ActualitésSociété

VERGÈZE Des plans d’eau taillés pour la pêche et les balades

Avec le contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier, Vergèze a hérité des plans d'eau qui ont subi quelques aménagements.

Depuis le 1er mai, les pêcheurs profitent d'un ponton pour s'adonner à leur passion (photo Corentin Corger)

Samedi dernier, c'était l'heure d'inaugurer le nouvel aménagement des anciens étangs Perrier, rebaptisés aujourd'hui les plans d'eau de Vergèze. 

L'histoire de ce site remonte aux années 1980, lorsque l'entreprise Perrier décidait de racheter des terrains aux alentours de sa source afin de la protéger. Cette zone était exploitée pour ses gravières. Ce coin est devenu ensuite réputé des carpistes de l'Europe entière et connaît aujourd'hui une deuxième vie. L'entreprise Oc'Via a racheté le terrain à Perrier pour utiliser la matière sableuse pour réaliser des structures dans le cadre du contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier. Pendant les travaux la pêche était interdite.

Et comme le contrat le prévoit, la société doit les remettre à la commune concernée en respectant un aménagement de base. "Pour un euro symbolique, Vergèze a hérité de ces plans d'eau après la fin de l'extraction du site en 2017. C'est un atout supplémentaire pour la commune", se réjouit René Balana, maire de la commune. En aval, quelques travaux d'aménagements avec des panneaux signalétiques, un accès handicapé qui comprend un chemin en dur et un ponton, ont permis d'ouvrir le 1er mai dernier. Au-delà de pêcher la truite, la carpe, le brochet, le silure... les visiteurs peuvent également profiter d'une balade autour des six étangs grâce à un sentier de découverte. Pour apercevoir notamment l'outarde canepetière, un oiseau dont l'espèce est menacée.

Au centre, René Balana, maire de Vergèze, accompagnés de Joël Martin, président de la fédération pêche du Gard, et de Vivette Lopez, sénatrice du Gard (photo Corentin Corger)

Début septembre sonnait l'heure de l'inauguration. Avec ces plans d'eau de Vergèze, il y a une volonté de montrer le fort potentiel du tourisme pêche dans le Gard, qui compte 6 000 kilomètres de cours d'eau et 16 000 pêcheurs. "Ces étangs sont un moyen de créer une vitrine de la pêche dans le Gard", se félicite Joël Martin, président de la fédération pêche du Gard et de la protection des milieux aquatiques.

Dans un enjeu environnemental, parmi les six étangs quatre sont associés à la règle du No-kill (en français : ne pas tuer). C'est à dire que lorsqu'un poisson est attrapé, il doit être obligatoirement remis à l'eau ; notamment les carpes. Ce qui en fait un lieu dédié à ceux qui aiment vraiment la pêche, pour le plaisir. Des endroits réservés ont été établis pour les pêcheurs "à la mouche" et les carpistes et afin de ne pas gêner ceux qui pêchent en float-tube, une bouée flottante qui permet de se trouver au milieu de l'eau.

Maintenant la mission est de construire des événements autour de cet outil, "pour en refaire un lieu halieutique des manifestations départementales sont prévues. Nous allons organiser des ateliers pêche pour les enfants et des stages d'initiation pour les adultes", projette le dirigeant local de la pêche. D'autant plus que la légende raconte que dans ces eaux vit la plus grosse carpe d'Europe, surnommé Godzilla. Et ils ne seraient pas beaucoup à avoir réussi à pêcher ce monstre !

Vue d'ensemble des plans d'eau de Vergèze (photo Corentin Corger)

Corentin Corger

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité