Actualités

PONT DU GARD « La Méditerranée à vélo » fait un détour par la voie verte

Ils étaient plus de 70 à débouler à vélo jeudi soir au Pont du Gard.

Plus de 70 cyclistes sont venus au Pont du Gard pour faire la promotion du cyclotourisme (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Une cinquantaine partie de la gare de Tarascon (Bouches-du-Rhône), et une vingtaine, dont les conseillers départementaux Muriel Dherbecourt et Gérard Blanc, à avoir rejoint le train en marche (mais à vélo), direction le Pont du Gard par la voie-verte qui relie Beaucaire à l’aqueduc romain.

Un vrai levier touristique et économique

Une partie des cyclistes étaient des cyclotouristes sur la route de « La Méditerranée à vélo », partie française de l’Eurovélo 8, qui relie Athènes, en Grèce, à Cadix, en Espagne. Ils ont donc fait un détour par le Pont du Gard, accompagnés de membres de l’Association voie verte du Pont du Gard, dont leur présidente Agnès Sénicourt. « Nous avons pu leur faire découvrir la voie verte entre Beaucaire et le Pont du Gard, qui fait presque vingt kilomètres », poursuit Agnès Sénicourt.

À l‘arrivée, les cyclistes ont été accueillis par le directeur du site du Pont du Gard Sébastien Arnaux et les conseillers régionaux Fabrice Verdier et Catherine Eysseric, tous d’accord pour louer le cyclotourisme et son développement : « le vélo va prendre de plus en plus d’importance, je pense notamment au vélo électrique qui va changer les manières de faire, souligne le directeur du site. Le vélo est un moyen de venir au Pont du Gard. » Catherine Eysseric verra pour sa part en eux « un symbole de la future place que doit prendre le vélo dans notre société. »

Notamment dans le tourisme : « les touristes à vélo peuvent faire vivre tout le pays », estime ainsi le délégué de l’Association française pour le développement des vélo routes et des voies vertes pour la région PACA Alain Michel. Le chargé de mission vélo à la région PACA Sébastien Baholet, lui aussi venu à vélo au Pont du Gard, ne dit pas autre chose : « en 2017 nous avons compté 21 millions de retombées économiques sur l’itinéraire (850 kilomètres balisés entre les frontières italienne et espagnole, piloté par la région PACA en partenariat avec les collectivités, sauf le Gard pour l’instant, ndlr) et le potentiel est de 54 millions d’euros d’ici cinq ans. » Il faut dire que le touriste à vélo dépense plus que le touriste motorisé : « 73 euros par jour et par personne contre 60 », précise Sébastien Baholet, qui affirme que « un million de cyclistes ont déjà emprunté l’itinéraire alors qu’il est à peine ouvert et encore en travaux par endroits. »

Bref, un vrai levier touristique et économique. De quoi, pourquoi pas, aider le Gard à changer de braquet dans le domaine.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité