ActualitésSociété

NÎMES Calendrata Aimat-Serre, 30 ans et une rentrée scolaire

Une année de fête et de rendez-vous pour les trente ans de la première école bilingue nîmoise, une vraie perle.

La calendreta Aimat Serre du Mont Duplan à Nîmes (Photo Anthony Maurin)

Ce lundi, les portes de l’école bilingue occitane Calandreta Aimat-Serre s’ouvrent pour la trentième année consécutive.

Trente ans que l’équipe pédagogique et les parents d’élèves membres de l’association qui gère l’école, soutenus par la Confédération des Calandretas, s’investissent pour faire vivre cet idéal d’éducation basé sur des valeurs associatives, laïques et de transmission de la langue occitane par l’apprentissage en immersion dès la petite section de maternelle.

La rentrée scolaire est l’occasion de rencontrer l’équipe pédagogique mais aussi des parents d’élèves dont une maman qui était elle-même scolarisée à la Calandreta... il y a 30 ans ! À l’époque, l’école était située à La Placette et ne comptait qu’une dizaine d’élèves. Ouvert à tous et tourné vers le développement harmonieux de l’enfant (pédagogie Freinet), le projet Calandreta a pris de l’ampleur et séduit de nombreux parents. Au point qu’aujourd’hui, deux écoles sont ouvertes à Nîmes pour un total de 120 élèves de la maternelle au CM2.

Malgré l’effondrement des subventions et la fin des emplois aidés qui met ces écoles en grand danger, les membres de l’association veulent fêter dignement leur 30e année scolaire et vont organiser de nombreux événements culturels et festifs, ouverts à tous et tout au long de l’année. Voida Granièr (vide-grenier) de rentrée le 23 septembre dans la  cour de l’école pour commencer. Mercat de Nadal (bon on ne va vous faire l'affront de la traduction...) en décembre,  portes ouvertes mi-janvier, étape tour de France de la pédagogie institutionnelle en février, parrainage par les anciens tout au long de l'année, passejada literària début mai, total festum en juin... Un programme dense pour des noces de perles.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité