A la uneFaits Divers

NÎMES Meurtre d’un père de famille : le procureur réclame le renvoi pour assassinat de l’épouse et des deux enfants

Le procureur de la république de Nîmes a rendu son réquisitoire définitif dans l'affaire du meurtre de Fakir Badre, un père de famille retrouvé tué et brûlé en septembre 2015 dans la garrigue Nîmoise.

Photo : Boris De la Cruz/ Objectif Gard ; Nîmes, le 1 ier septembre 2015, le corps de Fakir, un père de famille de 44 ans est retrouvé mort carbonisé.

Le procureur de la république de Nîmes a rendu cette semaine son réquisitoire définitif dans l'affaire de l'assassinat d'un père de famille originaire du quartier de Pissevin à Nîmes.

Fakir Badre, qui vivait à Milhaud au moment du drame a été retrouvé tué et brûlé sous un pont SNCF, le 1 septembre 2015. Quelques semaines plus tard, l'enquête a permis d'interpeller les deux fils et l'épouse de la victime. Une information judiciaire est depuis ouverte. Une information qui arrive à son terme avec les réquisitions du Procureur.

Le parquet de Nîmes réclame donc le renvoi aux assises des deux fils et de la mère de famille qui est elle incarcérée depuis son arrestation. Le parquet de Nîmes souhaite un procès d'Assises pour "assassinat", concernant les deux enfants et l'épouse de Fakir Badre. C'est le juge d'instruction qui doit maintenant décider des suites judiciaires, mais le réquisitoire définitif du parquet de Nîmes donne une coloration particulière à ce dossier criminel qui a marqué les esprits à Nîmes et dans la région.

Le juge d'instruction doit rendre sa décision dans quelques semaines. Suivra-t-il le procureur de Nîmes notamment sur le renvoi pour assassinat des trois membres de la famille? Du côté de la défense des mis en cause, l'un des avocats, maître Rémi Nougier monte déjà au créneau. "J'ai confiance au juge d'instruction qui est indépendant et peut avoir une interprétation très différente du dossier", affirme maître Rémy Nougier qui défend un des fils, mis en examen. "Dans cette affaire, le ministère public fantasme sur la participation de mon client au crime", poursuit l'avocat Nîmois.

Pour la famille de la victime, " des éléments objectifs du dossier prouvent de manière objective et scientifique l'implication des deux enfants et de la mère de famille", estime Maître Jean-Marc Darrigade. "La mère a voulu tout prendre sur elle pour couvrir ses enfants, mais cela ne tient pas", affirme le pénaliste de Montpellier qui représente les frères de la victime.

Le 1er septembre 2015, Fakir Badre, un père de famille originaire du quartier de Pissevin à Nîmes et vivant à Milhaud, a été retrouvé tué et brûlé dans la garrigue Nîmoise. Un mois après le décès, l'épouse de la victime et ses deux fils ont été mis en examen et écroués pour " l'assassinat " du père de famille. Si depuis les deux fils sont sous contrôle judiciaire, l'épouse est incarcérée.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité