A la uneActualités

CÈZE Un nouveau Papi pour venir à bout des inondations

Photo d'illustration Élodie Boschet/Objectif Gard

Présenté ce jeudi à Saint-Ambroix, un nouveau Programme d’actions et de prévention des inondations (Papi) pour la période 2018-2021 va être déployé sur le bassin versant de la Cèze et les petits affluents du Rhône.

Quand le ciel tombe sur les Cévennes, le bassin versant de la Cèze – qui s’étend sur la Lozère, le Gard et l’Ardèche – peut très vite être exposé à des risques importants d’inondations. Avant de se jeter dans le Rhône, le cours d’eau et ses affluents traversent un territoire aux vallées encaissées avec de fortes pentes. Dans ces contrées vivent 110 000 habitants dont plus de 21 000 en zone inondable, tout comme 46 campings, 20 écoles, 62 établissements de santé et 44 bâtiments publics. Lors de ces dernières décennies, toutes les communes du périmètre, sans exception, ont déjà été victimes d’une catastrophe naturelle.

Afin de réduire la vulnérabilité de ces secteurs, plusieurs actions ont déjà été menées entre 2013 et 2016 dans le cadre d’un premier Papi porté par le Syndicat mixte d’aménagement du bassin de la Cèze, en partenariat avec les services de l’État. Depuis le début de l’année, le syndicat détient une nouvelle compétence connue sous le nom Gemapi, comprenez Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations. « Elle va nous donner du travail et inscrire notre établissement public dans une démarche volontaire de lutte contre les inondations », commente le président, Jacky Valy. En parallèle, l’établissement public lance son deuxième Papi pour la période 2018-2021.

Le Papi 2018-2021 a été présenté ce jeudi matin dans les locaux de la Communauté de communes Cèze Cévennes. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

2,5 millions d’euros pour augmenter la sécurité des populations

Lancés en 2003, les programmes d’actions et de prévention des inondations ont vocation à promouvoir une gestion intégrée des risques pour diminuer les conséquences dommageables sur la santé humaine, les biens, les activités économiques et l’environnement. Pour le bassin versant de la Cèze, ce plan, dont le montant s’élève à 2,5 millions d’euros, s’articule autour de plusieurs axes.

Parmi eux, on note la nécessité d’améliorer la connaissance du risque par des actions d’information et de sensibilisation, ou encore par l’installation de repères de crues. Un autre volet concerne la surveillance et la prévision des crues et des inondations à travers le renforcement du réseau de mesure hydrométrique actuel et l’amélioration de l’alerte sur le site Vigicrues.

Le programme prévoit également l’intégration du risque dans l’aménagement du territoire et de l’urbanisme ; des diagnostics et travaux sur des habitats, bâtiments publics et agricole exposés à la montée des eaux ; le ralentissement des écoulements par diverses opérations d’entretien ou encore la gestion des ouvrages de protection hydraulique (études réglementaires sur les digues, études préalables aux travaux de confortement, etc.

L’ensemble de ces priorités se concrétisera à travers 33 actions financées par le Syndicat mixte d’aménagement du bassin de la Cèze, l’État, le Conseil départemental, le Conseil régional, le Syndicat mixte départemental Gard, le Feder, les communes et les maîtres d’œuvres locaux. Autant d’acteurs qui s’engagent pour que les habitants du bassin versant de la Cèze restent, dans la mesure du possible, les pieds au sec.

Élodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité