A la uneActualitésPolitique

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

Comme tous les dimanches, Objectif Gard vous propose son cocktail d’indiscrétions politiques. Un apéritif hebdomadaire à déguster sans modération !

Les Marcheurs dans le brouillard. L'été 2018 ne restera pas un bon souvenir pour Emmanuel Macron. L'affaire Benalla (du nom du coordinateur sécurité des déplacements officiels et privés du président de la République, accusé de violences lors des manifestations du 1er mai 2018 à Paris) et les mauvais présages économiques ont entamé le moral des Marcheurs et des Français en général. Localement, la situation n'est pas meilleure. Selon nos informations, la venue de l'ex-socialiste, aujourd’hui député LREM (La République en marche) des Hauts-de-Seine, Gabriel Attal lors de la fête départementale du 9 septembre prochain est compromise. Pire, le nombre de militants inscrits pour cette journée dans une manade à Générac a dû mal à progresser. À ce stade, seules 140 personnes ont validé leur présence. Trop peu par rapport aux 3 500 adhérents revendiqués par le parti présidentiel. Une désaffection mais peut-être aussi le début de la fin pour ce mouvement qui jusqu'alors revendiquait une forme de révolution politique et le rejet de l'ancien monde. Le défi face aux réalités économiques de la France et l'énorme challenge de réunir ses troupes quand le vent tourne démontra dans les semaines qui viennent si le nouveau monde est bien réel ou s'il a fait pschitt depuis longtemps.

Régis Vezon quitte le député Philippe Berta. Professeur d'histoire de droit à l'Institut d'Alzon, Régis Vezon accompagnait depuis un an environ Philippe Berta dans ses premiers pas en tant que député du Gard. "C'est d'un commun accord" que les deux hommes ont mis fin à leur collaboration de travail à temps partiel, dixit Philippe Berta qui, comme pour éviter toute polémique, en profite (sans que l'on pose la question) pour préciser : "nous sommes les meilleurs amis du monde depuis 30 ans. Il n'y a aucun problème entre nous." Pour le remplacer, c'est une jeune femme qui a travaillé six mois au cabinet de Nicolas Hulot qui tiendrait la corde. Manon Brunel, c'est son nom, sort de Sciences politiques. C'est son Master sur la thématique de l'Europe qui aurait fait pencher la balance à sa faveur.

Denis Bouad et la géographie. Le président du Département était présent, mercredi à Générac, lors de la signature de la charte des bonnes pratiques en matière de commercialisation des vins gardois. Ce dernier a pris la parole longuement et s'est lancé dans une tirade de promotion de nos vins gardois, quitte à oublier sa géographie. "Si tous les touristes qui viennent au Pont du Gard achètent une bouteille de vin, si tous ceux qui viennent à la Grande-Motte..." Pas le temps de terminer sa phrase que l'assistance bondissait de sa chaise. De même que le préfet du gard, Didier Lauga, et le président de la Chambre des métiers et de l'artisanat, Henri Brin. Mais notre cher Denis se défendait : "c'est parce que j'y étais il y a trois jours. Et puis le Grau-du-Roi, la Grande-Motte on ne sait pas où ça s'arrête." Peu convaincant mais on ne lui en veut pas. Si ça peut pousser les Héraultais à boire du vin gardois, tant mieux !

En marche oui, mais chacun de son côté. Il y a peu à Nîmes, l’ex-patron du Parti socialiste gardois passé depuis chez En marche !, Stéphane Tortajada, avait pour projet de faire fusionner le comité « Le Gard En Marche », au sein duquel il militait, avec celui de « Nîmes Agglo. » Une organisation animée par un certain Régis Vézon (voir plus haut), proche du président centriste de Nîmes métropole, Yvan Lachaud (probable candidat aux municipales de 2020). Le but ? Créer un super-comité d'environ 400 membres, capable de faire basculer le rapport de force en sa faveur, notamment sur le choix des candidats aux élections. Seulement voilà, les membres du comité de M. Tortajada semblent avoir rejeté cette demande, préférant conserver leur autonomie. La stratégie pour imposer aux Macronistes le Nîmois Yvan Lachaud n'est pas gagnée. Encore moins pour les "marcheurs" fidèles à Françoise Dumas... En attendant, Stéphane Tortajada a décidé de prendre du recul sur la ligne politique départementale du parti...

Le contournement Nîmes-Nord en discussion à Paris. Le 12 septembre prochain, les députés des circonscriptions de Nîmes, Françoise Dumas et Philippe Berta, accompagnés de Denis Bouad, le président du Gard, d'Yvan Lachaud pour Nîmes métropole, de Max Roustan et Christophe Rivenq, pour l'Agglo d'Alès, et de Jean-Luc Gibelin à la Région rencontreront les représentants du cabinet de la ministre des Transports pour avancer sur le dossier de la RN 106. Un sujet sur la table depuis de nombreuses années et qui pourrait enfin trouver son épilogue, à la condition que l'État se décide enfin à mettre la main à la poche...

Jean-Marc Roubaud épinglé. Le maire de Villeneuve et président du Grand Avignon, Jean-Marc Roubaud, a été fait chevalier de la Légion d’honneur par un décret du Premier ministre en date du 16 avril 2017. D’après nos informations, près d’un an et demi après ce décret, les insignes de la Légion d’honneur lui seront remis le 14 septembre prochain par le président de la région Provence-Alpes Côte d’Azur, Renaud Muselier, à Villeneuve.

La rédaction

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine”

  1. LREM a créé l’illusion avec un bonimenteur en chef. Macron vient du sérail, des lobbys, des bureaux feutrés des beaux quartiers, d’un milieu qui ne sait rien ou pas grand chose de la France et des Français pour lesquels il dit son mépris.
    Révolution politique, nouveau monde LREM ?
    Il n’y a pas plus conservateur que ce serviteur zélé d’une France en costard qui sent la naphtaline. Une France des affaires avec comptes offshores dans les paradis fiscaux.
    Beaucoup de naïfs sont tombés dans le marketing médiatique. Il faut dire que le système a mis le paquet.
    La magie n’opère plus, le tour est déjoué, la réalité s’impose. Après l’amateurisme vu à l’Assemblée Nationale c’est à l’élysée que le rideau tombe maintenant.
    Cela faisait sans doute bien de se dire Macroniste en société, d’être dans le camp de l’intelligence, des surdoués, des jeunes … ben oui, ça réconforte et flatte son égo sauf que voilà … pschitttt !
    Au delà, Macron est dangereux pour l’avenir de l’Europe. Cette Europe qu’une majorité de Français veut forte, solidaire, libre, démocratique, une Europe qui respecte les identités de chacun et favorise les coopérations, qui protège et s’affirme sur la scène internationale.
    2019 sera une nouvelle occasion de dire stop U.E, vive l’Europe des Nations et des libertés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité