Culture

FESTIVAL DE NÎMES Jamiroquai a fait bouger les arènes

Pendant deux heures, le groupe britannique a fait danser les 10 000 spectateurs venus garnir l’amphithéâtre.

 

Jay Kay a communié avec les arènes (photo Norman Jardin / Objectif Gard)

Vingt-six ans après sa création, la magie opère toujours lors que se produisent Jamiroquai et son chanteur Jay Kay.

L’homme coiffé d’un casque mobile et lumineux ne ménage sa peine pour faire bouger les spectateurs. Pourtant, il ne choisit pas la facilité en s’habillant d’un survêtement et d’une paire de gants peu en rapport avec la chaleur étouffante.

Jamiroquai a enchaîné les tubes (photo Norman Jardin / Objectif Gard)

Cela ne l’empêche pas de faire exulter l’assistance quand arrive Little L, le premier grand classique de la soirée. Mais ce n’est qu’un échauffement puisque le groupe envoie Alright et alors les 10 000 fans, dont de très nombreux quadragénaires, se lèvent pour danser.

Le bassiste Paul Turner a été très applaudi (photo Norman Jardin / Objectif Gard)

Jay Kay, grand amateur de football, s’adresse en français à la foule : « félicitations pour la coupe du monde, malheureusement pas pour l’Angleterre ». L’artiste sait faire plaisir et les spectateurs reprennent en cœur « on est en finale, on est en finale ». Les tubes s'enchaînent, de Space cowboy, Cosmic girl et le bien nommé Just dance.

Le guitariste Rob Harris dans ses œuvres (photo Norman Jardin / Objectif Gard)

Le public est aux anges. Et même s’il semble régulièrement se plaindre du son, Jay Kay multiplie les allers-retours le long de la scène et il enchaîne ses pas de danse caractéristiques. La soirée se termine par un rappel et l’inévitable Deeper underground.

Les arènes de Nîmes étaient copieusement garnies (photo Norman Jardin / Objectif Gard)
Jay Kay a donné de sa personne pendant cent-vingt minutes (photo Norman Jardin / Objectif Gard)

Après deux heures de show, le chanteur ferme la boutique avec un « Nîmes merci beaucoup et vive la France ». Les spectateurs quittent les arènes avec le sourire aux lèvres et encore l’envie de danser. C’est certainement cela que l’on appelle un concert réussi.

Norman Jardin

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité