenir". Pourtant, son avenir immédiat sera derrière les barreaux : Dorian a été condamné à un an de prison dont 9 mois avec sursis et à la révocation de son précédent sursis de 3 mois. Au final, il passera 6 mois en prison. A sa sortie, il ne pourra pas entrer en contact avec les victimes. Son permis a également été suspendu pendant un an.

Tony Duret

 

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité