A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR Nîmes, cité musicale et estivale

À quelques heures des premiers concerts, Frédéric Pastor, l'élu à la Ville de Nîmes en charge des festivités évoque le succès du festival nîmois.

Frédéric Pastor, adjoint à la mairie de Nîmes en charge des festivités et de la tauromachie (Photo : DR/Mairie de Nîmes)

Né le 12 avril 1967 à Nîmes, Frédéric Pastor est marié et père de trois enfants. Il est aussi, pour les Nîmois, depuis 2014, l'adjoint au maire en charge de la tauromachie, " c'est une passion depuis l'âge de 9 ou 10 ans ", des rapatriés, " mes parents le sont donc c'est un clin d’œil que m'a fait Jean-Paul Fournier lors de son élection en 2014 ", et des festivités de la cité. Concentrons-nous sur le dernier point qui va très bien avec l'arrivée de l'été.

Nîmes est une ville qui a une belle saison estivale mais qui, comme toutes les villes touristiques ou qui accueillent du public, doit se sécuriser. Comment la Mairie travaille-t-elle autour de ces questions prioritaires ? " Nous sommes rodés ! Nous nous sommes mis très rapidement au fait et aux normes de ce qui se faisait. De plus, nous avons un lissage des animations sur l'année donc nous nous devons d'entretenir de bonnes relations avec les services de l'État. Nous avons le sens de l'intérêt général. Mon but est d'avoir la manière et le résultat : c'est mon slogan. "

Manière et résultat, logique... Après le succès de la Chanson de l'année enregistrée et diffusée en direct sur TF1, la plus grande chaîne de télévision d'Europe, les Arènes accueillent bientôt les concerts du festival mais pas seulement. " Il y a quatre ans nous avions été contactés par une grosse boîte de production qui travaille beaucoup avec TF1. Ils comptaient aller à Nice, Toulouse ou ailleurs mais quand je leur ai fait visiter les arènes et que nous sommes montés aux amphis, ils sont restés scotchés ! Visiblement, nous utilisons de façon optimale notre plus bel outil, les arènes. "

Lors de la Chanson de l'Année édition 2018 (Photo Anthony Maurin).

Il est certain que le festival de Nîmes, comme la Chanson de l'Année d'ailleurs, prennent leur place dans le paysage culturel français. " Il y a trois ans, avec Stéphane Métayer, nous nous sommes dits qu'il fallait lancer la billetterie très tôt, avant Noël, pour que les places soient le cadeau de fin d'année. Il nous fallait caler les grosses dates et les autres allaient suivre. Depuis, nous fonctionnons de la sorte et ça marche très bien. En 2018, nous en sommes à 110 000 places vendues et Indochine et Sting sont des concerts complets. Je ne compte pas TF1 et ses deux soirées diffusées le 8 juin dernier et la 14 juillet prochain (le Plus grand bal de France, NDLR). La fréquentation augmente de manière croissante, le festival de Nîmes est le leader des 42 festivals de France. "

Mais comment fait-on pour jouer dans la cour des grands, sans compromission ni arrogance ? Et bien il faut un peu travailler, être inspiré et avoir une bonne dose de conscience professionnelle. " Stéphane Métayer gère la direction artistique mais nous travaillons ensemble. Actuellement, nous parlons déjà des concerts 2019. Nous avons commencé les discussions. Ça ne s'arrête jamais ! "

(Photo Anthony Maurin).

On sait que des pointures internationales devaient venir cette année à Nîmes mais que le contrat n'a pas pu être signé. L'élu a-t-il des regrets quant à ses coups manqués ? " Je n'ai aucun regret. Je commence à savoir que si un artiste ne vient pas cette année, il viendra l'année prochaine ou celle d'après. C'est comme ça : il faut venir à Nîmes ! Alors nous restons patients car il y a beaucoup de paramètres. En tout cas, le maire veut le meilleur pour sa ville et ça bombarde ! " Le meilleur étant le maximum, peut-on encore faire mieux ? Pour Frédéric Pastor, les choses ne sont pas si simples... " Mieux ? Allez, j'aimerais peut-être rajouter une paire de dates mais honnêtement, on fait les difficiles ! "

Il faut être difficile ! Les spectateurs le sont alors les élus doivent l'être. D'ailleurs, comme Frédéric Pastor est en charge de cette délégation, quels sont ses coups de cœur 2018 ? " Texas et Simple Minds... Je ne suis plus tout jeune ! Mais je sais qu'Indochine, I Am, Sting ou encore BigFlo & Oli vont être sympas à voir. Comme pour la feria, la convivialité est de mise et cela plaît aux gens. Renouveler et dépoussiérer, ça marche ! "

Les fans de la première heure attendaient sur le parvis depuis la veille pour être au premier rang de cette première des trois représentations nîmoises de Rammstein en 2017 Photo Anthony Maurin).

La journée type d'un élu pendant le festival de Nîmes ? " En général j'appelle Stéphane Métayer en fin de matinée pour caler les derniers éléments. On essaie de se voir aux arènes où j'arrive 1h30 avant le concert. J'adore voir le plaisir qu'ont les spectateurs quand ils entrent dans le arènes un soir de concert. Tout le monde a le sourire aux lèvres, c'est génial. Pour la Chanson de l'Année, 11 000 personnes heureuses, ça veut dire que nous travaillons bien. "

Mais l'année prochaine, la Ville pourra-t-elle mettre autant de moyens pour une si belle programmation ? On se doute bien que 2018 marque un tournant dans la vie de la cité avec, ou pas, l'inscription de Nîmes à l'UNESCO. " Je suis d'un naturel optimiste et notre ville a tout ce qu'il faut pour intégrer la liste. À commencer par les créations contemporaines qui rendent hommage aux monuments vieux de 2 000 ans. Nîmes a un bon dossier, ça ne peut qu'être un plus pour la ville. Les gens parlent de la feria, des concerts de l'été, des Grands jeux romains, de notre cadre de vie idyllique... UNESCO ou pas, cela n'influencera pas nos choix pour les festivités 2019. "

Acté. Tant mieux, quoi qu'il advienne, au pire les Nîmois auront de quoi sécher leurs larmes de crocodiles en allant aux arènes ! Un dernier mot, une chose spéciale à dire, quelqu'un à mettre à l'honneur... ? " Je connais Jean-Paul Fournier depuis très longtemps et j'ai une admiration sans limite pour lui, pour son intuition et le très haut niveau de sa politique. C'est un réel plaisir de l'avoir comme patron car c'est un vrai patron qui sait donner les moyens pour travailler ."

Débuts des festivités le 17 juin avec Texas et Simple Minds et fin le 22 juillet avec Shaka Ponk et Vitalic. Entre les deux, 15 autres dates... Marily Manson le 20 juin, Calogero le 22, Ennio Morricone le 23, Orelsan le 28, Julien Clerc et Véronique Sanson le 29, les Kids United le 30, I Am le 4 juillet, Vianney et Cats on Trees le 7, Lenny Kravitz le 8, Jamiroquaï le 12 juillet, Indochine le 13, Sting le 17, Massive Attack et Young Fathers le 18, BigFlo & Oli le 19 et Melody Gardot et Norah Jones le 20 juillet. Bons concerts les Gardois !

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité