A la uneActualitésSociété

NAGES L’oppidum, âge de fer et balade en or

Tout démarre il y a 2300 ans environ sur les cimes d'une colline située dans la Vaunage, à Nages justement.

À une quinzaine de kilomètres de Nîmes, en direction de Sommières (Photo Anthony Maurin).

Les Nîmois sont Celtes. Romains, bien sûr, mais Celtes avant tout. D'ailleurs, même les Gaulois sont des Celtes ! En tout cas, à Nages, l'oppidum libre d'accès est un site archéologique d'importance à ne pas manquer, surtout en cette fin d'été.

Un oppidum est un lieu stratégique où du sommet d'une colline on peut contrôler l'arrivée ou le départ de troupes amies ou ennemies. Aux abords de la voie romaine reliant Nîmes à Sommières, l'opidum de Nages trône fièrement sur la plaine et offre un panorama incroyable une fois la petite marche (en grimpette) terminée.

Du village, très peu de marche (Photo Anthony Maurin).

Oui, l'oppidum se mérite. Partir de Nages, superbe petit village typique de la région et méconnu, passer par l'impasse de l'oppidum et grimper sur la colline pour voir ce qu'il y a derrière. Si une activité humaine allant de la période du Néolithique récent (environ 3000 ans av JC) nous allons surtout nous intéresser à la période allant de l'Âge du Bronze (1000 ans av JC) à nos amis les Romains.

Mais un peu de grimpette (Photo Anthony Maurin).

L'oppidum des Castels (et oui c'est son petit nom) a donc été fondé au cours de la première moitié du 3ème siècle avant notre ère et s'est développé jusqu'à l'arrivée des romains. Évidemment, la région était peuplée depuis (au moins) le néolithique mais l'oppidum est plus récent. Chez nous, ce sont les Celtes, arrivés il y a plus de 2500 ans, qui ont construit les premiers villages de ce genre (carte). Nages est un des oppida les plus grands et les mieux conservés du Languedoc oriental.

Mais la vue vaut le détour avec au centre et au loin... Le Pic Saint-Loup (Photo Anthony Maurin).

On y trouve des fortifications monumentales, une maîtrise de l'écriture et de la sculpture, une réelle intégration aux mouvements d'échanges, un urbanisme organisé par un pouvoir central, un artisanat en plein développement, une gestion, des exploitations... Bref, la vie de la Gaule méridionale avant l'arrivée et la domination romaine.

Une vue dégagée de la Vaunage (Photo Anthony Maurin).

La Vaunage est un couloir de transition qui s'étale de la Costière au Vidourle. Voie naturelle, défilé plat et sans encombre qui mène de Nîmes à Sommières, elle est aussi le cadre d'une vie antique et de vestiges méconnus mais importants telles que la voie héracléenne par exemple. Revenons à l'oppidum... Situé à 160 mètres d'altitude on aperçoit à l'œil nu l'oppidum de Mauressip, situé sur la commune voisine de Saint-Côme-et-Maruéjols. On voit  aussi le majestueux Pic Saint-Loup au loin et l'on se dit que ces premiers bâtisseurs ne s'étaient pas positionnés ici par hasard.

Les vestiges de l'oppidum (Photo Anthony Maurin).

La tribu locale, des Volques Arécomiques, venue des plaines du Danube, s'installe dans la région et crée Nemausus, la future Nîmes. Ils s'y plaisent et s'y développent. Une fois le cycle de la vie en marche, l'espoir de prospérer est aussi important que celui de ne pas se faire dépouiller de ces nouvelles richesses... Il faut donc que les Volques s'en préviennent et créent des postes avancés pour parer d'hypothétiques attaques. L'oppidum de Nages fait partie de ce réseau militaire.

Quelques murs un peu plus élevés, des toits et on pourrait se croire revenu au temps de l'Antiquité (Photo Anthony Maurin).

Une partie des quatre enceintes successives de l'oppidum, érigées entre 290 avant JC et 10 après JC, a été dégagée. Pierres plates, tours de guet et de défense, tout a été largement restaurées et stabilisé. Le site abrite des rues en damier, des maisons d'habitation, des magasins et un fanum (petit temple) construits à partir de 70 avant JC (mais détruit par un incendie au début du 1er siècle de notre ère, ce temple est la preuve d'une dévotion certaine). Cet incendie signera la fin de l'occupation du site au profit de la grandissante Nemausus.

 Si vous voulez visiter le petit musée municipal qui traite de l'oppidum, contactez Guevara Braun Lester au 06.33.73.49.62. Pour les férus de lecture, vous avez " Les Gaulois du Midi " de Michel Py.

(Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 33 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité