ActualitésSociété

GARD La cocarde d’or et de sang de Jacky Simeon

Le raseteur a sorti un nouvel ouvrage aux éditions Au Diable vauvert.

Autobiographie rééditée de Jacky Simeon (Photo Anthony Maurin)

C'est un coutumier du fait. Local parmi les locaux, à l'aise du crochet, de la voix et du stylo, Jacky Simeon est une figure emblématique de la région et surtout de la Camargue.

D'ailleurs, c'est la famille Simeon dans son intégralité qui participe, encore aujourd'hui, au développement et à la vivacité de la Course Camarguaise. Dernier écrit en date, " Une cocarde d'or et de sang ", l'autobiographie de Jacky Simeon lui-même et rédigée par ses soins. Né en 1952 à Montpellier, Jacky Simeon est un raseteur torero d’exception, lauréat de la Cocarde d’or en 1983. Il a élevé la course camarguaise à son apogée mais s'est vu contraint de quitter l’arène en 1990, après une grave blessure à l’artère fémorale qui le laisse presque mort.

C’est la littérature qui le ressuscitera. Il publie donc son autobiographie, puis un recueil de nouvelles De l’Eau, des Taureaux et des Hommes (Actes Sud, 2004) et un roman Le Cours du destin (Au Diable vauvert, 2010). Il a été finaliste du Prix Hemingway en 2010 avec sa nouvelle Le Goût du sang. Enfin rééditée, cette première autobiographie refait parler.

Résumé... Au printemps 1973, les frères Simeon embrassent les arènes de Pérols à Mauguio, Saint-Rémy-de-Provence, Marsillargues, Sommières, Lunel, aux Saintes-Maries-de-la-Mer, à Beaucaire, Châteaurenard ou encore Saint-Christol. Ils sont trois mais Jacky électrise la bouvine et les foules par son audace et sa fougue.

Il possède ce que les taureaux ont parfois : la caste, le pouvoir de se surpasser, de passer de la mesure à la démesure. Un courage impassible et modeste fait de lui un immense monsieur qui explore les terrains taurins méconnus. Pendant près de 20 ans il accumule les trophées et s'impose par la sincérité de son raset et par les risques qu'il prend, toujours calculés, jamais pesés. Il déchaîne les passions et s'impose comme un grand torero vêtu de blanc. Cette autobiographie raconte cette vie simple de héros local. La blessure, le doute, l'amour, la passion... Bref, l'histoire d'un homme, un vrai témoignage digne d'intérêt.

Une cocarde d'or et de sang, 272 pages, 17 euros.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité