ActualitésPolitiqueSociété

LE 7H50 de Philippe Berta : « La phobie scolaire risque d’être de plus en plus fréquente »

À Saint-Stanislas, à Nîmes, les classes dédiées aux élèves victimes de phobie scolaire rouvriront lundi. Le député nîmois de la 6e circonscription, Philippe Berta, a été très engagé sur ce dossier.

Élu de la 6e circonscription, Philippe Berta, fait partie du groupe des députés MoDem de l’Assemblée nationale (Photo : Objectif Gard)

Objectif Gard : Le micro-collège et micro-lycée rouvriront lundi prochain à l’Institut Saint-Stanislas de Nîmes. Une victoire ?

Philippe Berta  : Oui, on peut le dire. J’étais allé visiter cette structure l’an dernier. C’est la seule de ce type dans notre région Occitanie. Il s’agit d’un micro-lycée et d’un micro-collège qui permettent d’offrir, à une quarantaine de jeunes en rupture avec le système scolaire ou victime de phobie scolaire, la possibilité d’étudier. Ils le font pendant une matinée, en dehors de l’établissement avec des enseignants volontaires (*). À l’issue, certains réussissent à réintégrer le milieu scolaire classique. Pour ceux qui ne peuvent pas, passeront leur examen dans cette structure.

Les élèves du micro-lycée. Au total, le rectorat a octroyé 20 heures par semaine : 10 heures pour le collège et 10 heures pour lycée (Photo : Corentin Corger)

Pourquoi ces classes ont-elles été fermées ?

Tout ce système était basé sur une subvention du rectorat. Or, elle n’avait pas été reconduite pendant l’été. Pour les enfants les plus aisés, il y avait des solutions sur Paris. Mais pour les autres, les enfants étaient à la maison. Des mamans avaient même arrêté leur métier pour s’occuper de leur enfant. C’était totalement injuste et inacceptable.

En tant que député, vous avez été particulièrement actif sur ce dossier ?

J’ai alerté le DASEN (Directeur académique des services de l'Éducation nationale). J’ai aussi posé une question écrite et orale au ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer. La semaine dernière, on m’a annoncé que la structure allait rouvrir. C’est un moment fort ! Vous savez, nous avons des raisons de penser qu’avec les réseaux sociaux et le phénomène de harcèlement en milieu scolaire, la phobie scolaire risque d’être de plus en plus fréquente. Il faut absolument remettre ces jeunes dans le bain, en leur offrant une solution alternative pour qu’ils puissent retourner dans le système habituel. Je suis très content. Ce dossier fait partie des axes que j’essaie de défendre puisque nous sommes, en quelque sorte, sur le thème du handicap…

Propos recueillis par Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

La classe de collège est à l'intérieur de l'établissement mais celle du lycée est à l'extérieur, dans des locaux mis à disposition par le presbytère.

Lire aussiFAIT DU JOUR L’unique section de phobiques scolaires en passe de disparaître ?

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “LE 7H50 de Philippe Berta : « La phobie scolaire risque d’être de plus en plus fréquente »”

  1. Peut-on savoir ce qu’est exactement cette « phobie scolaire » ? Un gadget supplémentaire, comme la phobie administrative pour d’autres, qui permet dans ce cas de ne pas être scolarisé comme tous les autres enfants ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité