ActualitésSociété

GARD Responsable, l’UNAPEI se lance dans une avancée sociétale

La démarche Responsabilité sociétale des organisations est aussi valable pour l'UNAPEI qui mise sur ce lourd changement structurel.

Le lancement du séminaire indiquant que l'UNAPEI 30 intègre la démarche RSO (Photo Anthony Maurin).

Alors que l’Opération Brioches s’achève doucement, l’UNAPEI 30 se lance un autre défi. Si le premier fait vivre une bonne partie de la structure au quotidien, le second mise sur l’avenir humain et environnemental.

Implantée durablement et depuis des décennies sur quatre bassins de vie gardois à Nîmes, Beaucaire, Alès et Bagnols-sur-Cèze, l'Unapei a surtout une longue histoire dans l’accueil de personnes en situation de handicap.

C’est avec le lancement de la démarche RSO à l’UNAPEI 30 que tout commence maintenant. C'est une grosse vingtaine de services qui sera incluse dans cette démarche concernant une bonne quinzaine de sites à travers le Gard. En effet, l’Unapei est partout au sein du département et a une implantation sociétale forte. Il va de soi que sa morale humaniste prend enfin le lourd dossier RSO à bras le corps. RSO ? Responsabilité sociétale des organisations. C’est la même chose que le RSE des entreprises.

Pour le président de l’association, Bernard Flutte, « c’est un moment important pour notre association et votre présence à ce séminaire prouve l’intérêt que vous portez à cela. Ensemble, nous allons actionner le levier qui nous permettra d’adopter un mode de fonctionnement meilleur pour l’environnement. » Le plan prévu s’échelonne jusqu’en 2022 mais l’association ne saurait s’arrêter là.

(Photo Anthony Maurin).

Soucieuse de prendre en compte les impacts environnementaux liés à son activité, l’Unapei 30 démarre une démarche de diagnostic sur l’ensemble de ses établissements et services qui débouchera sur un plan d’action d’amélioration pluriannuel. Ce programme est inscrit dans le Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens (CPOM) 2018-2022 et aboutira à une certification de l'association. « Nous sommes pleinement engagés, c’est une grande première pour notre association mais cette démarche fait écho à nos valeurs, il nous faut développer cette stratégie au quotidien » poursuit le président de l’association Bernard Flutte.

900 personnes handicapées prises en charge

Des valeurs telles que l'écoute, la citoyenneté, l'humanisme, la dignité, l'accessibilité, la solidarité ou encore le militantisme. L’Unapei 30 accueille 900 personnes en situation de handicap. Outre cette action salvatrice, l’association a programmé trois axes prioritaires sur une durée de cinq pour échafauder et concrétiser ses plans.

Pour Christian Folcher, directeur du CEMA Guillaumet mais aussi coordinateur de la mise en œuvre de cette nouvelle stratégie, « notre mission au quotidien est déjà le RSO ! C’est déjà dans l’ADN du médico-social. Lorsque l’on voit l’étendue du RSO, notre premier réflexe est de se demander par quel bout on va le prendre… Il faut se poser les questions que les politiques ne se posent plus depuis des dizaines d’années. C’est un tournant pour notre société et quand on voit que certaines holdings nous vendent les produits qui sont des poisons mais qu’elles nous vendent aussi les remèdes… Elles sont doublement gagnantes et nous doublement perdants à tous les coups ».

(Photo Anthony Maurin).

En premier lieu, c’est le diagnostic et l’accompagnement « transition énergétique » qui seront programmés avec un audit énergétique des bâtiments, un bilan d’émissions de gaz à effet de serre, la construction et la réhabilitation d’établissements intégrant des processus de qualité environnementale.

Deuxième axe : le diagnostic et l’accompagnement « développement durable » avec une meilleure gestion de l’eau, du transport, du gaspillage alimentaire, de la qualité de vie au travail, des achats responsables.

Gestion et valorisation des déchets

Enfin, troisième et ultime axe de travail et d’amélioration, celui de la gestion des déchets. Au programme ? Réduction de la masse, tri et valorisation des déchets solides avec même une analyse du circuit des déchets. Comme l’association ne roule pas sur l’or mais qu’elle a un intérêt certain, pour mener à bien ses missions, l’Unapei 30 a sollicité des financements publics. ADEME (Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie) et FEDER (Fonds européen de développement régional) joueront le jeu.

C’est un symbole mais l’UNAPEI 30 ne devrait plus organiser des lâchers de ballons mais, de mèche avec la Ligue de Protection des Oiseaux, se lancera dans le lâcher d’oiseaux. Moins de produits phytosanitaires, plus d’eau minérale… « Nous sommes dans les starting-blocks » conclut Christian Folcher.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité