A la uneActualitésSports GardUSAM

USAM Première affiche de gala, premiers frissons ?

Quatre fois champions de France consécutivement, le PSG et ses stars débarquent ce soir au Parnasse (18h). Comme la saison dernière et la victoire obtenue 26-24, l'USAM rêve d'exploit.

Pour Rebichon et les siens, le public sera un soutien indispensable pour décrocher la lune (DR Usam)

Après un début de saison prometteur - trois victoires en trois matches - l'USAM s'offre un premier choc au sommet face au PSG, pour le compte de la quatrième journée de Lidl Starligue. Dans un Parnasse en ébullition, l'exploit est forcément possible. 

C'était le 8 novembre 2017, l'USAM battait le PSG 26-24, l'une des meilleures équipes d'Europe. Et justifiait pour l'occasion son étiquette de "Monumental" ! Plus de dix mois se sont écoulés, la Green Team a grandi, s'est amélioré mais reste David contre la Dream Team parisienne. Mais David... Tebib, son président, n'est plus armé que d'une simple fronde pour affronter Goliath car depuis Nicolas Nieto, Micke Brasseleur et Dylan Garain ont rejoint les troupes gardoises. Formé au club parisien, le dernier nommé aura à cœur de faire bonne figure face à ses anciens coéquipiers.

Pas encore à 100% de ses capacités, il retrouve progressivement le rythme de la compétition. Mis à part le soldat Garain, le reste de l'effectif est totalement prêt. "Il faut mieux avoir toutes ses armes face à cette équipe", constate Franck Maurice, le chef des opérations. Omeyer, Karabatic, Hansen, Gensheimer, Nahi... l'adversaire compte parmi les meilleurs éléments de la discipline, toutes générations confondues. C'est une véritable bataille qui attend l'USAM : "on s'est préparé psychologiquement à avoir un esprit conquérant. Il faudra aller les chatouiller, les sortir de leur zone de confort. Mettre plus de vigilance, de rigueur et de justesse", poursuit-il.

Les Parisiens déjà prêts

Une stratégie offensive, qui avait déjà fonctionné la saison dernière. Après le succès à la maison, la Green Team s'inclinait d'un but au match retour (30-29) et craquait à la fin en finale de Coupe de France (32-26). Mais les entraîneurs n'aiment pas parler des saisons écoulées. "Je ne m'en suis pas servi dans mon discours. Par contre, on veut reproduire ce genre d'émotions." Le champion en titre est très largement favori même loin de ses terres. Et ne tentez pas de vous réconforter en parlant de rodage en début de saison. Avec le Trophée des champions et la Ligue des champions, les Parisiens ont disputé quatre matches de compétition de haut niveau de plus que les Usamistes et leur effectif pléthorique leur permet d'effectuer des rotations.

La clé pour les Gardois repose sur la gestion des émotions entre les temps forts et les temps faibles. Poussé par un Parnasse en fusion où l'on jouera à guichets fermés, l'USAM aura sans doute l'occasion de mener les débats mais attention à l'excès d'enthousiasme. "Ne pas se laisser griser. Avec cette équipe l'effet boomerang est chirurgical. Il faut garder une déraison mesurée", prévient le coach. Se servir à bon escient de la ferveur pour pouvoir prendre feu au bon moment et faire de ce qui est encore un rêve à l'heure où l'on parle, une réalité aux alentours de 19h30.

Corentin Corger

Le groupe retenu : Desbonnet, Paul - Nieto, Salou, Gallego - Nyateu, Suty - Dupuy, Prandi, Garain, Brasseleur, Tobie - Rebichon, George, Sanad, Gérard.

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité