A la uneActualités

FAIT DU JOUR Cévennes : un gîte bioclimatique accessible aux handicapés

La pièce a vivre est très spacieuse. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Sur les hauteurs de Sainte-Cécile-d’Andorge, dans le parc national des Cévennes, Anne et Philippe viennent d’achever la construction d’un gîte bioclimatique accessible aux personnes handicapées.

Il aura fallu quatre années de travail, et beaucoup de ténacité, pour venir à bout de ce projet dont Anne et Philippe rêvaient depuis longtemps. Installés dans le Gard depuis trente ans, ces deux néo-ruraux sont arrivés à Sainte-Cécile-d’Andorge il y a une dizaine d’années avec l’objectif de construire deux habitations bioclimatiques : la leur et un hébergement adapté à une clientèle handicapée. « J’avais envie d’une maison qui tourne avec le soleil », raconte Philippe. Mais le couple, qui tient à tout faire lui-même, optera finalement pour deux logements bioclimatiques, c’est-à-dire qui utilisent les ressources de leur environnement dans le but de réduire leur consommation d’énergie.

Anne et Philippe, créateurs de l'Handgit. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Après avoir bâti leur propre maison, ils se lancent dans la réalisation d’un gîte de 240 m² accessible à tous. Dressée au milieu des pins, la structure tout en bois s’intègre naturellement au paysage. À l’intérieur, sur le rez-de-chaussée de 170 m² de plain-pied, les portes sont larges et les espaces sont vastes afin de permettre aux vacanciers souffrant d’un handicap moteur de pouvoir circuler facilement. La salle d’eau et les toilettes sont également adaptées ainsi que les trois chambres, l’évier de la cuisine, le plan de travail ou encore les plaques de cuisson. À l’étage, on trouve deux autres chambres et un coin lecture dans une mezzanine baignée de lumière. Le gîte, qui peut accueillir jusqu’à douze personnes, est agréé par le Conseil national des loisirs et du tourisme adaptés et dans l’attente du label Tourisme et handicap.

L'une des trois salles d'eau est spécialement conçue pour les personnes à mobilité réduite. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Côté thermique, tout a été pensé pour un confort optimal : les murs font 22 centimètres d’épaisseur (et 36 cm côté Nord), des cloisons en terre permettent de capter la chaleur et de la restituer progressivement, tout comme le sol en béton, et une sorte de véranda fait office de serre bioclimatique où les rayons du soleil qui entrent en hiver font monter la température intérieure. Enfin, un poêle programmable à granulés de bois chauffe l’ensemble des pièces. « Dans notre maison, qui est construite de la même façon que le gîte, on atteint facilement 21 ou 22 degrés en hiver », souligne Anne.

Le salon. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Pour séjourner dans le « handgit » et tester ses avantages, il faut compter 800€ la semaine, à l’exception des mois de juin, juillet et août et de la période de Noël où le montant de la location s’élève à 1 400€ la semaine.

Élodie Boschet

handgit.com. Tél : 06 88 41 66 37.

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité