A la uneEconomie

NÎMES-GARONS Le tourisme pour faire décoller l’aéroport

Le trafic passager de l'aéroport Nîmes-Garons peine à se développer. Réunis en colloque ce lundi, les acteurs privés et institutionnels essaient d'apporter des solutions.

Ce lundi, les acteurs privés et institutionnels du tourisme se sont réunis à l’aéroport de Nîmes Garons (Photo : Coralie Mollaret)

La croissance fulgurante des touristes asiatiques aiderait au développement de l'aéroport. Encore faut-il réussir à les faire atterrir à Nîmes-Garons... 

Avec 220 000 passagers par an, Nîmes-Garons est un petit aéroport régional. Son gestionnaire Edeis (qui gère l’infrastructure au moins jusqu’en 2019) peine à accueillir de nouvelles lignes. Ce lundi, les acteurs privés et institutionnels du tourisme se sont réunis à l’aéroport pour bâtir une nouvelle stratégie. Une rencontre initiée par Nîmes métropole, en charge de la compétence tourisme et depuis mars, de l’aéroport.

L'essor des touristes asiatiques

Une partie du développement de Nîmes-Garons passe par l’activité touristique. Notre aéroport étant « réceptif », c’est-à-dire que les passagers arrivent plus qu’ils ne partent. En matière de tourisme, notre territoire ne part pas de zéro. « Nous avons une clientèle mature, constituée de touristes Allemands, Belges et Néerlandais. Des amoureux de notre destination », rappelle Emmanuel Duval, délégué Méditerranée d’Atout France.

Comme en amour, il faut entretenir la flamme en proposant des nouveautés. Mais la clientèle la plus croissance est à regarder du côté de l’Asie : « la Chine et Taïwan affichent une croissance de 60% et la Corée du Sud se place au 12ème rang mondial en pouvoir d’achat », constate M.Duval. Si « au départ, ces touristes visitent les grandes capitales européennes, il affinent par la suite leur voyage à l’intérieur des territoires. Pour l’instant c'est marginal, il faut encore un peu de temps. » Autant s'y préparer...

Renforcer la politique touristique

Cette préparation passe par un renforcement de notre offre. Dans le Gard, les concerts à Nîmes l’été, les monuments antiques, mais aussi les activités de pleine nature et le patrimoine culinaire sont importants. « Entre 60% et 70% de nos clients belges viennent ici pour boire et pour manger », se plait à rappeler Frédéric Sanchez, responsable hôtelier. Un patrimoine qui séduit également les Asiatiques, friands du patrimoine français.

Le « contrat de destination » gardois doit être lisible et nos atouts clairement identifiables sur les salons internationaux. La formation à l'anglais du personnel hôtelier est indispensable. Tout comme « l’offre d’hébergement qui doit être étoffée et diversifiée dans sa qualité », fait remarquer le directeur général adjoint d'Edeis, Jérome Arnaud. En la matière, il y a encore du travail...

Se connecter aux hubs

Tous ces éléments composent l'argumentaire d'Edeis pour convaincre les compagnies aériennes. Malheureusement dans cet univers très concurrentiel, Nîmes peine à tirer son épingle du jeu. « C’est vrai que l’on a un petit souci pour les faire venir ici, alors on opte pour le TGV », confie Leslie Herman, représentante du tour-opérateur Lou Gard Tour. De plus, « les Américains n'ont rien contre faire une heure de route supplémentaire si le réseau de transport est adapté », complète Marieké Saliou, de Rendez-vous Vin.

Aujourd'hui « il nous manque pas mal de données précises sur le tourisme pour démarcher les compagnies », déplore Jérome Arnaud, « dire que nous avons tant de touristes qui viennent d’Allemagne, ça ne suffit pas à convaincre ! » Il faut donc mener des enquêtes précises et minutieuses. 

Enfin, les touristes chinois volent en long-courrier et atterrissent à Paris, Marseille ou encore à Montpellier. Deux derniers aéroports qui arrivent à saturation. « On pourrait imaginer des connexions avec eux, mais aussi avec les aéroports de Milan ou Madrid », plaident les protagonistes. Un partenariat gagnant-gagnant dans un secteur qui est loin de battre de l’aile.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com 

 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité