A la uneActualitésCulture

ALÈS Cabri d’or : onze ouvrages en lice pour la finale

Philippe Aguillou, président de l'Académie cévenole, Marion Mazauric, présidente du jury, et Pascal Martinez, président de la commission d'organisation du Cabri d'Or. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Sur vingt-trois ouvrages en compétition, ils ne sont désormais plus que onze à pouvoir prétendre au 32e Cabri d’or, prix littéraire cévenol qui sera décerné le 14 novembre par l’Académie cévenole.

C’est une année record pour le Cabri d’or. Depuis sa création, jamais autant d’auteurs n’avaient tenté leur chance avec 23 ouvrages déposés dans les mains du jury (*). Si les histoires et les styles sont variés, le cadre géographique est commun : le territoire cévenol est à l’honneur dans chaque contenu, c’est la consigne. Et il semblerait que le thème de la ruralité inspire de plus en plus les auteurs français, comme le souligne la présidente du jury, Marion Mazauric : « Il y a un véritable regain autour de ce sujet », faisant ainsi du Cabri d’or « l’un des prix notables, sans doute assez précurseur, d’une littérature moins à la mode ces dernières années mais qui renaît aujourd’hui. »

Dans les onze titres retenus, « les Cévennes âpres, rudes et solitaires se retrouvent de façon différente dans la plume des auteurs, selon leur héritage culturel et leurs perspectives romanesques », poursuit Marion Mazauric. Thriller, essai, roman historique ou d’aventures et autres genres convoitent ce 32e prix littéraire cévenol, doté de 5 000 euros. Le nom du vainqueur sera dévoilé le 14 novembre à 11 heures, en mairie d’Alès, après une dernière réunion à huis clos entre les membres du jury.

Les onze ouvrages en finale

- Les souffleurs de verre, de Mireille Pluchard, éditions des Presses de la Cité, Paris

- Toutes blessent, la dernière tue, de Karine Giebel, éditions Belfond, Paris

- La bête qui mangeait le monde, d’Antoine Nochy, éditions Arthaud, Paris

- Du feu de Dieu, de Daniel Hébrard, éditions Julliard, Paris

- Une incroyable prédiction, de Françoise Dussault, éditions Complices, Les Plantiers

- Sainte Croix Les Vaches, de Vincent Ravalec, éditions Fayard, Paris

- Simple mortelle, de Lilian Bathelot, éditions La Manufacture des Livres, Paris

- Encore vivant, de Pierre Souchon, éditions Le Rouergue, Paris

- Le petit camisard, d’Alain Bellet, éditions Alcide, Nîmes

- Mourir pour les houillères, de Bernard Collonges, éditions de la Fenestrelle, Nîmes

- La lumière de la garrigue, de Jean Pey, éditions Atelier Baie, Nîmes

Plus d’informations sur www.prixlitteraire-cevennes.fr.

Présidé par Marion Mazauric, le jury est composé de neuf membres, professionnels ou médiateurs du livre (éditeurs, libraires, journalistes, critiques, professeurs…).

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité