A la uneActualitésAutres sportsSports Gard

JEUDI SPORT Boxing club 1980 : le petit club qui monte, qui monte…

1er club du Gard en matière de résultats, 3e en termes de licenciés avec plus de 94 adhérents, le club de Beauvoisin a tout d'un grand.

Sous l'œil attentif d'un papa … (photo Véronique Camplan)

Le Boxing club 1980, est un tout jeune club et pourtant, il ne cesse de faire parler de lui.

Les adhésions augmentent sans cesse et le tableau des compétitions affiche de très beaux résultats. Existe-t-il une recette au succès ? Ce club de boxe anglaise installé à Beauvoisin, une petite municipalité située pas très loin de Vauvert, collectionne les bons résultats et pas seulement en compétition. Pour comprendre, une visite s'impose.

Le sac : un moment de défoulement jubilatoire pendant lequel il ne faut pas oublier la technique (photo Véronique Camplan)

Il est 17h hier. La pénombre a déjà envahi les rues quasi-désertes du village. Il tombe une pluie fine et froide. Au château pourtant brille une lumière. Le Boxing club 1980 accueille les petits pour le premier entraînement. Ils sont 14, dont certains paraissent minuscules. Une seule fille parmi eux, sur-motivée. Tous le monde est en tenue et arbore fièrement le même T-shirt. Égalité dans l'équipement, c'est un bon début.

Car si la boxe est un sport individuel, la cohésion d'un club contribue à la force de chacun. Puis l'entraînement commence sous la houlette de Bousmaha Amara, éducateur de boxe anglaise, champion de France…  Il y a quelques années, il laisse la compétition pour l'enseignement : passion intacte et envie de transmettre des valeurs au travers d'un sport souvent méconnu et souvent assez mal perçu.

Pour changer d'avis, il suffit de regarder les petits à l'échauffement, consignes fermes du coach : " on court à deux mètres les uns des autres. Je ne veux rien entendre". Obéissance absolue du groupe tout entier concentré et silencieux. Félicitations de Bousmaha, pour la plus grande joie des enfants. Puis on passe à la frappe sur le sac après avoir enfilé les gants.

Tout se passe en douceur. Deux enfants par sac et c'est parti. Le coup de sifflet déclenche les sessions de frappe, les petits poing s'abattent sur les sacs comme une averse de grêle. L'entraîneur, encourage, corrige une position, montre… Enfin, le ring et le face-à-face. Il faut apprendre l'attaque mais aussi l'esquive, la mobilité… Mini-combats : tout le monde y passe, les uns se battent, les autres observent.

La boxe remède contre l'agressivité

Christian Métahri, vice-président de l'association et père de championne (photo Véronique Camplan)

C'est le moment où arrive Christian Métahri. Il est le vice-président de l'association en charge de l'administratif mais surtout il est père d'une des as du club. Sa fille Tracy est championne régionale et vice-championne Inter-région. C'est comme ça qu'il a mis les pieds au club, Christian, parce que sa fille boxait. Et pourquoi boxait-elle ? "Parce que j'étais tout le temps convoqué à l'école. Elle se battait beaucoup. Je me suis dit que ça canaliserait son agressivité." Et alors ? "Et bien ça marche, depuis plus jamais de convocation. Touchons du bois," sourit Christian. Et Christian n'est pas le seul dans ce cas. "Ici nous avons beaucoup d'enfants remuants et un cas d'hyperactivité avec un suivi psychologique. Ces enfants sont là et je vous mets au défi de les trouver parmi les autres", poursuit-il. Pari gagné pour Christian, sûr de son coup.

"Tout à l'heure les ados vont arriver et ça va monter d'un cran," prévient le vice-président, Bousmaha est autoritaire et place des cadres et des limites. Les parents sont ravis et nous n'avons que de bons retours. Les enfants sont plus sûrs d'eux et plus sereins. Du coup ils sont plus calmes parce que mieux dans leur peau," constate le président.

Passionnée …

Inès est heureuse de boxer, de vivre et d'avoir des gants bleus… (photo Véronique Camplan)

Le adultes c'est pareil, l'entraînement défoule, les face-à-face canalisent. Le tout est un véritable baume sur une vie de stress et de frustration. On se décharge de son agressivité dans le sac, on se concentre sur sa forme physique. Et  la mayonnaise prend. Ici pas de différence non plus entre filles et garçons mais une vraie égalité. Inès se régale :"j'adore boxer", justifie-t-elle. Et lorsqu'on lui demande si être la seule fille la dérange, elle nous regarde avec un brin d'étonnement et hausse les épaules. Pour elle, ça ne peut pas être une vraie question...

Mais revenons aux adultes, avec une nouveauté : '"le cross-fit boxe" qui vient d'être mis en place au club. Une bonne façon d'affûter à la fois sa forme et son mental. Pour info, le club est ouvert à tous à partir de 5 ans et demi. Pour en savoir plus foncez sur la page Facebook du club :  boxing club 1980.

Véronique Palomar-Camplan

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité