A la uneActualitésPolitique

LE 7H50 de Franck Proust : « La Droite ne doit pas tomber dans le piège de Macron »

À huit mois des Européennes, Les Républicains se déchirent sur le cas du Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Entretien avec le Nîmois et président du groupe PPE (Parti Populaire Européen) France, Franck Proust.

Photo DR Franck Proust

Objectif Gard : La semaine dernière, vous avez voté contre une résolution du Parlement européen qui pointait les dérives autoritaires du Premier ministre hongrois et membre de votre groupe, Viktor Orbán. Pourquoi ?

Franck Proust : Déjà, c’était une résolution fourre-tout dans laquelle on confondait les problèmes d’immigration avec le problème de l’État de droit. Cela étant dit, je suis très attaché aux valeurs de l’État de droit. Je suis conscient du problème des organisation non-gouvernementales (ONG) en Hongrie, du fonctionnement des universités, de l'indépendance de la justice… Mais ostraciser, c’est "extrémiser" ! Viktor Orbán est membre de notre groupe et se dit attaché à la démocratie chrétienne. Les 6 et 7 novembre, nous avons un congrès à Helsinki (Finlande) où l’on doit choisir notre futur candidat pour la présidence de la Commission européenne. On discutera avec lui pour qu’il fasse des gestes forts sur l’État de droit.

Des gestes forts, c’est-à-dire ?

J’ai un socle de valeurs. Vous êtes bien placé à Nîmes pour le savoir puisque j’ai toujours combattu l’extrême-droite. J’entends que Viktor Orbán veut rester au PPE mais il doit accorder plus de liberté aux ONG, une indépendance plus grandes aux médias en Hongrie… Si les gestes ne sont pas là, je reverrai mes positions. Mais, d'abord, nous devons tendre la main et continuer le dialogue pour obtenir des avancées.

Comment expliquez-vous que votre famille politique, Les Républicains, se déchire sur le cas Viktor Orbán ?

Certains peuvent tomber dans le piège… Un piège tendu par le président de la République, Emmanuel Macron, qui veut résumer le débat des Européennes entre les pro-européens et nationalistes.

Posons la question différemment. Comme se fait-il que Les Républicains peuvent tomber dans le piège, comme vous dîtes ?

Il y a des réactions médiatiques… Chacun est fait différemment… Mais il ne m’appartient pas de juger. Emmanuel Macron cherche à diviser pour mieux régner. Il faut toujours être prudent, ne pas réagir à l’émotion et prendre un peu de hauteur. Tenez, quand Brice Hortefeux a lancé, en 2010 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la circulaire pour l’évacuation des camps des Roms, l’article 7 a bien failli être déclenché à l'Europe ! Aujourd'hui, 27 pays sont membres de l'Union. On est obligé de parler à tout le monde. D’ailleurs, c’est lorsque nous avons évacué les conservateurs britanniques que le Brexit a démarré !

Les Européennes, c’est dans huit mois. Où en est-on du projet des Républicains et de votre liste ?

Sur le projet, j’ai une réunion avec Guillaume Larrivé qui est en charge de rédiger le programme dans les détails. Cet été, à Menton, nous avons adopté sept piliers qui structurent notre programme. Il devrait être terminé d’ici la fin de l’année avant d’être adopté par le Conseil national des Républicains. Après, on choisira les noms de notre liste dans les deux premiers mois de l’année.

Et concernant le projet ?

Comme je vous l’ai dit, le débat des Européennes ne doit pas se résumer entre pro-européens et nationalistes. La droite ne doit pas tomber dans le piège de Macron ! Au milieu, il y a un espace politique. Un espace qui est pour une Europe de la réussite. Nous avons déjà parlé de l’arrêt de l’élargissement de l’Union ou du maintien de l’enveloppe financière de la Politique agricole commune (PAC). Nous devons également permettre à nos agriculteurs de toucher leurs aides en temps et en heure et non deux ans après, comme c’est le cas actuellement.

Propos recueillis par Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “LE 7H50 de Franck Proust : « La Droite ne doit pas tomber dans le piège de Macron »”

  1. La question va bien au delà d’un débat pro-Européens/nationalistes.
    Les Français auront à choisir entre une U.E des lobbys et une Europe démocratique.
    Aujourd’hui le pouvoir est confisqué par une oligarchie qui utilise ses relais médiatiques, politiques pour parvenir à ses fins. Les grands groupes et la finance font la loi pour servir leurs intérêts contre ceux des peuples.
    L’U.E est un système pour le système lorsque l’Europe est un espace, une histoire, une civilisation, notre maison commune.
    U.E ou Europe des Nations, des libertés, des solidarités et d’un projet à construire ensemble autour du développent économique, du progrés social, de l’environnement, de la sécurité…
    L’Europe est a un tournant historique. Les peuples prennent la main sur le système en Hongrie, Autriche, Italie, Pologne … les Français auront le choix entre Macron et une volonté de relever un défi majeur >>> réussir l’Europe.

  2. On le croirait presque Européen le Franck, ce n’est pas de l’Europe qu ‘il nous parle mais seulement d’une opposition frontale à Macron. Les européennes ne seront comme toujours qu’un pré pour régler nos problèmes internes et saper le pouvoir en place. Toujours la politique intérieure. Enfin espérons qu il réintègre son cabinet d’assurance cela nous fera des vacances à nous citoyens, à l’Europe et à la ville de Nîmes, à moins que les juges le mettent en prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité