A la uneActualités

C’EST L’ÉTÉ Un accueil presque parfait à… Lussan

Entre cité médiévale et concluses, la commune de Lussan offre des paysages exceptionnels.

Vue imprenable sur le mont Bouquet qui culmine à 629 mètres au cœur des Cévennes photo Corentin Corger)

Tous les lundis de l’été, à 11h30, Objectif Gard vous propose la rubrique « Un accueil presque parfait ». Pendant une journée, nos journalistes se mettent dans la peau de touristes et évaluent, incognito, l’accueil d’une commune touristique gardoise. Restaurateurs, commerçants, activités de loisirs… La chaleur humaine, l’amabilité ou encore la pertinence des conseils seront-elles au rendez-vous ? Pour cet avant-dernier épisode, nous sommes allés à Lussan

Lorsqu'on arrive à Lussan, par le hameau d'Audabiac, notre regard est directement figé par cette ancienne cité médiévale, perchée sur un rocher calcaire. De son piédestal, la commune domine la garrigue gardoise d'une cinquantaine de mètres, protégée par ses 800 mètres de remparts. Une hauteur et un emplacement qui permettent d'admirer à l'horizon le mont Bouquet. Et lorsque le temps est dégagé, on aperçoit le massif des Alpilles et le mont Ventoux. Le décor est planté et il fait rêver.

Pour ne pas que la magie s'estompe, Lussan a été labellisé "Village de caractère", mais fait surtout partie des "Plus beaux villages de France". Une mise en valeur qui plonge les touristes dans un voyage médiéval. Notre visite débute par le parking, assez grand, aménagé aux portes de la ville. Pratique. Dans Lussan, la circulation est interdite, pour ne pas fragiliser davantage les remparts. Seuls les riverains et les livreurs sont autorisés à emprunter la route. Le tour de la commune est vite fait - dix minutes - puisqu'elle compte environ 70 maisons. Pour une population recensée à près de 500 habitants qui comprend au total treize hameaux.

Cette sculpture rend hommage aux tisseuses de la soie (photo Corentin Corger)

Ce qui frappe dès que l'on pénètre dans les remparts, c'est le calme. Quelques touristes arpentent les rues en silence comme par peur de nuire à une telle richesse. On tombe d'abord sur le château de Lussan qui abrite aujourd'hui la mairie. Nous décidons de contourner le village et d'admirer les différentes vues des remparts. Des belvédères et des panneaux informatifs enrichissent notre culture et nous font visualiser le passé de Lussan.

Son architecture, avec des murailles qui tiennent encore debout. Et ses activités passées et présentes. Lussan était en effet le théâtre de grandes foires réservées aux ovins, la céramique, la forge mais surtout la filature. Des savoir-faire ancestraux mis encore à l'honneur aujourd'hui, notamment par une série de sculptures qui jalonnent notre découverte ce petit bout de terre situé au nord de l'Uzège.

Emmanuel Bertrand, artisan céramiste accueille les touristes dans sa boutique et montre son savoir-faire (photo Corentin Corger)

En nous perdant dans les rues, toujours accompagné par le bruit des cigales et la bonne odeur de la lavande en train d'être cueillie, nous entrons dans la galerie d'un artisan potier. Dans son atelier boutique, Emmanuel nous accueille et nous parle de sa passion pendant près de 45 minutes. Un Bourguignon amoureux de la poterie, arrivé dans le Gard il y a 20 ans pour faire ses armes dans la commune de Saint-Quentin-l-poterie, la bien nommée.

Sollicité par la mairie pour s'installer à Lussan, il peut faire partager sa passion au quotidien : "ce que je préfère, c'est parler de mon métier avec les visiteurs. J'essaie de proposer mes objets à un prix accessible. En cette saison, j'ai dû mal à tenir le stock." Le céramiste se réjouit que la saison touristique s'allonge de mars jusqu'en octobre, une période où il ne quitte pas son four. Sa gentillesse nous a touché et nous repartons avec un petit verre à 10 euros.

Auparavant, à quelques mètres de là, nous avions fait un petit détour par le point info tourisme qui sert également de poste. Andrea, qui maîtrise le Français, l'Anglais et l'Allemand, nous reçoit et nous donne quelques brochures. Car mine de rien, sur ce petit bout de terre il y a plus d'une vingtaine de lieux répertoriés et tout ce que l'on peut savourer à côté. Avouant qu'elle n'est "pas trop branchée Histoire", elle fait l'effort de satisfaire à notre demande en nous imprimant des documents sur l'histoire de Lussan.

L'auberge des Marronniers, un cadre de carte postale (photo Corentin Corger)

Nous continuons de nous perdre dans quelques ruelles étroites et de contempler les maisons toutes de pierres vêtues. Sur cette terre protestante, le temple est toujours présent et devance de quelques mètres l'église qui se trouve sur la place André Gide. La famille de l'écrivain avait acquis le château de Fan en 1795 et l'auteur y passera une partie de ses vacances d'été avant qu'il ne devienne propriété de la municipalité en 1920.

Il en faut peu pour être heureux (photo Corentin Corger)

12h30 sonnent. Il est temps d'aller déjeuner. Ce mercredi, seule l'auberge des Marronniers, située sur la place éponyme, est ouverte. Ce mélange entre Cévennes et Provence se ressent aussi sur le menu : queues de crevettes à la crème de piment des Cévennes ou poisson du moment en bouillon safrané et sa rouille provençale sont proposés. J'opte finalement pour une maxi salade - où le terme est un peu exagéré -, avec charcuterie de pays et pélardon, bien sûr ! Un petit verre de rosé gris en provenance du Domaine Natura installé à Saint-Laurent de Vernède, pour rester local, me sert d'accompagnement. Le temps s'arrête. Seul le remplissage en quelques minutes de la terrasse, nous rappelle que l'heure tourne.

Les célèbres concluses de Lussan (photo destination pupg)

Mais pas question de quitter si vite ce coin paisible et tranquille. Pour digérer, nous allons voir le lieu incontournable lors d'un passage à Lussan : les concluses. La commune étant très étendue (superficie totale de 47 km2, NDLR), il faut parcourir 8 kilomètres pour se rendre dans ces gorges rocheuses creusées au fil du temps. Les plus courageux partiront du centre de Lussan à pied. Nous y allons en voiture jusqu'au parking. Le portail des concluses permet d'avoir une vue extraordinaire sur les cavités dans le lit de la rivière et sur les cavernes visibles dans la falaise. L'Aiguillon, petite rivière à sec l'été permet d'entrevoir cette formation rocheuse naturelle.

Une bonne paire de baskets est nécessaire pour descendre jusqu'en bas et un peu de condition physique. Il est temps de quitter le cœur de la nature pour retourner à la ville s'encrassez les poumons. Mais nous reviendrons !

Corentin Corger

Etiquette

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “C’EST L’ÉTÉ Un accueil presque parfait à… Lussan”

  1. Bonjour,
    Félicitations pour ce bel article sur ce beau village. Vos photos sont très parlante du silence qui nous entoure.
    Serait-il possible de récupérer celle de la vue generale du village … et les autres si possible ?
    Par avance, merci.
    Bel fin d’été à vous.
    Thierry LEGAYE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité