A la unePolitique

GARD Ce qu’il faut retenir du Conseil départemental

Ce matin, les élus ont réajusté le budget 2018, débloqué une série de crédits et débattu des centrales d’achat pour les collectivités… Résumé.

En majorité relative, le président PS du Département doit obtenir l'abstention des élus de droite pour les décisions budgétaires (Photo : Coralie Mollaret)

Après avoir observé une minute de silence et débloqué 50 000€ pour l’Aude, victime d’inondations meurtrières, les élus gardois ont procédé à quelques réajustements financiers.

D’abord, bonne nouvelle : « ces modifications de crédits sont à la marge », relève le président du groupe Socialistes et apparentés, Christophe Serre, soulignant ainsi la justesse des prévisions de la majorité. Dans cette même veine, le vice-président en charge des Finances, Martin Delord, pointe des recettes en hausse (taxes et fonds de solidarité de l’État), permettant de limiter le recours à l’emprunt de 400 000 €. « Il y a 18 mois que nous n’avons pas emprunté un centime dans cette assemblée. Ça fait longtemps que ce n’était pas arrivé ! », salue le président socialiste, Denis Bouad.

De son côté, l’opposition a émis quelques remarques, comme ce jeu d’écriture « maladroit » de 131 000€ versés au SDIS (Service départemental d’incendie et de secours). « Cette somme a permis de payer des non-valeurs du RSA en juillet. Elles sont rendues aujourd’hui. C’est légal mais politiquement maladroit, car le SDIS est un sujet sensible », commente le président du Bon Sens Républicain, Laurent Burgoa. Les pompiers, un sujet ô combien brûlant au Département.

Un Alexandre Pissas très volontaire

Pourtant, des pompiers, il en était bien question ce matin. Le président du SDIS, Alexandre Pissas, a présenté une motion autour du statut des pompiers volontaires. Celle-ci demande au gouvernement français d'Édouard Philippe « de ne pas transposer un arrêté de la Cour européenne dans notre droit. Cet arrêté rendu en février dernier a reconnu la qualité de travailleur aux sapeurs-pompiers volontaires belges»

« Le pompier volontaire n’est ni un bénévole, ni un salarié », poursuit l’élu du canton de Bagnols, rappelant que « 79% des pompiers français sont volontaires. » Un tel rapprochement impacterait ainsi « la ressource humaine, le maillage du territoire et engendrerait des coûts supplémentaires. » Et en matière de coûts, le Département et les pompiers ont déjà matière à discuter.

Les commandes de la discorde

Seul rapport à avoir fait ruer dans les brancards, celui sur la centrale d’achat. Le Département souhaite conventionner avec l’UGAP (Union des groupements d'achat public, qui permet aux collectivités de commander sans passer par un marché public, NDLR), à hauteur de 7 M€ maximum (5 M€ en automobile et 2 M€ en informatique). Le centriste Thierry Procida et le républicain Richard Tibérino sont montés au front, estimant que cette décision « allait à l’encontre » du pacte fraîchement signé avec les réseaux professionnels pour favoriser l’accès aux marchés publics des sociétés locales.

S'il est « d’accord » avec son opposition, Denis Bouad a rappelé que « ces commandes sont une réponse rapide en cas d'urgence et rien ne nous oblige à dépenser 7M€. » Pas convaincue, la Droite a voté contre et le Centre s'est abstenu. Le Rassemblement national s'est abstenu en attendant « d'avoir un bilan des achats effectués dans un an », a indiqué son président, Nicolas Meizonnet.

Pont du Gard : déjà un an !

En marge de la présentation de la nouvelle directrice des archives départementales et de la création d’un nouveau concours d’écriture, le vice-président communiste en charge de la Culture, Patrick Malavieille, a tiré rapidement le bilan de sa première année à la présidence à l’EPCC (établissement public de coopération culturelle) Pont du Gard : « Nous avons lancé les travaux autour de l’élaboration d’un plan de gestion, d'un schéma pour le développement du site et nous avons aussi mis en place un conseil scientifique, présidé par un scientifique. »

L'élu de la Grand'Combe s'est aussi félicité d’avoir « renoué les relations avec les services de l’État et la Région Occitanie avec qui nous avons signé la convention des Grands sites. » Et de rassurer : « Avec la baisse de la dotation du Département de 500 000€, les comptes seront à l’équilibre en 2018. »

Solidarité territoriale

Enfin, plusieurs millions d’euros ont été débloqués pour participer au financement de projets portés par des communes. Quarante-huit contrats territoriaux répartis sur 17 cantons ont été approuvés pour un montant de plus de 5 M€. Ils concernent des crédits d’équipements (extensions de cimetières, restaurations patrimoniales…), de mise en sécurité des routes ou encore de travaux liés au réseau d’eau et d’assainissement. D’ailleurs, près d’1 M€ servira à financer plusieurs travaux de protection des aires de captage d’eau et à construire une station d’épuration biodisques à  Éstézargues.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité