A la uneActualitésCulture

FAIT DU JOUR À la feria, chacun ses bodegas

À l'approche de ce week-end de la feria des Vendanges, nous vous proposons un petit florilège des bodegas incontournables.

L'intérieur de la bodega pour ceux qui désirent une ambiance un peu plus chic (Photo Brasserie des Antonins)

Même si la feria se veut un moment de rassemblement populaire, en fonction de l'âge, du milieu social ou simplement de ses envies de faire la fête, plusieurs bodegas s'offrent à vous. Tour d'horizon.

Comme la plupart des personnes extérieures au centre-ville qui débarquent pour venir faire la fête, l'arrivée se fait aux alentours de la gare. Remontée de l'Avenue Feuchères et arrivée devant les arènes. Le "barathon" commence en général sur l'Avenue Victor-Hugo et la bodega des Antonins. Cette année, le décor a été davantage axé sur la romanité avec des imitations de colonnes et des armoiries. Pour ceux qui aiment festoyer dans la rue, 25 mètres de comptoir vous attendent, "avec le plus tableau qui existe, les arènes refaites juste en face", précise Christophe Brunetti, le patron de l'établissement.

Fini les échafaudages et place à la beauté de l'amphithéâtre rénové. Les réjouissances se passent aussi à l'intérieur avec un côté plus privé et la "champagneraie", un bar à champagne. Ce vendredi soir, des saxophonistes assureront le show. Avant la grande soirée du samedi, "l'orgie romaine", animée par un performer venu spécialement du restaurant d'altitude la Folie Douce de Val-Thorens. Quittons ensuite la marée humaine de cette artère pour pénétrer dans les petites rues.

La cour du Prolé pleine durant la Feria (Photo le Prolé)

Envie de tester le lieu le plus représentatif de l'aspect populaire de la Feria ? Arrêt obligatoire au 20 rue Jean Reboul, au Prolé. Dans le fief des communistes gardois, pas de sélection à l'entrée, tous les publics sont autorisés. Et surtout, le mojito est à 2,50 euros ! La présence imposée d'un vigile depuis deux ans n'a pas altéré le mélange des âges et de tous les milieux sociaux. À la sortie de la corrida, bon nombre d'aficionados viennent prendre un verre et prendre le pouls de la fête. Avant de se rendre quelques mètres plus loin, à la bodega Col y Toros pour les traditionnelles tertulias, sorte de débriefing de la corrida qui vient de se dérouler.

Pour poursuivre dans l'ambiance taurine, rendez-vous à minuit au Pablo Romero, 12 rue Émile Jamais. C'est l'heure à laquelle démarre la messe sévillane avec le célèbre Salve rociera. Pour les moins initiés, les paroles défilent. Bracelets et cartons d'invitations sont en revanche nécessaires pour rentrer et n'empêchent pas toujours une longue queue interminable. C'est le destin des endroits prisés.

L'apéro des Barjots du VH rassemble beaucoup de festaïres (photo Victor Hugo)

Retour sur le Boulevard, avec le bar éponyme du Victor Hugo et sa majestueuse tête de taureau en décor. Un repère pour beaucoup de festaïres avant de se diriger vers d'autres bodegas. Mais avec le programme chargé prévu, cela donne envie de rester. L'apéro novillo, de ce vendredi midi, met en avant les jeunes DJ de la région. "C'est la troisième année que l'on fait cet événement. On repère les DJ durant les fêtes votives. C'est une récompense pour eux de mixer sous la tête de taureau, ça permet de révéler des talents", explique Nicolas Delprat, gérant de l'établissement.

L'apéro du samedi midi est assuré par Aziz Bena et son concept "j'aime ma vie". Que de l'amour transmis à travers ses platines. Dimanche, place au traditionnel apéro des Barjots avec le plus fêlé d'entre eux, Totof ! "On demande aux festaïres de venir déguiser mais en bleu et blanc. On veut créer un code couleur propre à la feria de Nîmes avec le bleu en hommage aux jeans denim", poursuit Nicolas. Le reste de la journée, ceux sont les DJ résidents qui sont aux commandes de l'ambiance. Le week-end se conclut évidemment avec le local de l'étape, Greg Delon.

La jeunesse a également rendez-vous au-delà de l'Écusson. Au Barberousse, le rhum est de sortie même pour la Feria. Différentes soirées à thème sont proposées. La bodega se distingue avec les animations de ses serveurs qui mettent le feu, au sens propre du terme comme au figuré, derrière le comptoir.

Cette bodega de la place d'Assas se distingue par la beauté de son cadre (photo Victor Coeur)

Passons à une catégorie d'âge supérieure. Parmi les adresses, la bodega de la Talanquera, située place d'Assas et installée par l'association Black List. "Nous sommes une bande de copains de 30 ans qui veulent faire la fête avec leurs parents de 60 ans. C'est le bon âge pour unifier les deux générations", souligne Victor Coeur, un des organisateurs.

Du coup la programmation musicale est très éclectique et ne soyez pas surpris d'attendre un morceau des Rolling Stones. Un lieu qui se veut élégant où la tenue correcte est exigée et mieux vaut avoir une invitation pour profiter de ce jardin magnifique. Mais aussi, pour ceux qui veulent vivre une feria calme, Le Spot, 8 rue de l'Enclos-Rey accueille l'Expo de ouf avec une exposition murale qui a décidé de redonner de la couleur à certaines façades des quartiers Gambetta et Richelieu.

Bref, à la feria il y en a pour tous les goûts. Le mieux c'est encore de vous faire votre propre avis !

Corentin Corger 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité