ActualitésSociété

TOROS Mehdi Savalli devient banderillero

Il l'a annoncé à quelques heures du début de la feria arlésienne, le matador de toros troque l'or pour l'argent.

Spectaculaire et efficace aux banderilles Mehdi Savalli  (Photo Anthony Maurin).

Il y a pris son doctorat voilà douze ans et depuis sa carrière de matador de toros n’a jamais réellement décollé. Mehdi Savalli, est un Arlésien joyeux et empli d’aficion. Il aime vivre et la vie d’un épicurien festif n’a pas toujours sa place dans la rigidité de l’habit d’or et de lumières. Voilà certainement une des raisons pour lesquelles le maestro est passé de l’autre côté, laissant le doré et son orgueil pour l’argenté et son humilité.

Annoncé par communiqué de presse la veille du début de la feria arlésienne, son choix a pu surprendre car Mehdi Savalli a décidé de mettre un terme à sa carrière de matador de toros pour devenir un banderillero sur lequel on peut compter.

Ombre et lumière, une autre danse fugace qui fait son effet (Photo Anthony Maurin).

« C’est avec une vive émotion et après mûre réflexion que je décide de trouer l’or pour l’argent en tant que banderillero dès 2019. Je prends cette difficile et douloureuse décision non pas par manque de soutien et d’envie, mais uniquement par manque de contrat ! Il est primordial pour moi de retrouver au plus vite la joie et l’enthousiasme qui m’animent depuis mes débuts. Le respect, l’amour du public et des toros ont toujours été essentiels pour moi. Je prendrai donc à cœur de ne pas laisser ces valeurs s’éteindre. Je tiens à remercier chaleureusement toutes les personnes qui m’ont fait confiance depuis mes débuts à l’école taurine d’Arles et qui ont continué à croire en moi, mais il faut savoir partir au bon moment…  cette nouvelle aventure est attrayante et elle me permettra de continuer à vivre mon aficion… ma passion » note le maestro.

Un choix par défaut. Le choix d’un défi. Une nouvelle page s’ouvre pour lui et l’aficion qui a toujours reconnu en lui un excellent poseur de banderilles. Il faut dire que l’Arlésien est fait pour ça. Bien bâti, taillé dans le meilleur des bois, il excelle quand il a les bâtonnets en main. Faisant montre d’une immense joie lors de ce tiers spécial de la corrida, Mehdi aura de quoi faire… Suerte !

Le mépris respectueux version Mehdi Savalli (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité