A la uneAutres sports

JEUDI SPORT Nîmes cyclisme : un club, un permanent et plusieurs possibilités

Rendez-vous dimanche au 20e cyclo-cross de Nîmes.

Le cyclo-cross une discipline exigeante et un spectacle impressionnant

Nîmes Cyclisme est né il y a 3 ans de la fusion entre deux clubs historiques nîmois : le presque centenaire AVC (Amicale Vélo Club) et le Sprinter nîmois qui fêtait son cinquantenaire. Une mise en commun des moyens et des compétences parce que l'union fait la force.

La compétition est l'objectif historique du club, avec un calendrier régional de courses sur route, sur piste et de compétition de cyclo-cross, ainsi qu'un calendrier national avec deux équipes, l'une de 12 coureurs en VTT national et un team de cyclo-cross. Chaque année, le club organise quatre compétions : le 20e cyclo-cross de Nîmes dimanche à la Bastide; autour des lacs, qui l'an dernier a vu un public nombreux encourager les 320 participants. En mai, se déroule une course des écoles de cyclisme dans les Costières de Nîmes. Puis suivent deux courses sur route, une à Nages-et-Solorgues mi-juillet et une autre à Saint-Quentin-la-Poterie en août.

La saison dernière, le club comptabilisait 173 adhérents et la barre des 200 devrait allègrement être franchie en 2019. Une expansion due à un postulat simple : "être à l'écoute des demandes et y répondre". Pour preuve, la relance de la section BMX, qui n'existait plus depuis six ans, a été rendue possible grâce à la réfection par la mairie de la piste à la Bastide. Résultat immédiat : depuis début septembre, 30 nouveaux adhérents de 5 à 16 ans sont venus grossir les rangs du club et composent la toute nouvelle école de BMX.

Yann Lequeux,  permanent passionné  qui se bat pour le devenir de son club

Un développement rendu possible par le recrutement de Yann Lequeux, un permanent passionné, véritable "couteau suisse" du club. Ce fonctionnaire de La Poste, arrive de paris et adhère à l'AVC d'abord comme coureur puis, très vite, comme encadrant. Il y a 5 ans, il retourne à l'école et décroche un diplôme d'État de perfectionnement sportif dans le cyclisme traditionnel (route, piste, cyclo-cross). Lorsque les deux clubs fusionnent, il est prêt à être embauché et se met en disponibilité pour convenance personnelle.

Depuis il est partout où l'on a besoin de lui, mais s’attelle surtout à la recherche de moyens. " Nous avons un grand besoin de bénévoles et aussi, avec la baisse des dotations des collectivités, de plus de sponsors privés." Difficile d'obtenir l'adhésion de ces derniers. "Les dossiers sont compliqués à monter et il faut vraiment tomber sur un entrepreneur qui ait à la fois les reins solides et qui soit vraiment un passionné de cyclisme", affirme Yann Lequeux.   

Nimes Cyclisme fait de la s"cureté, l'une de ses priorités

"Nous n'avons pas de Teddy Riner comme au Judo", déplore Yann Lequeux. Il faut donc imaginer d'autres stratégies de développement. Parce que  si les adhésions sont très abordables - entre 30 et 80 € par an hors licence et assurances - la sécurité, elle, est un poste très onéreux. L'achat de véhicules suiveurs et leur carburant (3000 € par an), les personnels de sécurité quand les bénévoles manquent sur les courses…

Pour trouver des moyens, le club s'ouvre donc à des pratiques entre loisirs et compétition comme le cyclo-sportif, une épreuve de route de masse où chaque participant roule à son rythme, les uns pour le plaisir, les autres pour la gagne. Résultat, un classement au niveau national et l'obtention pour le club du "label d'or" décernée par la FFC (Fédération française de cyclisme). Une discipline qui plaît et draine de nouveaux adhérents. L'école de cyclisme, qui initie les plus jeunes aux bonnes pratiques du vélo et à la sécurité sur route, connait un joli succès, d'autant que le club dispose d'un petit parc de vélos qu'il loue à "prix club" aux parents des débutants. Un projet de VTT loisir attend éducateur compétent et il est prévu d'ouvrir une section qui offre un cadre à la pratique sport santé, bien-être dans le cadre du "sport sur ordonnance".

Après la Vuelta, le Tour de France fera un passage dans notre région et Nîmes cyclisme espère qu'il créera des vocations et mettra localement les différentes disciplines de ce sport sur le devant de la scène. "Nous n'avons pas une culture cycliste dans la région, constate Yann Lequeux, et pourtant, il fait beau, il a du relief, et même du vent, ce qui est utile dans le cadre de préparation à la compétition. Un cadre idéal ! Pour preuve, des compétiteurs venus d'ailleurs viennent s'entraîner chez nous", conclut-il.

Alors en selle ! site Internet : www.nimes-cyclisme.fr facebook : nimescyclisme

Véronique Palomar-Camplan

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité