ActualitésSociété

GRAU-DU-ROI D’hôtel en hôtel : le café Miramar de Stéphanie et Cyrille Chaumel

Cet hôtel-café-restaurant refait à neuf a su trouver sa belle place.

Stéphanie et Cyrille Chaumel, en partenariat avec Frédéric Sauvaire, ont pris les manettes du Café Miramar depuis juillet 2016. Cyrille est Breton, Stéphanie originaire du Sud, et, en toute logique, ils se sont rencontrés à l'étranger.

À Orlando, en Floride très exactement, voilà une vingtaine d'années alors qu'ils travaillaient tous deux dans un complexe DisneyWorld, nommé Les clés de la France. Un petit monde qui valorisait les signatures de Paul Bocuse ou Lenôtre en reconstituant un coin de l'Hexagone dans un parc d'attractions. Stéphanie côté hôtellerie et Cyrille en restauration. "Chacun était un ambassadeur de son pays. Il y avait des quartiers spéciaux à la gloire de plusieurs pays. On se sentait ambassadeurs à notre façon. On était tous logés au même endroit. Il y avait une bonne ambiance." Les jeunes gens travaillaient en marinière, sans doute made in France.

Stéphanie a passé un BTS Tourisme à Aix-en-Provence avant de s'en aller prendre ses premiers postes dans les Pyrénées. Après l'expérience au pays de Mickey, riche et gage de qualité internationale dans un CV, les Chaumel reviennent en France, après un crochet par Saint-Martin. Dans le secteur, Stéphanie s'établit aux Saintes-Maries, Cyrille lui fait une première saison à la Petite Camargue. Ils finissent par se poser à Montpellier rue Saint-Paul à deux pas de l'église Saint-Roch, au Captiva.

Dans le même temps, les Chaumel tentent l'expérience bagel, avec deux points de vente autour de ce petit pain inventé en Pologne au siècle dernier et exporté avec succès par les migrants d'alors en Amérique du Nord. Et les voilà, au bout de cinq ans, à nouveau titillés par l'envie d'ailleurs. Les préparatifs d'une nouvelle expatriation en Floride vont bon train. Jusqu'au moment d'une visite, grâce à Frédéric Sauvaire - encore lui, décidément incontournable dans le secteur - qui en 2016, leur présente l'Hôtel Miramar.

Un hôtel alors propriété des famille Picon et Favata, un peu usé. "On savait que dans notre vie, on aurait un hôtel à nous", résument Cyrille et Stéphanie pour justifier leur changement d'avis. Leur nouveau défi, imprévu au programme les pousse finalement à rester en France, le regard tourné vers la mer. Le trio  signe et s'engage pour sept mois de travaux. De l'aveu même des Graulens, l'endroit  est métamorphosé. L'hôtel passe de 2 à 3 étoiles, gagne en luminosité et en classe et se dote d'une terrasse avec une vue imprenable sur les plages et la baie. De quoi vite oublier la Floride et ne point la regretter. "On a vraiment voulu soigner la décoration, l'ambiance. Ce sont les premières secondes dans l'établissement qui comptent le plus pour un client. Dès son entrée, s'il vient pour un séjour, il doit se sentir en vacances."

Un effort initial et un investissement important qui paye en effet, puisque le Miramar se distingue déjà en pariant sur le tourisme à l'année. Riche de 17 chambres rénovées, classées trois étoiles. Côté cuisine, c'est le four à braise Josper qui donne aussi toute la saveur aux plats, joliment préparés et mis en valeur par une équipe souriante et efficace. Ingrédients frais et locaux, fournisseurs choisis et testés, le Miramar veut éviter l'étiquette luxe tout en tablant sur une haute qualité qui fidélise un public qui veut échapper au concours un peu vain des moules-frites les moins chers dans la station. La recette, à la fois exigeante, claire, simple et raffinée semble réussir à la veille de la troisième saison estivale. Souvent complet, le Miramar s'affirme comme un véritable atout pour la station gardoise. De ceux qui vous font revenir, en toute saison, parce que l'on s'y sent bien.

F.G.

Café Miramar , 25 Avenue Frédéric Mistral, 30240 Le Grau-du-Roi. Tél : 04 66 51 40 51 contact@cafe-miramar.fr Tous les jours de 08h à 12h00 et de 14h30 à 20h. Menu du jour en semaine le midi : 19,50 €. entrée, plat, dessert. Le week-end à la carte et plusieurs menus proposés.

 

Etiquette

Florence Genestier

Arrivée à Objectif Gard depuis juillet 2017, ma première carte de presse date de 1991 (si, si !). Née en Bourgogne, des études lyonnaises, quinze ans de PHR dans une région de montagnes, puis un détour par une mairie, la vie web d'associations et de projets sur Paris, Dijon, le sud Bourgogne, quelques chroniques judiciaires. Me voilà chargée de l'actu de la Petite Camargue :) de l'Espiguette jusqu'à Vauvert et au-delà. C'est sportif mais passionnant !

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité