A la uneActualitésAutres sportsSports Gard

TOUR DE FRANCE Sagan, l’étoile filante de Bessèges

Le Tour de France 2018 s'est arrêté ce samedi dans le Gard, à Bessèges. Une grande fête populaire qui a vu Peter Sagan remporter le sprint intermédiaire.

L'association Cèze Moto Retro a sorti toute l'artillerie d'époque pour l'événement (photo Corentin Corger)

Sur 25 kilomètres, la Grande boucle a emmené ses coureurs sur les routes du Gard, ce samedi. Tous les viseurs et les vélos étaient braqués sur Bessèges où Peter Sagan a remporté le sprint intermédiaire. Mais la plus belle victoire était celle des Bessègeois qui ont brillé lors de cette grande fête populaire. 

9h45, on entre à peine dans Bessèges, que des klaxons retentissent. Les petits fauteurs de troubles de bon matin sont les membres de l'association Cèze moto retro qui défilent dans des voitures anciennes. En queue de cortège, un car podium jaune commandé par Michelin pour le Tour de 1980, dont il ne reste que deux exemplaires en état de marche. Le moindre détail a été soigné, avec les costumes d'époque portés par les gendarmes et coureurs. Le maillot à pois revêtu sur la photo du haut est authentique. Il provient du coureur colombien Luis Herrera, qui a participé à sept Tour de France, de 1984 à 1991.

Denise et Jean Ilpide posent devant l'exposition consacré à leur ascendant Marcel qui a participé à deux Grandes boucles (photo Corentin Corger)

10h30, après un accueil chaleureux du maire de la commune Bernard Portalès, place à un hommage qui ne pouvait pas se tenir un autre jour. Marcel Ilpide, Bessègeois de naissance, a participé à deux reprises au Tour de France. Une place de lanterne rouge en 1929 et avant-dernier, l'année suivante. Un exploit à une époque où le Tour de France prenait véritablement tout son sens en contournant tout l'hexagone.

Certaines étapes dépassaient les 350 kilomètres pour des efforts intenses durant toute une journée. Pour le deuxième passage de l'épreuve à Bessèges, après 1987, les passionnés de cyclisme et de leur commune ont voulu honorer cet athlète. Décédé en 1961, de la silicose, la maladie des mineurs de fond. Parmi ces passionnés, la légende Roland Fangille, qui a participé à l'élaboration de ce stand. Il est le créateur en 1971 de la course professionnelle, l'Étoile de Bessèges.

Le Capitaine Didier Richard briefe ses hommes avant de prendre position sur le parcours (photo Corentin Corger)

11h17, dernier briefing pour les gendarmes avant de partir sécuriser les routes. Les motards jalonnaient tout le parcours pour éviter les débordements et veillaient à la sécurité des coureurs.

L'orchestre plein d'énergie pour accompagner l'apéritif (photo Corentin Corger)

De l'autre côté de la place de la mairie, l'ambiance était moins sérieuse et plus festive. La pena amenait le parfum populaire du Tour de France.  Bondée, la terrasse profitait du moment en dégustant une petite tisane marseillaise (Pastis ou Ricard, c'est selon). Chaleur oblige mais toujours avec modération.

Amélie montre fièrement les cadeaux ramassés lors du passage de la caravane du tour (photo Corentin Corger)

13h40, la traditionnelle caravane du tour fait son apparition : casquettes, biscuits, briques de jus de fruits, porte-clés... Tout est bon pour satisfaire les enfants et leur donner le sourire. À l'image d'Amélie, 11 ans et de son frère Nataël, 8 ans, venus de Perpignan passer les vacances chez leur grand-mère, Yvette. "J'aime bien le Tour pour avoir des gâteaux et voir les cyclistes", se réjouit l'aînée. Le jeune homme a lui une petite préférence : "je les aime tous mais un peu plus le maillot jaune." Le message est passé pour Geraint Thomas.

15h passé, place aux artistes

Le Père Noël avait une requête très importante à demander aux cyclistes ! (photo Corentin Corger)

Aux abords du sprint intermédiaire, nous avons fait une drôle de rencontre : le Père Noël. Ce dernier recherchait six coureurs pour remplacer ses rennes le 24 décembre prochain. L'avenir nous dira si le peloton a vu son annonce.

Le sprinteur slovaque Peter Sagan a remporté le sprint intermédiaire organisé à Bessèges (photo Robert Symmons)

À la vitesse où le Slovaque Peter Sagan a remporté le sprint intermédiaire, peu de chances qu'il ait pris le temps de lire le message. Dans la ville de l'Étoile de Bessèges, le sprinteur a filé sans profiter du paysage cévenol.

L'équipe du maillot jaune menait le peloton au passage de Bessèges (photo Robert Symmons)

Quelques minutes plus tard, place au peloton emmené par la team Sky, qui gardait au frais son maillot jaune. Un passage qui marquait environ la moitié de l'étape du jour, remporté plus tard à Mende par l'Espagnol Omar Fraile qui devançait le Français Julian Alaphilippe.

Une fois le peloton passé, certains ont encore du boulot (photo Corentin Corger)

15h29, les coureurs venaient à peine de passer à Bessèges, que les hommes en orange enlevaient déjà les barrières. C'est la magie du Tour de France : des mois de préparation et de nombreuses petites mains pour tout préparer pour seulement quelques secondes de bonheur. C'est peut-être cela le secret de la magie de cette course !

Corentin Corger

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité