Actualités

ROQUEMAURE La démonstration de force des opposants au projet immobilier des Ponts-Longs

Ils étaient plutôt nombreux, les manifestants, ce vendredi après-midi ensoleillé devant la mairie de Roquemaure.

Lors de la manifestation, ce vendredi après-midi au pied de la mairie de Roquemaure (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Environ 170 personnes, toutes venues manifester à l’appel du collectif qui mène la fronde contre l’orientation d’aménagement et de programmation (OAP) des Ponts-Longs, qui consiste en un projet immobilier figurant dans le projet de Plan local d’Urbanisme de la commune. La manifestation avait été organisée ce vendredi, date de la fin de l’enquête publique sur le Plan local d’urbanisme.

« Un abus de pouvoir gigantesque »

Une enquête publique prolongée de quinze jours, et qui s’achèvera donc le 20 octobre. Pas de quoi dissuader les manifestants, qui comptaient bien remettre tout de même au commissaire enquêteur les plus de mille signatures de leur pétition. « Que les gens se défendent, ça ne me dérange pas du tout », note le premier adjoint Patrick Manetti, venu à l’hôtel de ville ce vendredi après-midi au début de la manifestation, mais qui n’a pas parlé aux manifestants. C’est vers lui que la colère des manifestants — et plus particulièrement celle du premier d’entre eux, le directeur de la Cinémathèque Frédéric Bonnaud, un des deux propriétaires concernés — se dirige.

Dénonçant tour à tour « un abus de pouvoir gigantesque » de la mairie, « la justification délirante des ‘dents creuses’, des friches, alors qu’il s’agit de nos jardins avec 150 oliviers en production », un projet « totalement irresponsable et même pas réalisable », le journaliste, qui affirme « perdre 90 % » de sa propriété familiale dans le cadre de ce projet, a ensuite clairement attaqué la municipalité. « Quand la municipalité s’est aperçue que ni les époux Garcin (les autres propriétaires concernés, ndlr), ni nous (lui et sa soeur Irène, ndlr) n’étions vendeurs, les menaces ont commencé, ils nous ont dit que nous allions crouler sous les taxes », a ainsi lancé Frédéric Bonnaud, avant de répondre à la question lancée par la foule — à savoir : « qui ? » — par le nom « Manetti ! » Un élu qui en prendra à nouveau pour son grade un peu plus tard, accusé par Frédéric Bonnaud de « mensonge » sur la question de la demande faite par les propriétaires concernés du déclassement de leurs terrains en zone agricole.

« Ils sont contre les logements sociaux »

« J’ai peut-être été maladroit, mais l’État a des possibilités de pression sur les communes et peut nous pousser à imposer des taxes », se défend Patrick Manetti, tout en affirmant que la mairie « respectera le droit de propriété. » Pour l’élu, c’est la faute de la loi ALUR, mais aussi du fait que « ces terrains sont constructibles depuis 1983 et 1995. » Et donc ouverts à un projet urbanistique qui serait nécessaire pour que la commune finisse enfin, après quinze ans de travail et d’atermoiements, par se doter d’un Plan local d’urbanisme. Pour lui, le problème est donc ailleurs, à savoir que les manifestants « sont là car ils sont contre les logements sociaux. »

Un argument réfuté par Frédéric Bonnaud, qui martèle que « les logements sociaux ce n’est pas le problème, le problème c’est l’expropriation », ce qui ne l’empêchera pas de dénoncer plus tard « le but final de la manoeuvre, transformer Roquemaure en banlieue dortoir d’Avignon et reloger les banlieues d’Avignon à Roquemaure ! »

Reste maintenant à voir si les plus de mille signatures remises au commissaire enquêteur peuvent faire pencher la balance et inciter la mairie à retirer le projet. Et aussi si cette mobilisation — la pétition représente près d’un tiers du corps électoral de la commune — pourra déboucher sur une liste pour les élections municipales. Il est plus probable que dans un premier temps, l’affaire finisse au tribunal administratif si le Plan local d’urbanisme est voté en l’état.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Lire aussi : FAIT DU JOUR À Roquemaure, un collectif ne veut pas d’un nouveau quartier sous ses fenêtres et ROQUEMAURE Le combat contre le projet immobilier des Ponts-Longs continue

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité