A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR Les voies vertes pour voir la vie en rose

Ces segments dédiées aux transports doux sont nombreux dans le Gard et laissent la part belle aux familles et à la détente.

Un segment de la voie verte non loin de Calvisson (Photo Anthony Maurin).

Les voies vertes ? Elles sont bio, belles, gratuites et sécurisées. Ces petites routes sont surtout dédiées aux déplacements doux. Elles constituent des routes adaptées aux promenades familiales et touristiques qui permettent également des déplacements de village en village sans avoir à emprunter le réseau routier. En somme, elle révèlent une nouvelle armature du réseau cyclable gardois.

Sommières-Caveirac :

Cette piste aménagée sur l’ancienne voie ferrée reliant Nîmes à Sommières a l'habitude des marcheurs, coureurs, fauteuils roulants, rollers, vélos, poussettes… Ce sont au total un peu plus de 20 km qui sont librement accessibles à tous et en toute tranquillité. L’accès se fait par la départementale D40 qu’elle longe. À 11km de Nîmes, à l’entrée du village de Caveirac, un panneau et un parking en signalent le départ. D’autres accès sont indiqués à Calvisson et à Sommières. La voie est large de 3 mètres, séparée en deux voies par une bande blanche et bénéficie d’un bon revêtement, sans aucune difficulté. Connectées à la voie verte, deux boucles cyclo-découvertes sur routes partagées permettent de prolonger votre escapade en suivant la boucle du Vidourle au départ de Sommières (34km) ou celle des Olivettes au départ de Calvisson (21 km).

Promenade du Viaduc :

Le parcours ne chemine que sur 3,5 km à proximité des villages de Molières-Cavaillac, Bez-et-Esparon et Arre. Le tracé emprunte l'ancienne ligne de chemin de fer Tournemire (Aveyron) - Le Vigan (Gard). Tout en s'engouffrant dans le relief montagneux des Cévennes, la promenade progresse au milieu d'une végétation particulièrement luxuriante. Cette voie longe les grands plateaux karstiques du Causse de Blandas. Vous profiterez de points d'observation privilégiés sur les évents de Bez, Brun, Rognes et sur les grottes des Calles. La promenade du Viaduc offre également des vues splendides sur la vallée cévenole de la rivière d'Arre, dominée par le Rocher d'Esparon. Ne manquez pas le remarquable pont métallique de Lavassac de type Eiffel, d'une portée de 80 mètres pour un poids de 418 tonnes d'acier.

À gauche et sur la route, les voitures. Sécurisée, la voie verte permet une balade en toute quiétude (Photo Anthony Maurin).

Méditerranée à vélo (EuroVélo 8 et 17) :

La Méditerranée à vélo est la partie française de l'EuroVélo 8, qui doit relier l'Espagne à la Grèce puis Chypre sur une distance de 5 888 km. Dans le Gard, l'itinéraire permet de relier le Grau-du-Roi à Beaucaire avec un itinéraire est commun à la « ViaRhôna ». Jusqu’à Gallician, le parcours est aménagé en voie verte sur près de 20 km et emprunte le chemin de halage du Canal du Rhône à Sète. Un parcours facile dans une ambiance aux couleurs de Camargue où vous verrez défiler étangs, roselières, oiseaux et taureaux (toros aussi). Ensuite, le parcours quitte progressivement la Camargue et chemine dans les costières entre vignes et olivettes pour rejoindre Saint-Gilles et Beaucaire sur de petites routes partagées. Si vous êtes joueur, l'Euro17 part du Grau-du-Roi  pour relier les hauteurs alpines jusqu'au lac Léman.

La voie verte de l'Espiguette est une solution pour une sortie sportive, gratuite et familiale. (Photo DR)

Vers le Pont du Gard :

Cette voie verte en sable stabilisé commence à Beaucaire et suit une ancienne voie ferrée vers le nord, au bord du Rhône. Elle franchit la D986 sur une belle passerelle et s’achève peu après, au pied de l’abbaye troglodytique de Saint-Roman que l’on peut rejoindre facilement. Une balade de 4 km qui constituent le premier tronçon d’un projet plus ambitieux de voie verte qui reliera Beaucaire à Remoulins et qui sera aménagée sur l’emprise d’une ancienne voie ferrée (Le Martinet) d’une longueur totale de 18 km.

Une portion de la voie ve (Photo Anthony Maurin).

Sur le littoral :

Revenons à l'Espiguette et à sa voie verte... Longue de près de 5 km et large de 4 m, cette voie interdite aux véhicules à moteur propose un parcours confortable jusqu'à la plage. Elle chemine le long de la route départementale 255b au Grau-du-Roi jusqu'à la plage de l'Espiguette à l'extrême sud de la commune. Entre marais et étangs, elle progresse à travers l'un des trois sites classés du Grand Site de la Camargue gardoise.

(Photo Anthony Maurin).

De Vauvert à Gallician :

Elle longe le canal Philippe Lamour sur plus de cinq kilomètres. C’est une piste de trois mètres de large, revêtue en enrobés, à double sens. Pur une pratique familiale sans danger sur un parcours présentant peu de dénivelé, elle est au top du top de la compote. De plus, elle ne comporte que très peu d’intersections avec des routes. Respectueux de l’environnement, le projet s’est attaché à la qualité paysagère en conservant les essences locales et les végétations qui ont poussé spontanément. De nombreux bancs ont été installés tout le long du parcours invitant au repos et à l’observation du paysage. Un parking voitures usagers a été créé du côté de Vauvert ainsi qu'une aire de stationnement à Gallician (encore en projet). Cette voie verte rejoint la boucle de cyclo-découverte de la Camargue gardoise et offre ainsi la possibilité d’effectuer à pied ou à bicyclette un itinéraire de 22 kilomètres sur les RD 352, RD 104 et RD 381. À découvrir également au départ de Vauvert les boucles cyclo-découvertes sur routes partagées : La Camargue Gardoise au départ (25km) et Les Costières (40 km).

Une portion de la voie verte de Quissac (Photo Anthony Maurin).

Quissac-Sauve :

La voie verte emprunte le tracé de l'ancienne ligne de chemin de fer Nîmes/Le Vigan via Sommières et Quissac.
Sur près de 6 km le parcours chemine dans la moyenne vallée du Vidourle au paysage collinaire. La voie verte s'insère entre les monts boisés de chênes verts, de pins d'Alep et de chênes pubescents et les plaines agricoles de la vigne, de grandes cultures et de prairies... Villages et paysages comme Quissac, Sauve, moulins, ponts vieux, conservatoire de la fourche... tout un programme pour bien finir l'été avant la rentrée.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité