A la uneActualitésFootballNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Bernard Blaquart : « l’année dernière on a eu un match remis, ça nous a énormément pénalisé »

Téji Savanier, Antonin Bobichon et Umut Bozok ont longtemps attendu avant de connaître la décision définitive (photo Corentin Corger)

Ce 16e de finale de Coupe de la Ligue entre Nîmes et Saint-Étienne est tombé à l'eau. La décision d'annuler la rencontre a été tardivement actée. Retour sur cette courte soirée avec les réactions de Bernard Blaquart, coach du Nîmes Olympique. 

Le club avait anticipé les fortes pluies prévues ce mercredi, en bâchant la pelouse dès hier en fin d'après-midi. Aujourd'hui à 17h45, la bâche a été retirée mais les précipitations ont redoublé. "À 18 heures, le terrain était impraticable, à 19h30 il ne l'était plus. C'est une sage décision quand même car la pluie était annoncée à 22h", confie l'entraîneur nîmois. Jusqu'à deux heures du coup d'envoi, la décision revient au délégué.

Passé ce délai, c'est l'arbitre qui décide le report ou non de la rencontre. Ce soir, c'est bien le délégué qui a pris la décision. D'où l'apparition à peine un peu plus de deux heures avant la rencontre, d'un communiqué officiel sur le site de la LFP. Mais, situation inédite, l'arbitre ne semblait pas être d'accord avec cette décision, compte tenu des améliorations climatiques et d'un terrain qui semblait praticable à 19 heures.

Une décision tardive que regrette le coach Blaquart : "ça manque un peu de clarté. C'est toujours difficile avec le temps qu'il fait de prendre la bonne décision, d'être sûr à 100%. Mais on sait que l'on est en vigilance orange, depuis hier. Ne faut-il pas annuler les matches dès que la vigilance est annoncée ? Ça aurait évité à Saint-Étienne de venir." 

Huit matches en 25 jours ?

On se pose déjà la question d'une date possible pour le report du match et cela inquiète le coach des Crocos qui a peur d'une fin d'année très chargée. "C'est toujours embêtant de ne pas jouer, on se rendra compte quand on le jouera. L'année dernière on a eu un match remis, ça nous a énormément pénalisé. On sait que ce match risque d'être remis en décembre où il y a déjà un calendrier très chargé. Ça fera certainement deux semaines d'affilée à trois matches. Donc oui c'est pénalisant ! On jouera sûrement après la trêve internationale. Il ne reste pas cinquante dates entre le match fin novembre de championnat et le dernier match de décembre. Un match est déjà prévu en semaine à cette période là, ça en fera encore un autre. On pourrait avoir huit matches en 25,26 jours !"

Du coup, pour garder le rythme par rapport au programme établi. Les joueurs ont quand même fait une séance légère sur la pelouse des Costières, à base de course. Demain après-midi, entraînement à La Bastide. Avant un départ samedi pour la 12e journée de Ligue 1, où l'entraîneur rassure : "on sera frais pour Dijon !".

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité