Faits Divers

AU PALAIS Il intervient courageusement dans une altercation et en ressort avec une infirmité à vie

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).

Le 27 octobre 2017, un restaurateur graulen a eu un comportement citoyen, exemplaire même, en intervenant dans une altercation dans laquelle deux adolescentes étaient prises à partie. Ce geste courageux lui vaut aujourd’hui une infirmité à vie.

En cette soirée du 27 octobre, le restaurateur du Grau-du-Roi regarde paisiblement la télé quand il entend, sur les coups de minuit, des cris dans la rue. Il sort dans son jardin et, constatant que deux adolescentes sont importunées par trois jeunes hommes, il propose de les aider. Seulement, Mattéo, l’un des jeunes qui vient de passer sa journée à boire six bières et une bouteille de whisky avec un copain, s’énerve et sort un revolver qu’il pointe en direction de l’homme : « Tu fais moins le malin maintenant ! Qu’est-ce que tu vas dire ? », menace Mattéo, un jeune graulen de 19 ans.

L’homme fait demi-tour, retourne chez lui et ressort avec une carabine ! « Vas-y tire, tire », provoque Mattéo qui, entre-temps, a jeté son arme au sol. Mais le restaurateur se ravise, range son arme et ressort, cette fois, avec une louche. Une bagarre éclate entre les deux hommes. Mattéo prend rapidement le dessus et plaque son adversaire au sol. La tête de sa victime heurte le trottoir tellement violemment qu’une voisine postée à sa fenêtre, effrayée par le bruit du choc, pense que l’homme est mort.

En réalité, le restaurateur va s’en sortir, mais à quel prix : son pronostic vital est engagé, il passe plusieurs jours dans le coma et plusieurs semaines à l’hôpital. Plus d’un an après les faits, il lui reste aujourd’hui des séquelles irréversibles : une fatigue extrême, des pertes d’équilibre, l’absence de goût et d’odorat, des troubles de la vision…

Jugé ce vendredi 2 novembre devant le tribunal correctionnel de Nîmes, Mattéo reconnait les faits mais rappelle qu’il avait beaucoup bu : « ce soir-là, j’étais vraiment pas moi-même. Je regrette sincèrement mes actes. Je pensais pas que j’étais capable de faire ça à une personne ». Pour le vice-procureur, Willy Lubin, l’alcool n’est pas une excuse : « vous l’avez massacré. Ce n’est pas l’alcool le responsable, c’est la rage que vous avez en vous. Ce n’est pas l’alcool le problème, c’est vous », dit-il avant de demander quatre ans de prison dont une année avec sursis. Le tribunal sera encore plus sévère : Mattéo écope d’une peine de six ans de prison dont deux ans avec sursis. Il devra verser 40 000€ à sa victime.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité