A la unePolitique

NÎMES Les logements de la coulée verte font débat

Prévu pour 2022, la Ville a présenté aux habitants le projet de parc urbain sur les anciennes pépinières Pichon. Les réactions n’ont pas manqué.

Hier au centre Pierre Gamel, près de 200 personnes ont assisté à la réunion publique (Photo : Coralie Mollaret)

Le projet est un vieux serpent de mer. Promis depuis des années par l’équipe du maire, Jean-Paul Fournier, le parc urbain des anciennes pépinières Pichon n’avait jusque-là pas abouti...

En cause ? « Les difficiles négociations avec les héritiers d’Ernest Pichon, propriétaires de ces 14,5 hectares boisés en centre ville », explique l’adjointe en charge de l’urbanisme, Marie-Reine Delbos. La municipalité a donc décidé de lancer une procédure d'expropriation pour acquérir les terrains, après l’adoption d’une DUP (Déclaration d’utilité publique) au deuxième semestre 2018. C’est dans ce cadre que la Ville, accompagnée de paysagistes et autres architectes, a dévoilé hier soir son « scénario préférentiel d’aménagement. » 

Un parc éclaté en trois espaces

Poumon vert entre la gare et l’A9, les pépinières accompagnent le Vistre de la Fontaine. Une « forêt urbaine avec un patrimoine arboré remarquable », commente le groupement d’études de la Ville. Créé en 1885, le site aujourd'hui à l’abandon sera réhabilité et éclaté en trois espaces.

D’abord au nord avec une première partie qui s’ouvre dans le triangle de la gare. « C’est un secteur qui s’adressera aux voyageurs mais aussi aux actifs et aux lycées », souligne le groupement d’études. L’ancienne maison d’Ernest Pichon pourrait être aménagée en un restaurant au rez-de-chaussé baptisé « Les pépinières gourmandes » et, à l’étage, en un hôtel.

Au centre, « le parc concernera davantage les riverains des quartiers du Marronnier et de la route d’Arles. » Enfin au sud du boulevard Allende, « une troisième partie plus sauvage sera dédiée à la pratique sportive avec plusieurs équipements, dont un parking d'une centaine de places. »

La « façade urbaine » fait polémique

Les principales inquiétudes des habitants tournent autour de la construction d’une soixantaine de logements, rue des Quatrefages. « Vraiment nous sommes contre ce projet », réagit le secrétaire du comité de quartier des Marronniers, Joël Gardes, « nous avons une chance unique d’avoir un projet extraordinaire mais vous êtes en train de faire un programme immobilier ! Nous n’en voulons pas ! »

Le secrétaire du comité de quartier des Marronniers, Joël Gardes : « nous avons une chance unique d’avoir un projet extraordinaire mais vous êtes en train de faire un programme immobilier ! » (Photo : Coralie Mollaret)

« C’est faux », répond l’adjointe à l’urbanisme qui s'explique : « nous devons construire 800 logements par an et nous sommes très contraints à cause du risque inondation et des zones agricoles. Lorsque l’on a, en milieu urbain, la possibilité de construire, on le fait ! » Et d’ajouter « sans langue de bois » : « ce projet est à 14,5 M€ (sans l'aménagement du boulevard Allende, NDLR). Alors oui, on ne peut pas s’asseoir sur les quelque centaines de milliers d’euros que rapporteront la vente des terrains. »  

La concertation s'étalera jusqu’en septembre. Le comité de quartier des Marronniers a annoncé « vouloir réunir tous les comités de quartier et associations de Nîmes » pour s'opposer à la construction de logements.   

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Le calendrier : fin 2018, la Ville approuvera une Déclaration d’utilité publique avant de lancer la procédure d’expropriation pour acquérir les terrains. En 2019, le maître d’oeuvre sera désigné pour un lancement des travaux en 2020. L’ouverture du parc est prévue pour 2022 et 2025 pour la partie la plus au sud.

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “NÎMES Les logements de la coulée verte font débat”

  1. Mais dans quel monde ils vivent. Franchement 2 immeubles sur 14 hectares et juste en lisière du parc c’est franchement pas la mer à boire. 1 resto bar je trouve ça sympa pour se restaurer et boire un coup apres une belle promenade. Si la vente de quelques bout de terrain qui serviraient pas à grand chose et n’apporteraient pas une plus value supplémentaire aux parc permettent de financer en partie ce parc, moi j’en dis ok à 200%. Il faut tout de meme rester un peu dans la réalité. Comme l’a dit l’adjointe à l’urbanisme, il faut produire du logement dans une ville contrainte par le risque inondation, protection du patrimoine naturel et culturel. Sans construction c’est le prix de l’immobilier qui grimpe empêchant à terme les enfants ou petits enfants des’ reboussiers de se loger décemment dans leur ville, à moins que ces derniers paris plutôt sur l’augmentation de la valeur de leur patrimoine personnel…… J’ai vais me faire des amis….

  2. Déclaration d’utilité public en 2018 ? Ca va on devrait tous etre décédés quand ça verra, peut être, le jour.
    Il n’y a qu’à voir le contournement nord ou ouest qu’on nous promet depuis 20 ans…. ou encore l’étang à la place de l’aérodrome ou bien le « las vegas » à la francaise….
    Bref, agir plutôt que parler…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité