ActualitésCulture

BAGNOLS Au Zion Garden, les artistes ne sont pas que sur la scène

Noémie au milieu de ses vêtements et bijoux. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Bien sûr, on va au Zion Garden pour le reggae et les nombreux concerts qui font la renommée de ce festival. Mais le Zion Garden, c’est aussi des petites mains, méconnues mais néanmoins talentueuses, qui proposent le fruit de leur travail à la vente.

C’est devenu un rituel, une date surlignée dans son agenda. Pour la quatrième année consécutive, Noémie descend de son Pas-de-Calais natal pour rejoindre Bagnols-sur-Cèze et son incontournable Zion Garden. « Je viens là pour travailler, mais aussi pour l’ambiance. C’est une semaine de retrouvailles ! », explique la jeune femme. Sur son stand qui ouvre de 10h à 1h (et jusqu’à 20h jeudi, vendredi et samedi), Noémie propose des vêtements qu’elle dessine intégralement : « c’est essentiellement du coton et du sari que j’achète à des femmes pauvres en Inde. Je récupère le tissu et je travaille tout l’hiver ».

Quand le mois d’avril approche, Noémie se découvre d’un fil et part, jusqu’à fin septembre environ, de festivals en festivals pour proposer ses créations vestimentaires mais aussi des bijoux qu’elle façonne elle-même. Question tarif, il y a de bonnes affaires à réaliser puisque les prix vont de 3€ à 40€.

Laura devant son stand. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Laura aussi commence à être une habituée du Zion Garden. Comme Noémie, elle revient chaque année depuis trois ans en raison d’une « super ambiance » et surtout « pour les copains ». Originaire du Verdon, Laura réalise 85% de ses produits qu’elle vend lors des festivals, mais aussi pendant les fêtes médiévales où ses articles ont la cote. « J’ai trois pôles d’activité. Je travaille la plume que je monte sur mes bijoux. Je fais aussi beaucoup de cuir et les chapeaux, des Borsalino ou des haut-de-forme ». Des accessoires uniques qui font le bonheur des festivaliers. Au Zion Garden, sachez-le, les artistes ne sont pas uniquement sur scène.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité